Auteurs nés en 13529 documents

Auteurs morts en 13529 documents

  • Prince (voïévode) de Valachie. - C'est lui qui constitua la principauté de Valachie vers 1330. - Il a régné de 1310 environ à sa mort, en 1351 ou 1352, à Câmpulung-Muscel (Roumanie)

  • Médecin, philosophe et jurisconsulte

  • Écrivit aussi en italien

    Pape (élu en 1342). - Moine bénédictin, évêque d'Arras, archevêque de Sens puis de Rouen

  • Théologien dominicain. - Auteur de recueils réunissant des exemples pour la prédication, Summa predicantium, et d'écrits juridiques, Tractatus iuris canonici et civilis (connu aussi sous le titre Opus trivium). - Autrefois confondu avec un autre dominicain du même nom, chancelier de l'Université de Cambridge en 1382

  • Enlumineur, collaborateur de Jean Pucelle; son nom est connu grâce à une inscription relative à un paiement à Mahiet par Jean Pucelle dans le Bréviaire de Belleville (Paris, BnF, latin 10483, f. 33), daté vers 1323-1326. Identifié par F. Avril au Maître des vies de saint Louis (Paris, BnF, français 5716 et français 13568). - Peut-être à identifier à Mathieu Le Vavasseur, originaire du diocèse de Bayeux, libraire parisien, mentionné en 1342 lors de son serment professionnel à l'Université de Paris. Il meurt avant 1352

  • Juriste. - Professeur de droit canonique à Toulouse. Familier du cardinal Étienne Aubert (futur pape Innocent VI). - Il meurt vers 1352, avant qu'Étienne Aubert soit élu pape. Sa mort est parfois à tort située vers 1380. - Auteur de compilations juridiques (Repertorium iuris canonici, Compendium iuris canonici), d'un poème satirique (Repudium ambitionis)

  • Originaire du Quercy, nommé cardinal par Jean XXII à Avignon en 1316; légat du Pape pour l'Italie de 1319 à 1334

  • Cardinal français

Organisations créées en 13524 documents

  • Les Célestins s'installèrent à Paris avec l'aide généreuse du futur Charles V en 1352. L'ordre croissant très rapidement en France (17 maisons au XVe siècle), le monastère de Paris devint comme la maison-mère des monastères français. D'autant que son église, commencée en 1365, était une des plus riches de Paris. Abritant les monuments funéraires des plus grandes familles, elle n'avait pour équivalent que l'abbatiale de Saint-Denis

    Les Célestins furent chassés de leur monastère parisien vers 1775, après la décision de la Commission des réguliers de supprimer l'ordre en 1770. Le monastère, abandonné jusqu'en 1791, devint une caserne, qui fut reconstruite en 1895. L'église disparut en 1847 (on peut trouver ses anciens tombeaux au Louvre ou à Saint-Denis)

  • Monastère bénédictin établi au quartier de Galata (dit aussi de Pera), fondé sous la tutelle de la République de Gênes. - Sous le vocable de Sainte-Marie de la Miséricorde de 1362 à 1427, puis sous celui de Saint-Benoît. - Affilié à la Congrégation du Mont Cassin à partir de 1449/1450

    La communauté cessa d'exister en 1478, mais un procureur resta sur place jusqu'en 1555. - L'ancien Monastère Saint-Benoît fut occupé par des Dominicains de 1555 à 1560 ; par des Franciscains de 1560 à 1583 ; puis devint la Maison Saint-Benoît des Jésuites de 1583 à 1773, et enfin la Maison Saint-Benoît des Lazaristes

Œuvres créées en 13523 documents

Documents publiés en 13522 documents

  • Lettres portant deffences aux trésoriers des guerres de prester aux gens d'armes pour plus d'un mois sur leurs gages

    Description matérielle : In-4°, 1 p.
    Édition : (S. l. n. d.)
    Auteur du texte : France, Jean II (roi de France, 1319-1364)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33810013q]
  • Statuts de l'ordre du Saint Esprit

    Édition : [S. l. n. d. ?]
    Auteur du texte : Naples (Royaume)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33756181k]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données