Théodose de Tripoli (01..-01.. av. J.-C.)

Illustration de la page Théodose de Tripoli (01..-01.. av. J.-C.) provenant de Wikipedia
Pays :Grèce
Langue :grec ancien (jusqu'à 1453)
Sexe :masculin
Naissance :- 01..
Mort :- 01..
Note :
Astronome et mathématicien du IIe siècle av. J.-C.
Autres formes du nom :Theodosius Tripolites (01..-01.. av. J.-C.) (latin)
Theodósios (01..-01.. av. J.-C.)
Θεοδόσιος (01..-01.. av. J.-C.)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0004 5875 2790

Ses activités

Auteur du texte23 documents5 documents numérisés

Autre1 document

  • Sphaericorum Elementorum libri III

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33315800x]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Théodose de Tripoli (01..-01.. av. J.-C.)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Les sphériques / de Théodose de Tripoli ; trad. par Paul Ver Eecke, 1959
  • Ouvrages de reference : GLU : Théodose de Bythinie ; Theodosios, 2e siècle av. J. - C.
    DOC / V. Volpi, 1994 : Theodosius Tripolites
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • Theodosius Tripolites (01..-01.. av. J.-C.) (latin)
  • Theodósios (01..-01.. av. J.-C.)
  • Θεοδόσιος (01..-01.. av. J.-C.)
  • Théodose de Bithynie (01..-01.. av. J.-C.) (français)
  • Teodosio di Bitinia (01..-01.. av. J.-C.)

Biographie Wikipedia

  • Théodose de Tripoli (selon ver Eecke) ou Théodose de Bithynie (né vers -160 à Tripolis, dans la province de Bithynie – mort vers -100) est un astronome et mathématicien grec auteur d'un traité sur la géométrie de la sphère, les Sphériques. Vitruve lui attribue l'invention d'un cadran solaire universel (c'est-à-dire indiquant l'heure indépendamment du lieu d'utilisation). Les Sphériques de Théodose, où sont nommés les grands cercles de la sphère (équateur, méridiens) et où apparaît la notion de triangle sphérique, sont en réalité un traité d'astronomie. Cet ouvrage, qui est commenté par Pappus d'Alexandrie dans sa Collection mathématique, est peut-être issu d'un traité antérieur d'Eudoxe de Cnide. Francesco Maurolico en fit la traduction en latin au XVIe siècle.

Pages équivalentes