Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux

Image non encore disponible
Pays :intergouvernemental
Création :1989
Note :
Créé lors du Sommet de l'Arche tenu en juillet 1989. - Outre les participants au sommet (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada, Commission des Communautés européennes), 8 pays ont été conviés à participer au Groupe (Suède, Pays-Bas, Belgique, luxembourg, Suisse, Autriche, Espagne et Australie). - M. Denis Samuel-Lajeunesse, Chef du Service des affaires internationales à la Direction du trésor, Ministère de l'économie, des finances et du budget a assuré au nom de la France la présidence
Autre forme du nom :GAFI

Ses activités

Auteur du texte4 documents

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • La Lutte contre le blanchiment des capitaux, dossier de presse, 1990

Autre forme du nom

  • GAFI

Biographie Wikipedia

  • Le Groupe d'action financière (GAFI) ou Financial Action Task Force (FATF) est un organisme intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Il a été créé par le G7 lors du sommet de l'Arche à Paris en 1989, en réponse à des préoccupations croissantes au niveau international concernant la lutte contre le blanchiment de capitaux. C'est un groupe d'action rassemblant des représentants des États membres du G7, de la Commission européenne et de sept autres pays. Il n'a pas de structure définitive. Jusque là, aucune organisation internationale n'avait été créée afin de mettre en place une coopération pour lutter contre le blanchiment de capitaux.Le GAFI est un organisme distinct de l'OCDE. En effet, tous les États membres de l'OCDE ne sont pas membres du GAFI, et réciproquement. Le secrétariat du GAFI est situé au siège de l'OCDE à Paris.Le GAFI vise à créer des normes non impératives, qui sont en quelque sorte des lignes de conduite que les gouvernements doivent suivre afin de promouvoir la lutte contre le blanchiment de capitaux. Ces normes sont regroupées sous la forme de 40 recommandations.À la suite des attentats du 11 septembre 2001, le GAFI a émis les 9 recommandations spéciales, complémentaires aux 40 recommandations, qui ont pour but de prévenir et de lutter contre le financement du terrorisme.Le GAFI a mis en place une liste de juridictions à haut risque et non coopératives, qui recense les pays qui ne font pas preuve d'assez d'avancées au niveau de la lutte anti-blanchiment et de la lutte contre le financement du terrorisme. Dans sa mise à jour du 22 juin 2012, elle comprend 20 pays, dont 2 contre lesquels le GAFI appelle à mettre en place des contre-mesures, l'Iran et la Corée du Nord.

Pages équivalentes