Mary Astell (1666-1731)

Image non encore disponible
Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Sexe :féminin
Naissance :12-11-1666
Mort :09-05-1731
Note :
Philosophe
ISNI :ISNI 0000 0001 1592 313X

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • Political writings

    Description matérielle : XLVIII-289 p.
    Description : Note : Notes biographiques. Notes bibliogr. en bas de page. Index
    Édition : Cambridge ; New York ; Melbourne : Cambridge university press , 1996
    Éditeur scientifique : Patricia Springborg

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37545638k]
  • The Christian religion, as professed by a daughter of the Church of England

    Description matérielle : 1 vol. (XI-344 p.)
    Description : Note : This volume offers the first complete modern version of the 1717 second edition
    Bibliogr. p. 333-344. Notes bibliogr. Index
    Édition : Toronto : Centre for Reformation and Renaissance Studies , cop. 2013
    Éditeur scientifique : Jacqueline Broad

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44469010f]
  • A serious proposal to the ladies Parts I and II

    [Reproduction]
    Description matérielle : 1 vol. (300 p.)
    Description : Note : Bibliogr. p. 291-300
    Édition : Peterborough (Ont) ; Orchard Park (N.Y.) : Broadview press , cop. 2002
    Éditeur scientifique : Patricia Springborg

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44469007j]

Préfacier1 document

  • Lettres de Miladi Marie Wortley Montagüe

    Description matérielle : 2 vol. (XVI-238 p. ; [2]-222 p.)
    Description : Note : Trad. de : "Letters of the right honourable lady M---y W----y M-----e [i.e. lady Mary Wortley Montagu]". - Trad. par MacLaine, Tavel et Fagel, d'après la notice de l'ex. de la Bodleian Library [Vet. B5f. 201 (vol.1-2) ; la préface est de Mary Astell, d'après l'éd. anglaise de1763 dans laquelle la préface est signée M. A., i. e. Mary Astell. - Impr. aux Pays-Bas d'après les matériels et usages typogr. ; une première permission tacite a été accordée pour "Lettres de Miladi M-j, W-j, M..e" à Delormel le 11 août 1763 "à la charge de mettre le nom d'un libraire étranger et d'une ville étrangère" (BnF, ms. fr. 21992, n° 464 ; ms. fr. 21982) puis une seconde permission tacite a été accordée la même année également à Delormel "sans nom d'imprimeur" pour "Lettres de Miladi M., trad[uites] de l'anglois" (BnF, ms. fr. 21992, n° 505). - Culs-de-lampe gr. s. b., bandeaux typogr.. - Chaque tome a sa pagination et sa p. de t. propres
    Édition : , 1763
    Imprimeur-libraire : Hendrik Beman (1732-1789)
    Auteur du texte : Mary Wortley Montagu (1689-1762)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32461162n]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Mary Astell (1666-1731)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Political writings / Astell ; ed. by Patricia Springborg, 1996
  • Oxford DNB (2005-07-11)
    DNB [née en 1668]
    Les oeuvres philosophiques, 1 (Encyclopédie philosophique universelle. III) [née en 1668]

Biographie Wikipedia

  • Mary Astell, née le 12 novembre 1666 et morte le 11 mai 1731, est une théologienne anglaise. Elle est l'une des premières femmes érudites à critiquer les théories de l'assujettissement des femmes. Mary Astell a su mettre en évidence les contradictions du nouveau droit naturel qui, d'un côté, fondait le contractualisme politique et, de l'autre, excluait les femmes du même contrat. En 1700 elle publie anonymement ses Réflexions sur le mariage, livre qui aura une grande diffusion en Angleterre. Dans cet ouvrage elle réalise une critique du Traité du gouvernement civil de John Locke. En effet, Locke tout en réfutant le pouvoir naturel du monarque sur ses sujets avait soutenu le caractère naturel de la domination conjugale (du mari sur la femme et les enfants). Mary Astell critique l'argument de l'assujettissement naturel des femmes basé sur l'idée que le mari est "le plus capable et le plus fort". Elle insiste sur le caractère politique de cet assujettissement ce qui lui permet de lutter contre l'idée largement répandue selon laquelle les femmes sont inférieures par nature aux hommes. C'est l'une des premières femmes anglaises à promouvoir l'idée que les femmes sont aussi rationnelles que les hommes, et méritent tout autant une éducation. En 1694, son ouvrage Serious Proposal to the Ladies for the Advancement of their True and Greatest Interest présente un plan pour un collège exclusivement pour femmes.

Pages équivalentes