Anatole Dauman (1925-1998)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Varsovie, 07-12-1925
Mort :08-04-1998
Note :
Producteur de cinéma. - Fondateur de la société Argos-films. - Président de l'Association française de producteurs de films
ISNI :ISNI 0000 0001 1440 7045

Ses activités

Producteur artistique6 documents

Producteur de vidéogrammes4 documents

Acteur2 documents

Auteur du texte1 document

  • Anatole Dauman, Argos films

    souvenir-écran

    Description matérielle : 317 p.
    Description : Note : Filmogr. p. 305-315
    Édition : Paris : Centre Georges Pompidou , 1989
    Éditeur scientifique : Jacques Gerber

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36149220j]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Anatole Dauman (1925-1998)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Anatole Dauman, Argos films : souvenir-écran / [propos recueillis par] Jacques Gerber, 1989
  • Monde, 1998-04-10

Biographie Wikipedia

  • Anatole Dauman, né le 7 février 1925 à Varsovie (Pologne) et mort le 8 avril 1998 à Paris (France), est un producteur de cinéma français.Émigré polonais en France, Anatole Dauman fonde en 1949 la société de production Argos Films avec Philippe Lifchitz.Dauman produit les premiers films des réalisateurs Pierre Kast, Jean Aurel et Chris Marker. En 1955, il produit Nuit et Brouillard d’Alain Resnais puis, en 1959, Hiroshima mon amour.Parmi de nombreuses autres productions, Dauman travaille avec Jean-Luc Godard sur Masculin féminin et Deux ou trois choses que je sais d'elle respectivement en 1966 et 1967. Dans ces années, sa compagnie de production s’écarte progressivement de la mouvance de la Nouvelle Vague qui préconise de petits budgets de réalisation et un travail principalement axé sur l’abandon du studio. Par la suite, il produit également Le Tambour de Volker Schlöndorff en 1979, Paris, Texas de Wim Wenders en 1984 et Les Ailes du désir de Wim Wenders en 1988.Anatole Dauman fût un ardent défenseur de Henri Langlois, le fondateur de la Cinémathèque française.

Pages équivalentes