Personnes ayant cessé leur activité en 1768

Tout (36 Documents)
  • Marchand-cartier actif à Agen, paroisse Saint-Etienne, de 1713 à 1768. - Fils du marchand-cartier Jean Alaric et de Pétronille Faugère. - Épouse Foy Paulmier le 18 février 1713. - Sa soeur Marie épouse le marchand-cartier Jean Proché

  • Nom patronymique : Marie Maillard. - Imprimeur de monseigneur l'évêque [de Lisieux]. - Succède à son mari, l'imprimeur-libraire de Lisieux Jacques Aunay du Ronceray. Se démet dès le 12 oct. 1767 en faveur de François-Bonaventure Mistral, son ex-prote, qui a épousé la nièce de Jacques Aunay du Ronceray et sera reçu imprimeur par arrêt du Conseil du 28 mars 1768

  • Libraire. - Natif de Paris. Fils d'un marchand bourgeois de Paris originaire d'Annecy. Dit âgé de 24 ans lors de son entrée en apprentissage chez le libraire parisien Louis Guérin (18 mars 1707 ; quittancé le 4 août 1711 par Nicolas Simart), de 28 ans à sa réception à la maîtrise (19 janv. 1712) et de 32 ans à son premier mariage, le 23 juillet 1715. Veuf en 1717, il se remarie le 7 août 1718 avec Marie-Anne Réal, fille d'un ancien échevin de Calais, qui, du 11 déc. 1721 au 29 mars 1722 est détenue à la Bastille pour délit de librairie. François Babuty lui-même est arrêté, accusé avec plusieurs autres imprimeurs et libraires parisiens d'avoir diffusé des écrits "qui ne tendent qu'à troubler la paix de l'Église et la tranquillité de l'État" et jugé par une commission spéciale établie en la Chambre de l'Arsenal le 9 avril 1722. Inquiété pour ses sympathies jansénistes, il aurait trouvé refuge dans les années 1720 auprès du diacre François de Pâris (1690-1727). Père du libraire François-Joachim Babuty (172.-179.?), il se fait appeler "Babuty père" à partir de 1750. D'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er janv. 1752, "c'est un homme qui s'est mêlé du jansenisme, et qui a eté a [sic] ce sujet plusieurs fois a [sic] la Bastille avec sa femme et leur fils [...] Il est a present fort rengé [sic] et ne se mêle plus de rien, il vend simplement des livres de devotion". Publie plusieurs catalogues imprimés de sa librairie. Plusieurs portraits de lui ont été réalisés par son gendre le peintre Jean-Baptiste Greuze. Décédé à Paris en août 1768 doyen des libraires de sa communauté. Vente après décès des livres de son cabinet le 5 déc. 1768 (catalogue imprimé). Vente après décès de son fonds de livres religieux le 11 janv. 1769 (BnF, ms. fr. 21823, fol. 1-4) à la requête de sa veuve, qui cependant continue à tenir la librairie ; ce fonds est racheté en totalité par Nicolas Crapart

  • Libraire ; libraire juré de l'université de Toulouse. - Vraisemblablement fils du libraire-relieur Jean Birosse. Établi en vertu d'une délibération de la communauté de Toulouse du 9 janv. 1728 (d'après l'enquête de 1768 dans le Languedoc). Attesté lors de l'enquête royale de 1764. L'"État des imprimeurs et libraires de Toulouse" de sept. 1767 le dit "à présent consul", ayant quitté le commerce de détail et n'ayant "plus que ses magazins" ; figure néanmoins comme libraire, doyen de sa communauté, à l'enquête de 1768. Capitoul de Toulouse en 1767. Seigneur de Gardès. En procès avec ses anciens associés Simon Sacarau et Jean Dupleix (à qui il a revendu son fonds par acte du 27 déc. 1764) en avril 1768, alors qualifié d'ancien libraire et d'ancien capitoul, retiré au château de Rouffiac (BnF, ms. fr. 22127, fol. 257-314). Décédé en 1770 ou peu avant, Jean Dupleix et Antoine-Louis-Guillaume-Catherine Laporte se qualifiant alors d'"acquéreurs du fonds de feu Birosse"

    Aurait travaillé en association avec S. Sacarau et J. Dupleix à partir de 1751

  • Autre(s) graphie(s) : Cavelier jeune. - Libraire. - 2e fils du libraire parisien Guillaume III Cavelier. Reçu libraire le 28 mai 1748 ; établi après janv. 1752. Retiré en 1768 ou peu avant, il devient fermier du Roi et se fait appeler Guillaume Cavelier de La Guillaumie. Se désiste officiellement de sa qualité de libraire par acte notarié du 8 juillet 1768

  • Nom patronymique : Madeleine Bobin. - Libraire. - Fille du libraire parisien Jérôme Bobin. Épouse le libraire Guillaume III Cavelier en nov. 1711. Lui succède à son décès en nov. 1751. Revend en 1752 la moitié de son fonds à son fils aîné Pierre-Guillaume Cavelier

    Travaille en association avec son fils Pierre-Guillaume Cavelier jusqu'en 1756 au moins

  • Autre(s) graphie(s) : Chapui(s). - Libraire. - Fils aîné de l'imprimeur-libraire de Bordeaux Mathieu Chappuis. Reçu maître dès janv. 1701, il semble n'avoir exercé à son compte qu'après la mort de son père (mai 1726). Se dit, à tort, âgé de 15 à 16 ans lors de l'enquête de 1700-1701. Reçu bourgeois de Bordeaux en 1754. Décédé doyen de la communauté des imprimeurs et libraires de Bordeaux le 28 déc. 1768 ; inventaire après décès le 14 janv. 1769

    À partir de 1746, travaille en association avec ses fils, Mathieu-François et Jacques-François Chappuis

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur des cour souveraine et chambre des comptes de Lorraine. - Natif de Nancy, vraisemblablement fils de l'imprimeur-libraire Nicolas I Charlot. Décédé à Nancy en janv. 1768. Inventaire après décès 17 fév. 1768

    A travaillé en association avec son fils Nicolas III Charlot jusqu'en 1765 au moins, notamment pour la publication des "Étrennes de robe et d'épée", de 1761 à 1763

  • Nom patronymique : Geneviève-Marguerite Chéreau. - Éditrice et marchande d'estampes. - Fille de Jacques Chéreau (1688-1776) dit Chéreau le jeune, graveur, éditeur et marchand d'estampes à Paris. Épouse en fév. 1742 son cousin germain François II Chéreau (1717-1755), lui aussi graveur, éditeur et marchand d'estampes parisien. Lui succède à son décès en fév. 1755. Revend son fonds à son fils Jacques-François Chéreau (1742-1794) le 31 mars 1768 pour 122 348 l. Teste le 22 janv. 1782. Sépulture le 31 janv. suivant à Paris, paroisse Saint-Benoît ; dite alors âgée de 57 ans

  • Imprimeur. - Entre en apprentissage pour 7 ans en janv. 1727. Imprime pour les "Quakers". Se retire en 1768. - De 1763 à 1768, a travaillé en association avec William Richardson

  • Entré en apprentissage chez le libraire parisien Joseph Saugrain en sept. 1723. Reçu maître le 15 nov. 1729 en qualité de futur gendre du libraire Pierre Morisset. Publie notamment étrennes et almanachs. À la date du 1er janv. 1752, l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur d'Hémery indique à son sujet : "Sa femme est etablie libraire et il est garçon imprimeur, c'est un menage peu uni et fort pauvre." En nov. 1767, s'associe avec Jean Vouette, "trafiquant en livres", dont il s'engage à vendre les marchandises en exclusivité sur ses étals du quai des Augustins et du passage Saint-André, moyennant la moitié des bénéfices. Encore en activité en 1768. Décédé avant 1772

    À distinguer du littérateur et nouvelliste Pierre Clément (1707-1767) dit "Clément de Genève"

  • Nom patronymique : Jeanne Daubergue. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi (, du pays et de la ville). - Dite âgée de 73 ans lors de l'enquête de 1764

    Travaille en association avec son fils Esprit David

  • Autre(s) graphie(s) : Duplain l'aîné. - Libraire. - Fils et successeur du libraire de Lyon Marcellin Duplain. Reçu maître en 1736. Gendre du libraire Louis Bruyset. Testament en mai 1763. Décédé à Lyon en sept. 1768

    De 1740 à 1762, associé à son frère Benoît Duplain

  • Nom patronymique : Marie-Élisabeth Bellevaux. - Libraire. - Fille d'un marchand faïencier. Épouse le libraire parisien Grégoire-Antoine Du Puis (170.?-1758) le 6 oct. 1730. Lui succède à sa mort (août 1758). Des éditions publiées sous son nom aux dates de 1755, 1756 et début 1758 semblent dissimuler des impressions prohibées et antidatées. Encore en activité en 1766. Décédée en 1768 ou peu avant

  • Libraire. - Succède à son mari le libraire parisien Louis-Philippe de Heuqueville, reçu maître le 14 janv. 1729 et décédé en 1747. D'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er janv. 1749, elle "demeure ruë Chartiere" et "s'est retirée". Elle est cependant attestée en activité par les "Tableau des libraires" jusqu'en 1768, date de son décès

  • Graveur et éditeur de musique. - Fils d'un aveugle de l'hôpital parisien des Quinze-Vingts. En apprentissage à partir de mai 1711 chez le graveur parisien de musique Henri de Baussen. Établi à son compte dès 1715. Obtient des privilèges à partir de 1724. A rédigé et publié plusieurs catalogues impr. de son fonds à partir de 1744. Poursuit le "Journal de clavecin" pour plagiat en 1765. Père du graveur en taille-douce Charles Hue (1743-1768). Une de ses filles, "Mlle Hue", marchande de musique et lingère, meurt en mai 1783 à l'âge de 57 ans

  • Libraire. - Originaire de Genève, fils de marchand. Devient citoyen d'Amsterdam en mars 1706. Également auteur de préfaces et de catalogues

    À partir de 1748 travaille en association avec son fils David Pierre Humbert qui, à la mort de son père, continuera à publier sous la raison : " P. Humbert et fils"

  • Nom patronymique : Jeanne-Marguerite Cuquel. - Imprimeur-libraire. - Fille d'un maître chirurgien juré de Paris. Épouse en fév. 1724 l'imprimeur-libraire Jean-Baptiste Lamesle. Lui succède à son décès en 1742. Se démet de son imprimerie avant le 1er mars 1764. Exerce la librairie jusqu'en 1768 au moins. Décédée à Paris en août 1772 ; inventaire après décès le 5 oct. 1772

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi (et du collège royal). - Natif de Verdun. Associé au libraire Leroux en 1742-1743, il publie avec lui un catalogue de leur librairie en mars 1743. Reçu imprimeur par arrêt du Conseil du 15 mars 1743. Dit âgé de 67 ans lors de l'enquête royale de 1764. En 1768, il demande que sa place d'imprimeur soit cédée à son neveu, Claude Le Comte

  • Imprimeur-libraire. - Fils, associé dès 1724 environ, puis successeur en 1752 de Jean Leconte. Son officine est fermée et son matériel saisi le 20 juin 1753 en exécution de l'arrêt du Conseil du 31 mars 1739 limitant le nombre d'imprimeries dans le royaume. Rétabli et maintenu imprimeur sa vie durant par arrêt du Conseil du 8 avril 1754 (confirmé en mai 1759). À partir de 1758 environ, il travaille en association avec le libraire Louis-Philippe-Claude Hovius ; celui-ci rachète peu après l'imprimerie de Sébastien Delamare et en confie la direction à Jean-Baptiste Leconte, qui lui sert de prête-nom (1er juin 1762). Dit âgé de 65 ans lors de l'enquête royale de 1764. Après la destitution de L.-P.-C. Hovius, le matériel est racheté par J.-B. Leconte, qui devient seul imprimeur de Saint-Malo (arrêt du Conseil du 20 juillet 1767), avant de se démettre, moyennant pension, en faveur de son ex-compagnon Julien Valais, pourvu en son remplacement par arrêt du Conseil du 1er déc. 1767. Exerce encore la librairie en 1768 au moins. Dit âgé de 72 ans et 9 mois lors de son décès (mai 1773)

  • Nom patronymique : Marie-Anne Benardeau. - Imprimeur-libraire. - Fille d'un couvreur de Tours, elle épouse en avril 1712 l'imprimeur-libraire de Tours Jean I Masson. Succède à son mari décédé en oct. 1732. Dite âgée de 75 ans lors de l'enquête royale de 1764 et de 79 ans environ lors de son décès (sépulture Tours, 21 janv. 1768)

    Travaille en association avec son fils Jean II Masson (1714-1772), reçu imprimeur en fév. 1747

  • Nom patronymique : Catherine de Canville (ou : Decanville). - Libraire. - Succède à Denis Mouchet, décédé en juillet 1755. Dite âgée de 84 ans lors de son décès (juin 1768)

  • Autre(s) graphie(s) : Nyon fils. - Libraire. - Fils du libraire parisien Jean-Luc I Nyon ; né peu après 1700. Reçu maître le 12 juin 1722. L'"Historique des libraires" de l'inspecteur Joseph d'Hémery le dit, à tort, âgé de 40 ans au 1er janv. 1752. Peu après sa mort (Paris, 24 juillet 1768), sa veuve Marie-Madeleine Berrurier, sœur de la femme du libraire Pierre Guillyn, cède son fonds de librairie à Guillaume-Luc Bailly pour la somme de 265 000 l., le 24 août 1768. Ses sept enfants, dont trois fils libraires (Jean-Luc III, Pierre-Michel et Nicolas-Henri Nyon), se partagent la succession par acte du 21 nov. 1769

  • Nom patronymique : Jeanne Royer. - Imprimeur-libraire. - Épouse l'imprimeur-libraire de Troyes Jean IV Oudot en juillet 1721. Lui succède après son décès (janv. 1745). Le libraire Jean-François Bouillerot lui confie les impressions destinées au collège et à l'évêché. Le 15 août 1760, un arrêt du Conseil limite le nombre de places d'imprimeurs à Troyes. Bien qu'autorisée à continuer à exercer sa vie durant, la veuve de Jean IV Oudot revend à Jean Garnier, en nov. 1762, son matériel et ses immeubles pour la somme de 15 000 livres. Semble avoir continué à exercer la librairie jusque vers 1768. Décédée à Troyes le 4 août 1781, dite alors âgée de 81 ans

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de monseigneur le chancelier (1741) ; imprimeur des fermes (et droits) du Roi. - Dit âgé de 15 ans lors de son entrée en apprentissage (sept. 1700). Lors de l'enquête de nov.-déc. 1701, il est dit natif de Bourges, âgé d'environ 17 ans, apprenti chez l'imprimeur-libraire parisien Urbain Coustelier depuis 1700. Reçu libraire le 22 sept. 1711 en qualité de gendre du défunt libraire Guillaume I Saugrain, et imprimeur le 10 sept. 1723. Dit à tort âgé de 60 ans en janv. 1752 par l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur d'Hémery. Se démet de sa place d'imprimeur en sept. 1758 en faveur de son fils Laurent-François Prault, mais exerce la librairie jusqu'à son décès. Beau-père de Jacques-Nicolas Leclerc. Dit âgé de 83 ans lors de son décès (Paris, 7 juillet 1768). Inventaire après décès le 15 juillet 1768. A aussi publié sous de fausses adresses dont Avignon, Nancy et La Haye, et sous divers noms d'emprunt dont Gosse et Neaulme

    Regroupe autour de son privilège d'imprimeur des fermes les "Libraires associés pour l'impression des ordonnances des Fermes" (1733-1736?)

  • Imprimerie-librairie musicale. - Association des éditeurs de musique William Randall (17..-1776) et John Abell (17..-1768), qui prend la succession de John II Walsh (1709-1766) en janv. 1766. Après la mort de John Abell (29 juillet 1768), William Randall poursuit seul son activité

  • Libraire. - Fils du libraire parisien Jacques II Rollin. Reçu maître le 5 mars 1720. En 1734, il rachète en viager, avec son beau-frère Jean-Louis Genneau, le fonds de son père Jacques II Rollin. En 1742, il acquiert une partie du fonds de Charles I Robustel. L'"Historique des libraires" de l'inspecteur Joseph d'Hémery le dit âgé de 50 ans au 1er janv. 1752. Se serait retiré plusieurs années avant sa mort (Paris, 13 déc. 1768). Inventaire après décès le 30 déc. 1768

    De 1734 à 1747, travaille en association avec Jean-Louis Genneau

  • Nom patronymique : Anne-Barbe Knapen. - Libraire. - Fille de l'imprimeur-libraire parisien Jean-François Knapen, elle épouse en premières noces le marchand apothicaire Joseph Alary. Veuve, elle se remarie le 6 août 1727 avec le libraire Guillaume II Saugrain. Veuve à nouveau le 22 juillet 1733, elle se remarie en 1735 avec le libraire Jean Rouy (1707?-1749). Lui succède à son décès le 24 nov. 1749. Décédée à Paris le 27 janv. 1768

  • Imprimeur-libraire. - Fils d'un chanoine de Worcester. En 1768, il vend son affaire à John I Murray et devient banquier chez Snow and Denne

  • Marchand-cartier à Bruxelles, paroisse Saint-Michel et Sainte-Gudule, entre 1755 et 1768. - Fils du marchand-cartier Arnould Sarton. - Associé un temps à ses frères et soeurs autour de 1755, il est ensuite à son seul compte entre 1756 et 1767. - Son successeur est Pierre-Antoine Keusters

  • Autre(s) graphie(s) : Stösselin. - Imprimeur-libraire ; imprimeur de la cour [du duc-électeur de Saxe et roi de Pologne]. - Associée à Johann Karl Krause, son cousin, à la tête de la "Hofbuchdruckerei" du duc de Saxe-roi de Pologne à partir de 1755 environ

  • Épouse le libraire parisien Jérôme Trabouillet (1680-1740?). Lui succède à son décès. Attestée en activité par le "Tableau des libraires" de 1742 à 1768. Pourtant, d'après l'"Historique des libraires" de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er janv. 1749, "elle ne tient pas boutique". Décédée avant 1772

  • Nom patronymique : Madeleine Diunière. - Veuve en premières noces d'un marchand gantier de Tours, elle se remarie avec l'imprimeur-libraire parisien Guillaume-Amable II Valleyre, qui la laisse veuve en 1737 ou peu avant. D'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er janv. 1749, "elle vend et achette de vieux livres. Elle a quitté et va demeure[r] du costé de Sens". Aurait cédé son fonds de librairie à son beau-frère Gabriel Valleyre en janv. 1753. Elle est cependant toujours attestée sur les "Tableau des libraires" de Paris entre 1762 et 1768. Décédée avant 1772

Tout (36 Documents)