Harry Patch

Image non encore disponible
Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Note :
Le dernier vétéran britannique de la 1ère guerre mondiale, âgé de 108 ans en 2007
ISNI :ISNI 0000 0001 1472 6513

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • The last fighting Tommy

    the life of Harry Patch, the oldest surviving veteran of the trenches

    Description matérielle : 1 vol. (238 p.-16 p. de pl.)
    Édition : London : Bloomsbury , 2007
    Autre auteur du texte : Richard Van Emden

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41239841j]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Harry Patch

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • The last fighting Tommy : the life of Harry Patch, the oldest surviving veteran of the trenches / Harry Patch with Richard van Emden, 2007
    The last veteran : Harry Patch and the legacy of war, 2009
  • British library integrated catalogue (2008-10-01)

Biographie Wikipedia

  • Harry Patch, né le 17 juin 1898 dans le village de Combe Down dans le Somerset en Angleterre et mort le 25 juillet 2009 (à 111 ans) à Wells (Somerset), était un des derniers vétérans britanniques survivants de la Grande Guerre et le dernier « Tommy », terme qui désigne les soldats britanniques ayant combattu dans les tranchées.Il fut mobilisé en 1917 et participa à la bataille de Passchendaele. Le 22 septembre 1917, il fut gravement blessé par un éclat d’obus. En 2003, participant à une émission télévisée, il décrivit son face-à-face avec un soldat allemand pendant la guerre. Refusant de désobéir aux Dix Commandements (« Tu ne tueras point »), il tira une balle dans la jambe du soldat allemand, et une dans sa cheville. Harry Patch servit en tant que mitrailleur, combattant à Passchendaele à seulement 19 ans. Son détachement de mitrailleurs, qui comptait cinq soldats, avait fait le serment d’éviter, si possible, de tuer un combattant ennemi, mais au contraire de viser les jambes, car malgré l’uniforme tous les combattants « restaient des hommes ».Le 22 septembre 1917, un obus explosa au-dessus de sa tête, tuant trois de ses camarades. Blessé par un éclat, Harry Patch fut renvoyé chez lui après quatre mois dans les tranchées.Des atrocités de 14-18 il garda un pacifisme ardent, qualifiant la guerre de « crime organisé ». Après l’armistice, il travailla comme plombier jusqu’à sa retraite au début des années 1960.En novembre 2004, à l’âge de 106 ans, Patch rencontra l'ancien combattant alsacien ayant servi dans l'armée impériale allemande Charles Kuentz - qui avait alors quant à lui 107 ans. Kuentz lui offrit une boîte de biscuits alsaciens, et Patch offrit à Kuentz une bouteille de cidre du Somerset.En février 2008, le poète lauréat Andrew Motion écrivit un poème en son honneur.En août 2009, le groupe de rock anglais Radiohead lui dédie une chanson : In memory of Harry Patch.Après le décès de Henry Allingham le 18 juillet 2009, Patch a été pendant une semaine l’homme le plus âgé du Royaume-Uni et le doyen des combattants de la Grande Guerre encore en vie.Il a été nommé, entre autres, Officier de la Légion d'honneur et Chevalier de l’Ordre de Léopold.Harry Patch est mort à l'âge de 111 ans, 1 mois, 1 semaine et 1 jour.

Pages équivalentes