Egbert de Trèves (0950 ?-0993)

Image non encore disponible
Pays :Allemagne avant 1945
Langue :latin
Sexe :masculin
Naissance :950
Mort :08-12-0993
Note :
Chancelier d'Otton II (976-977), puis archevêque de Trèves
Autres formes du nom :Egbertus (0950 ?-0993) (latin)
Egbert (0950 ?-0993) (français)
Egbert von Trier (0950 ?-0993) (allemand)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 8833 8639

Ses activités

Commanditaire du contenu1 document

  • Der Psalter Erzbischof Egberts von Trier, codex Gertrudianus, in Cividale, historisch-kritische und kunstgeschichtliche Untersuchung von H. V. Sauerland und A. Haseloff

    Description matérielle : 2 vol. in-4° , pl. en phototypie
    Édition : Trier , 1901

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb303954064]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Egbert de Trèves (0950 ?-0993)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • DHGE : Egbert, de Trêves
    BBK : Egbert
    Brockhaus, 19. Aufl. : Egbert von Trier
    Bénézit, 1976 : Egbert
    Gams : Egbertus
  • BN Cat. gén. : Egbert, archevêque de Trèves

Autres formes du nom

  • Egbertus (0950 ?-0993) (latin)
  • Egbert (0950 ?-0993) (français)
  • Egbert von Trier (0950 ?-0993) (allemand)
  • Ekbert (0950 ?-0993) (allemand)

Biographie Wikipedia

  • Egbert (c. 950 - 9 décembre 993) fut Archevêque de Trèves de 977 à sa mort.Egbert est le fils de Thierry II, comte de Hollande. Après son éducation à Egmond et à la cour de Brunon de Cologne, il devient chancelier d'Otton II en 976. L'année suivante il est nommé archevêque de Trèves. En 984 il rejoint la conspiration de Henri II de Bavière contre Otton, mais revient au camp de celui-ci l'année suivante.Egbert était un patron renommé des sciences et des arts. Il supervisa lui-même la confection du Registrum Gregorii et du reliquaire de la férule pétrinienne. Il fut également dédicataire du Codex Egberti, sans doute composé à Reichenau, de même que le Psautier d'Egbert. Cependant, Trèves devint à partir de son mandat le rival de Reichenau comme centre artistique du monde ottonien.

Pages équivalentes