Takehiro Irokawa (1929-1989)

Pays :Japon
Langue :japonais
Naissance :1929
Mort :1989
Note :
Romancier et auteur de nouvelles
Autre forme du nom :Tetsuya Asada
ISNI :ISNI 0000 0000 8366 5315

Ses activités

Auteur du texte4 documents

  • Irokawa Takehiro

    Description matérielle : 476 p.
    Édition : Tōkyō : Chikuma shobō , 1991

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37565868g]
  • Le journal d'un fou

    roman

    Description matérielle : 266 p.
    Édition : Arles : P. Picquier , 2000
    Traducteur : Rose-Marie Makino-Fayolle

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37202446k]
  • Chiisana heya ; Asu naku

    Description matérielle : 1 vol. (285 p.)
    Édition : Tōkyō : Kōdansha , 2011. - Tōkyō : Kōdansha , 2011 : 講談社 , 2011

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb451473193]
  • Le journal d'un fou

    roman

    Description matérielle : 205 p.
    Édition : Arles : P. Picquier , 1991
    Traducteur : Rose-Marie Makino-Fayolle

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb354133595]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Le journal d'un fou / Irokawa Takehiro ; trad. du japonais par Rose-Marie Fayolle, 1991

Autre forme du nom

  • Tetsuya Asada

Biographie Wikipedia

  • Takehiro Irokawa (色川 武大, Irokawa Takehiro?, 28 mars 1929 - 10 avril 1989) est un écrivain japonais auteur de littérature « sérieuse » comme d’œuvres de divertissement sous divers pseudonymes dont Asada Tetsuya (阿佐田哲也) et Budai Irokawa (色川武大). Irokawa est originaire de l'arrondissement de Shinjuku à Tokyo. Son père est un ancien capitaine de marine domicilié avec une pension militaire, et avec qui Irokawa entretient des relations difficiles. Irokawa commence à faire l'école buissonnière à un âge précoce pour voir des films et des vaudeville dans le quartier des divertissements d'Asakusa. En 1943, il est mobilisé pour travailler en usine, et à la fin de la guerre, est expulsé de l'école quand on découvre qu'il a édité un magazine ronéotypé réputé rebelle. Lorsque la pension de son père expire, il participe à la petite semaine à des activités criminelles et au jeu, en particulier le mahjong.Au début des années 1950 Irokawa commence à écrire sous un pseudonyme. Il reçoit une première reconnaissance littéraire en 1961 pour une nouvelle, remportant le prix Chūōkōron Shinjin des nouveaux écrivains et les éloges de Yukio Mishima et Makoto Hiroshi. Il continue à publier abondamment dans les années 1970. Au fil des années, Irokawa est lauréat du prix Naoki en 1978, du prix Kawabata en 1982 et du prix Yomiuri en 1988 pour Kyōjin nikki. Il est brièvement hospitalisé en 1968 pour des hallucinations visuelles et auditives, peut-être liés à la narcolepsie. Il meurt d'une crise cardiaque en 1989.

Pages équivalentes