Marcion (0085?-0160?)

Langue :grec ancien (jusqu'à 1453)
Sexe :masculin
Naissance :85
Mort :160
Note :
Théologien chrétien. - Excommunié en 144, devint le chef d'une Église hérétique. - Né à Sinope sur la mer Noire
Domaines :Religion
Autres formes du nom :Marcion Sinopensis (0085?-0160?) (latin)
Markíōn (0085?-0160?)
Μαρκίων (0085?-0160?)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 9282 9967

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • L'Evangelion marcionite

    2e éd
    Description matérielle : 33 f.
    Édition : [Bruxelles] : A. Wautier , 1980

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35649591m]
  • Marcion

    das Evangelium vom fremden Gott, eine Monographie zur Geschichte der Grundlegung der katholischen Kirche

    Description matérielle : 1 vol. (XV-358 p.)
    Description : Note : Numérotation dans la 3. Reihe : 15
    Contient une reconstitution de l'Evangile et de l'Apostilicon de Marcion
    Édition : Leipzig : J. C. Hinrichs , 1921
    Autre auteur du texte : Adolf von Harnack (1851-1930)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308798802]

Éditeur scientifique1 document

  • Contenu dans : Marcion und sein Apostolos

    Der Text des marcionitischen Apostolikon. - [1]

    Description matérielle : XVII-381 p.
    Description : Note : Contient le texte grec fragmentaire de l'édition marcionite des Épitres de Paul. - Bibliogr. p. [355]-366. Index
    Édition : Berlin ; New York : W. de Gruyter , 1995

    [catalogue]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Marcion (0085?-0160?)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : [Der Text des marcionitischen Apostolikon] i̲n̲ Marcion und sein Apostolos / Ulrich Schmid, 1995
    Carl Schmitt et le marcionisme / Tristan Storme, 2008
  • Ouvrages de reference : GDEL
    Clavis SGL
    Marietti : Marcione
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : Marcion

Autres formes du nom

  • Marcion Sinopensis (0085?-0160?) (latin)
  • Markíōn (0085?-0160?)
  • Μαρκίων (0085?-0160?)
  • Marcion de Sinope (0085?-0160?) (français)
  • Marcione (0085?-0160?) (italien)

Biographie Wikipedia

  • Marcion dit du Pont ou de Sinope (né à Sinope vers 85, mort vers 160) est une personnalité du christianisme ancien de la fin du Ier et de la première moitié du IIe siècle. Armateur fortuné, il se rend à Rome vers 140 où il se distingue par ses prodigalités au sein de la communauté chrétienne de Rome alors dirigée, selon la tradition, par l'épiscope Pie.Se fondant uniquement sur l’Écriture, il développe sa propre doctrine qui rompt avec la tradition juive : du contraste absolu qu'il décèle entre la Loi juive et l'Évangile, il conclut à l'existence de deux principes divins — Dieu de colère de la Bible hébraïque et Dieu d'amour de l'Évangile — dont celui des textes chrétiens est le Dieu suprême. Celui-ci est le père de Jésus-Christ qui est venu pour abroger la Bible hébraïque et le culte de son démiurge. Pour Marcion, Jésus n'est pas le messie attendu par les Juifs, ni né de la Vierge Marie : il est apparu à la quinzième année du règne de Tibère sans avoir connu ni naissance ni croissance et sauve l'homme en le rachetant par sa mort. Marcion est en outre le premier à donner au mot εὐαγγέλιον (euangélion, « bonne nouvelle ») un sens littéraire et à élaborer un « canon » de l’Écriture dont il écarte la Torah et tout ce qui, dans la littérature néotestamentaire, porte la marque du judaïsme, proposant un texte résumé à l'Évangile selon Luc et les dix épîtres pauliniennes.En rupture avec la communauté chrétienne de Rome pour ces doctrines, il fonde sa propre Église à l'organisation solide et concurrente, ce qui lui vaut d'être considéré par la suite comme l'un des premiers hérésiarques par les auteurs de la « Grande Église ». Le marcionisme se développe essentiellement en Orient, dans les milieux favorables au gnosticisme, en Mésopotamie et en Perse mais aussi en Occident et non sans connaître des dissidences. Persécutées au cours du IVe siècle, les communautés marcionites disparaissent définitivement au cours du Ve siècle.

Pages équivalentes