Manfred Stolpe

Image non encore disponible
Pays :Allemagne
Langue :allemand
Sexe :masculin
Note :
Juriste et homme politique. - Président du Consistoire de l'Église évangélique de Berlin-Brandenburg à partir de 1982. - Il fut l'un des promoteurs de la création du BEK (Union des Églises évangéliques de RDA) et joua un rôle de négociateur dans les relations de l'Église avec l'État est-allemand. - Inscrit au SPD en juin 1990, élu Ministerpräsident du Brandebourg la même année
Domaines :Science politique
Droit
ISNI :ISNI 0000 0001 2132 8089

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Schwieriger Aufbruch

    Description matérielle : 286 p.
    Édition : Berlin : W. J. Siedler , cop. 1992

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb355389766]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Manfred Stolpe

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Schwieriger Aufbruch / M. Stolpe, 1992

Biographie Wikipedia

  • Manfred Stolpe, né à Stettin le 16 mai 1936, est un homme politique allemand membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).À l'époque de la RDA, il s'implique dans les églises protestantes et occupe divers postes à responsabilités dans les instances et structures qui les fédère. En 1990, à quelques mois de la réunification, il rejoint le SPD.Il en conduit la campagne aux élections régionales de 1990 dans le Brandebourg. Arrivé en tête, il négocie la constitution de la première « coalition en feu tricolore » avec le FDP et la B90. Il est alors le seul social-démocrate à diriger un Land de l'ancienne RDA. Le scrutin de 1994 lui permet d'obtenir une majorité absolue pour son seul parti. Toutefois, à l'issue de l'élection de 1999, il doit se résoudre à former une « grande coalition » avec la CDU.Il démissionne en 2002, à la suite de dissensions au sein de sa majorité. Quatre mois plus tard, il devient ministre fédéral des Transports et des Travaux publics. À l'issue de son mandat, en 2005, il quitte la vie politique.

Pages équivalentes