Rennyo (1415-1499)

Image non encore disponible
Pays :Japon
Langue :japonais
Sexe :masculin
Naissance :1415
Mort :1499
Note :
Prédicateur. - Huitième maître de l'enseignement du temple Honganji de l'école Jōdo shinshū (Kyōto)
Autres formes du nom :Kenju (1415-1499)
Daishi Etō (1415-1499)
ISNI :ISNI 0000 0000 8097 7217

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • 1415-1499... Saihōji, Kyoto

    Description : Note : Extr. de : East. Bud. XXI, 2. 1988. Frontispice en coul.
    Édition : [S. l. ?] , [1988?]

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb394346983]
  • Contenu dans : Les problèmes de la foi et de la pratique chez Rennyo à travers ses lettres ("Ofumi")

    Lettres. - [1]

    Description matérielle : 189 p.
    Description : Note : Contient la trad. des lettres de Rennyo. - Bibliogr. p. 169-174
    Édition : Paris : Maisonneuve et Larose , 1991

    [catalogue]
  • Contenu dans : Tannishō

    Rennyo shōnin ofumi. - [1]

    Description : Note : La numérotation dans la série apparaît sur l'ouvrage sous la forme : 105-II, 106-I
    Édition : Berkeley (Calif.) : Numata center for Buddhist translation & research , 1996

    [catalogue]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Rennyo (1415-1499)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Les problèmes de la foi et de la pratique chez Rennyo à travers ses lettres / Ōtani Chōjun, 1991
  • BN Service japonais : JAJ
    LC Authorities (2016-10-06)

Autres formes du nom

  • Kenju (1415-1499)
  • Daishi Etō (1415-1499)

Biographie Wikipedia

  • Rennyo (蓮如, Rennyo?) (1415–1499) est le 8e monshu, ou prêtre en chef, du temple Hongwan-ji de la secte Jōdo Shinshū du bouddhisme, et descendant du fondateur Shinran. les bouddhistes du Jōdo Shinshū le désignent souvent comme le restaurateur de la secte (ou second fondateur), raison pour laquelle il est aussi appelé Rennyo Shonin (« moine éminent »). Rennyo est responsable d'une période de revitalisation de l'histoire du Jōdo Shinshū dans laquelle la religion est popularisée pour les masses. En dépit d'être un pacifiste et partisan du devoir civique et de la responsabilité, certains ont néanmoins supposé, sans preuve, que son attitude « populiste » et son prêche charismatique ont indirectement et involontairement entraîné les révoltes Ikkō-ikki au cours desquelles des foules de moines, paysans et agriculteurs lancent des attaques organisées contre leurs dirigeants féodaux. Il est aussi connu sous le nom Shinshō-in (信証院), et à titre posthume Etō Daishi (慧灯大師).

Pages équivalentes