William Murray Mansfield (Earl of, 1705-1793)

Image non encore disponible
Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Naissance :02-03-1705
Mort :20-03-1793
Note :
Juriste anglais
ISNI :ISNI 0000 0000 8092 7973

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur William Murray Mansfield (Earl of; 1705-1793)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Encycl. Britannica, 15th ed.

Biographie Wikipedia

  • William Murray, SL, PC, né le 2 mars 1705 et mort le 20 mars 1793, 1er comte de Mansfield, est un barrister, homme politique et juge britannique connu pour sa réforme de la loi anglaise. Né dans la noblesse écossaise, il reçoit son éducation à Perth avant de déménager à l'âge de 13 ans pour étudier à la Westminster School. Il est accepté au collège Christ Church de l'université d'Oxford en mai 1723, et acquiert rapidement une bonne réputation en tant que barrister.Impliqué dans la politique à partir de 1742, il est tout d'abord élu Membre du Parlement (« MP ») pour le borough de Boroughbridge, et est choisi pour le poste d'Avocat général. En l'absence d'un Procureur général assez puissant, il devient le principal porte-parole pour le gouvernement à la Chambre des communes, où il se fait remarquer pour son et est décrit comme de la Chambre. À la suite de la promotion de Sir Dudley Ryder en tant que Lord Chef de la Justice, il devient Procureur général, et lorsque Ryder meurt de manière inattendue quelques mois plus tard, c'est Mansfield qui prend sa place.En tant que Lord Chef de la Justice, Mansfield modernise à la fois la loi anglaise et le système des tribunaux anglais ; il accélère les dépôts de requêtes et réforme la manière dont les jugements sont donnés afin de réduire leur durée et leurs coûts pour les parties. À la suite des procès Carter vs Boehm et Pillans vs Van Mierop, il est considéré comme le fondateur du droit commercial anglais. Il est probablement plus connu pour son jugement dans l'affaire Somersett, où il conclut que l'esclavage est illégal en Angleterre (bien que cela n'arrête pas le trafic).

Pages équivalentes