José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates

Image non encore disponible
Pays :Portugal
Langue :portugais
Sexe :masculin
Note :
Premier ministre du Portugal depuis 2005, membre du Parti Socialiste
Domaines :Science politique
Histoire de l'Europe
Autres formes du nom :José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates
José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates
José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates
ISNI :ISNI 0000 0001 1478 5097

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Sócrates : o menino de ouro do PS / Eduarda Maio, 2008

Autres formes du nom

  • José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates
  • José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates
  • José Carvalho Pinto de Sousa Sócrates

Biographie Wikipedia

  • José Sócrates Carvalho Pinto de Sousa, né le 6 septembre 1957 à Alijó, est un homme d'État portugais membre du Parti socialiste (PS).Il débute sa carrière politique au sein des jeunesses du Parti social-démocrate (PPD/PSD), qu'il quitte en 1975. En 1981, il rejoint le Parti socialiste (PS).Élu député du district de Castelo Branco en 1987, il est nommé dix ans plus tard ministre adjoint du Premier ministre António Guterres. À ce poste, il assure l'obtention par le Portugal de l'Euro 2004. En 1999, il est nommé ministre de l'Environnement, un poste qu'il cumule avec celui de ministre de l'Équipement à partir du début de l'année 2002.Les socialistes retournent dans l'opposition quelques semaines plus tard. À la suite de la démission d'Eduardo Ferro Rodrigues, il est élu secrétaire général du PS en 2004 avec plus de 80 % des voix face et mène le parti à la victoire aux législatives de 2005, où il remporte pour la première fois depuis 1974 la majorité absolue des sièges. Investi Premier ministre, il met en place une politique de rigueur budgétaire, légalise l'interruption volontaire de grossesse et réalise la signature du traité de Lisbonne.Lors des élections législatives de 2009, il perd sa majorité absolue et, face à l'impossibilité de former une coalition avec l'un des quatre autres partis, prend la tête d'un gouvernement minoritaire. Il remet alors en place une politique de rigueur budgétaire pour répondre à la dégradation des comptes publics induite par la crise économique mondiale et aux inquiétudes sur la solvabilité du Portugal.C'est à l'occasion de la présentation de son quatrième plan de rigueur, en mars 2011, qu'il doit faire face au désaveu de l'Assemblée de la République et remettre sa démission. Il perd deux mois plus tard les élections anticipées, ce qui le conduit à se retirer de la vie politique.Il est actuellement cité dans deux affaires de corruption.

Pages équivalentes