Auteurs nés en 1784351 documents

Auteurs morts en 1784220 documents

Personnes ayant débuté leur activité en 178458 documents

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Latomopolis" ("cité des tailleurs de pierre") et aux dates de "l'an de la V. L. 5784" et de "l'an de la V. L. 5788", dissimule des impressions françaises (parisienne en 1784 d'après le matériel typographique ainsi que les bibliographies d'A. Wolfstieg et P. Fesch ; provinciale en 1788 d'après le matériel typographique) de l'"Essai sur la franc-maçonnerie..." dû à Jean-Pierre-Louis Beyerlé. La marque au Phénix et la devise "Perit ut vivat" figurent en fin d'ouvrage

  • Imprimeur-libraire ; à Rennes, imprimeur-libraire de la faculté des droits (et des citoyens-militaires) ; à Brest, imprimeur de la représentation nationale. - Second fils et successeur de l'imprimeur-libraire Nicolas III Audran, qui se démet en sa faveur en 1784. Emprisonné le 22 janv. 1794 pour avoir imprimé des écrits favorables à la princesse de Lamballe, il n'est libéré le 9 avril 1794 qu'à la condition d'aller s'établir à Brest. Breveté imprimeur le 20 juillet 1811. Imprimerie fermée et brevet retiré en avril 1812 sur ordre du directeur général de la Librairie. Brevet cependant renouvelé le 8 déc. 1817. Décédé peu avant le 26 fév. 1818 (lettre du préfet du Finistère)

  • Imprimeur-libraire et papetier ; imprimeur du Roi ; du collège [de Limoges] ; de la garde nationale (1790-1792) ; de la Société populaire (1793-1794) ; de monseigneur l'évêque (1807) ; du département [de la Haute-Vienne] (1814) ; du Roi et du clergé (1814). - Fils et successeur de l'imprimeur-libraire de Limoges Martial Barbou. Après des études au collège de Juilly, il se forme chez ses cousins Barbou à Paris. Libraire dès 1784, il est reçu imprimeur par arrêt du Conseil du 11 juin 1785. Continue d'imprimer à partir de 1785 le "Calendrier ecclésiastique et civil du Limousin", et dès 1788 édite l'"Indicateur du diocèse et de la généralité de Limoges". Choisi parmi ses collègues imprimeurs le 23 fév. 1789 pour être député à l'assemblée du Tiers État du Limousin et participer à la rédaction du cahier de doléances. Ayant subi de lourdes pertes lors de l'incendie de son quartier le 6 sept. 1790, il reçoit une indemnité. Demande en vain à se faire attribuer les impressions du département de la Haute-Vienne (sept. 1790). Capitaine de son district (1789) puis colonel de la garde nationale à Limoges (1790-1792). Administrateur de l'hôpital de Limoges (1791-1793). Acquéreur de plusieurs biens nationaux dont l'ancien couvent des Feuillants, où il installe son imprimerie de 1791 à 1806. En 1793- 1794, publie notamment le "Journal du département de la Haute-Vienne". Exerce aussi sous la raison "Imprimerie républicaine" en 1793-1794. Franc-maçon sous le Consulat et l'Empire. Breveté imprimeur le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 20 nov. 1818) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 5 août 1818). Atteint d'une maladie cérébrale, il se fait interdire d'exercice au profit de sa femme (qui a pris la direction de ses affaires dès 1817) par jugement du 12 juillet 1819. Décédé en 1820. Ses fils Prosper et Henri Barbou, devenus majeurs, reprennent la librairie en 1821

  • Imprimerie-librairie. - Société formée en 1784 par Jean Paul Barde, son beau-frère Gaspard Joël Manget et d'autres associés. Rachète en 1786 le fonds de librairie de Barthélemy Chirol. La société étant dissoute en fév. 1794 et l'imprimerie vendue en sept. 1794, Jean Paul Barde et Gaspard Joël Manget reprennent l'exercice de la librairie chacun pour son propre compte

  • Autre(s) graphie(s) : Barr, James. - En apprentissage de sept. 1769 à nov. 1783 ; établi en 1784 ou peu avant

  • Nom patronymique : Marie-Gabrielle de Beaux-Hoste. - Imprimeur du Roi et des États généraux de la province du Languedoc (1785-1788). - Veuve de l'imprimeur-libraire de Narbonne Jean Besse (1704-1784), qu'elle avait épousé le 12 nov. 1738. Succède à son mari décédé en nov. 1784. Ne pouvant assumer la charge de l'imprimerie, elle se démet le 26 avril 1787. Publie encore au début de 1788 le "Procès verbal des séances de l'assemblée provinciale de Roussillon, tenue à Perpignan, dans les mois de décembre 1787, & janvier 1788". Jean-Baptiste-Augustin Decampe, prote de l'imprimerie Besse depuis sept ans, rachète le fonds à crédit pour 26 490 l. et s'établit le 7 avril 1788

  • Deuxième fils du libraire parisien Claude Bleuet et frère cadet du libraire Jean-Antoine Bleuet. Reçu maître le 5 oct. 1784, il n'exerce d'abord pas à Paris mais au Havre, où il se trouve encore en 1788 au moins. Acquitte cependant la capitation à Paris en 1790. Établi à son nom à Paris en sept. 1797 ou peu avant. Encore en activité en avril 1805 (commercialise alors un catalogue de vente de bibliothèques)

  • Travaille en association avec le libraire François Lacombe

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi (et du département de la Marne). - Fils de Claude-Ignace Bouchard, il s'engage dans la marine royale, y devient imprimeur en chef sur les escadres du Roi et ne peut succéder à son père décédé en 1779. De retour à Châlons en 1784, il obtient d'y exercer conjointement avec son cousin Claude-Ignace de Pinteville et sous un seul titre ; travaille en association avec lui jusqu'à sa retraite, en 1805

Personnes ayant cessé leur activité en 178448 documents

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur et libraire des facultés de droit [transférées de Nantes à Rennes en 1735]. - Fils de l'imprimeur-libraire de Rennes Nicolas II Audran. Sa mère Jeanne-Thérèse Pathelin, veuve de Nicolas II Audran, se démet en sa faveur dès juillet 1740. Reçu par arrêt du Conseil du 9 mai 1742. Dit à tort âgé de 52 ans lors de l'enquête de 1764. Après la mort de Nicolas-Paul Vatar, il lui est néanmoins permis de se démettre en faveur de son fils Nicolas-Xavier Audran (1784)

  • Artiste lyrique (ténor), guitariste et claveciniste. - Maître de chant, de guitare et de clavecin. - Marchand de musique. - Reprend le commerce et l'enseigne de Nicolas Jolivet en 1778. - Décédé avant le 18 janvier 1785. - Sa veuve, née Furcie-Louise Leroy, lui succède

  • Imprimeur (-libraire ordinaire) de la ville. - Attesté lors de l'enquête royale de 1764 (appendice de 1768 pour la Lorraine). Figure encore sur l'"État des imprimeurs qui sont en France" établi au 1er mai 1784

  • Imprimeur-libraire ; commissaire-priseur de livres. - Originaire de Glasgow, il suit un apprentissage de relieur avant d'aller travailler à Berwick-upon-Tweed chez Samuel Taylor. S'établit à Dublin en 1759 comme libraire et "book-auctioneer". En faillite en 1767, il part pour l'Amérique et remonte à Philadelphie une affaire de librairie et d'enchères de livres (avril 1768), puis d'imprimerie. Dit âgé de près de 60 ans lors de son décès (sept. 1784)

  • Graveuse et marchande de musique. - Épouse de Jean-Baptiste Bérault, compositeur et hautboïste. - Son fonds de commerce est vendu à Jean-Georges Sieber le 28 octobre 1784

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi et de monseigneur l'(illustrissime et révérendissime) archevêque (et du clergé) [de Narbonne]. - Fils et successeur de l'imprimeur-libraire de Narbonne Guillaume II Besse. Reçu imprimeur par arrêt du Conseil du 30 mars 1744. Imprime également pour les États de Languedoc ainsi que pour les Fermes. Dit âgé d'environ 60 ans et en activité depuis environ 21 ans lors de l'enquête royale de 1764. Publie le "Bulletin de Narbonne" de 1780 à 1782. Décédé à Narbonne en nov. 1784. Sa veuve lui succède avant de se démettre en avril 1787

  • Imprimeur-libraire. - Fils d'un distributeur de tabac et bourgeois de Mons ; neveu de l'imprimeur-libraire montois Léopold Joseph Varret. Apprenti imprimeur à Bruxelles puis à Louvain, il est reçu imprimeur et libraire à Mons par lettres patentes du 15 janv. 1780. Semble s'être retiré peu après le décès de son épouse (4 août 1784)

  • Se qualifie de "libraire françois et anglois" et d'imprimeur privilégié de S. A. C. pour la "Liste de Spa" et pour les cartes de visite et d'invitation à partir de janv. 1774. Tenait auparavant cabinet de lecture à Spa. Gendre de Joseph François Desoer. Son épouse semble lui avoir succédé dès 1785

  • Graveur à Londres, il travaille pour Peter Bell

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de Son Éminence l'archevêque de Besançon. - Fils aîné de l'imprimeur-libraire de Besançon Jean-Baptiste Charmet et successeur de sa mère, veuve de Jean-Baptiste Charmet. En activité dès 1760. Reçu imprimeur par arrêt du Conseil du 15 fév. 1762. Dit âgé de 25 ans lors de l'enquête royale de 1764. Décédé en déc. 1782. Sa veuve lui succède, mais des publications paraissent encore sous le nom de Jean-Félix Charmet jusqu'en 1784 au moins. À distinguer de son cousin, l'orfèvre de Besançon Jean-Félix Charmet (1742-1803), fils de l'orfèvre Simon Charmet (1711-1786) et petit-fils du libraire Nicolas Charmet (1674?-173.?)

    Travaille en association avec son frère (Charles-) Antoine Charmet et ses sœurs, sous la raison "Frères et sœurs Charmet" de 1760 à 1771

Organisations créées en 178425 documents

Organisations ayant cessé d'exister en 17847 documents

  • Abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin de la congrégation de Saint-Victor fondée en 1226. Elle adhéra à la congrégation de France au XVIIe siècle. Supprimée en 1784 par la Commission des réguliers et transformée en ferme

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 755 par saint Ambroise et Pépin le Bref, ou plus vraisemblablement en 838 par des moines de l'abbaye de Conques et Pépin 1er d'Aquitaine (selon les sources). Elle dépendit de l'abbaye de Conques jusqu'en 1096. Sécularisée en 1536 par le cardinal Charles de Lorraine, elle devint collégiale, tout en gardant le titre d'abbaye. Le dernier abbé mourut en 1784. - Entièrement démolie, sauf la salle capitulaire et l'abbatiale qui devint église paroissiale

  • Abbaye cistercienne, fondée en 1123 sur un terrain donné par le marquis de Montferrat à des moines provenant de la Ferté. - Supprimée en 1784

  • École supérieure fondée par Jan Zamoyski en 1595 qui a fonctionné jusqu'en 1784

  • Imprimerie appartenant à Juan Valero, adjudant de la garde d'infanterie du palais. Une imprimerie du même nom réapparaît en 1820 sans qu'il y ait eu continuité

  • Imprimerie et librairie établie à Deutz, en face de Cologne, sur la rive droite du Rhin, et publiant les périodiques internationaux de langue française ayant obtenu privilèges de l'archevêque-électeur de Cologne, le "Magazin politique et historique" (1780) et le "Nouvelliste politique d'Allemagne" (de 1780 à 1784). L'imprimerie, tenue par le journaliste et éditeur Louis-François Metra (1738?-1804), est presque entièrement détruite au printemps 1784 par la débâcle des glaces du Rhin. Metra quitte ensuite Deutz et cesse de diriger le "Nouvelliste politique" pour fonder la Société typographique de Neuwied, sur le Rhin, près de Coblence. Louis de La Roque, ancien collecteur de la loterie de Cologne puis conseiller des finances de l'archevêque-électeur, fondateur nominal du "Nouvelliste politique", est l'un des titulaires des privilèges des ouvrages périodiques de l'électorat de Cologne et le prête-nom de Metra ; il tient aussi bureau de diffusion de ces "ouvrages périodiques" à Cologne, place de la Cathédrale, de janv. 1780 à mars 1782 au moins

  • Compagnie implantée au Venezuela dont l'objectif fondamental était de surveiller les échanges commerciaux avec l'étranger et de lutter contre la contrebande

Organisations ayant débuté leur activité en 17841 document

  • En 1784, Pieter Smidt van Gelder travaille avec son beau-père Maarten Schouten dans le moulin à papier "De Eendragt". En 1845, le moulin devint la fabrique fa. Van Gelder Zonen. Celle-ci devint, en 1900, la Vereenigde Koninklijke papierfabrieken der firma Van Gelder zonen, puis Koninklijke papierfabrieken Van Gelder zonen. Après la faillite de 1981, l'entreprise reprit en 1983 sous le nom de Crown Van Gelder papierfabrieken pour devenir, en 2003, Crown Van Gelder n.v.

Organisations ayant cessé leur activité en 17842 documents

  • Imprimerie appartenant à Juan Valero, adjudant de la garde d'infanterie du palais. Une imprimerie du même nom réapparaît en 1820 sans qu'il y ait eu continuité

  • Imprimerie et librairie établie à Deutz, en face de Cologne, sur la rive droite du Rhin, et publiant les périodiques internationaux de langue française ayant obtenu privilèges de l'archevêque-électeur de Cologne, le "Magazin politique et historique" (1780) et le "Nouvelliste politique d'Allemagne" (de 1780 à 1784). L'imprimerie, tenue par le journaliste et éditeur Louis-François Metra (1738?-1804), est presque entièrement détruite au printemps 1784 par la débâcle des glaces du Rhin. Metra quitte ensuite Deutz et cesse de diriger le "Nouvelliste politique" pour fonder la Société typographique de Neuwied, sur le Rhin, près de Coblence. Louis de La Roque, ancien collecteur de la loterie de Cologne puis conseiller des finances de l'archevêque-électeur, fondateur nominal du "Nouvelliste politique", est l'un des titulaires des privilèges des ouvrages périodiques de l'électorat de Cologne et le prête-nom de Metra ; il tient aussi bureau de diffusion de ces "ouvrages périodiques" à Cologne, place de la Cathédrale, de janv. 1780 à mars 1782 au moins

Œuvres terminées en 178426 documents

Spectacles représentés en 17844 documents

Documents publiés en 17845001 documents

  • [12 petites vignettes]

    [estampe]

    Description matérielle : 12 est. : gravure en taille-douce ; 7,7 x 4,9 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin
    Note : 12 petites vignettes, d'après Queverdo, représentant six scènes de Figaro et six de Blaise et Babet
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome V, Cochin fils (Charles-Nicolas)-H. Dambrun / par Marcel Roux,. - Bibliothèque nationale (Paris), 1946, article DAMBRUN (Jean), n. 149
    Édition : [Paris] : [Boulanger] , [1784]
    Graveur : Jean B. Dambrun (1741-18..)
    Peintre du modèle : Queverdo (peintre, 17..-17..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb445445707]
  • 1763. // Deus Judex Justus, // Refait en 1784. // Division du Pseaume VII // Domine Deus in te speravi

    Description matérielle : 1 partition (14 f. et 2 f. vides à la fin) : 28,5 x 22 cm
    Description : Note : Titre propre pris au départ. - Motet composé d'extraits du psaume 7, respectivement les versets 12, 13, 9 (extrait), 11, 2, 18. - Version remaniée en 1784 (1re version : 1763, inconnue). - Voix : Sol 2, Fa 4. - Choeur : Sol 2, Ut 3, Ut 4, Fa 4. - Vl 2, b. - Foliotation ajoutée. - Mention d'ancienne classification du cons., au départ : "N° 17"
    Filigranes : D. Malmenaide. - Auvergne
    Sources : Catalogue thématique grand motet français, n° 806
    Édition : , 1784
    Compositeur : François Giroust (1737-1799)
    Fabricant du papier : D. Malmenaide (fabricant de papier, 17..?-17..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39644123c]
  • 1767. Confitebor tibi Domine... narrabo. // Refaut en 1784

    Description matérielle : 1 partition (84 p.) : 29,5 x 22 cm
    Description : Note : Titre propre pris au départ de la partition . - 2de version du psaume (1re version : 1767 ; perdue). - Daté précisément à la fin : "A Versailles ce 30 aoust 1784.". - Parties (rel. à la fin ; non autogr., papier bleuté) : Récit D'haute contre [n° 4, Psallite Domino ; n° 5, Miserere mei Domine] ([3] f.), Récit de Dessus [n° 5 Tibi derelictus est/ Miserere mei Domine/ Exurge Domine Deus, n° 6 Contere brachium peccatoris et maligni] ([4] f. ; les trois voix du trio Miserere mei Domine, dessus, haute-contre, basse-taille, sont en accolade ; f. [4] vide), Basse Taille [n° 5, Miserere mei Domine] ([1] f.) . - Voix : Sol 2, Ut 3, Fa 4. - Choeur : Sol 2, Ut 3, Ut 4, Fa 4. - Vl 2, vla, fl 2, ob 2, cl 2, cor 2 (en ré), fag 2, b, cb. - Rel. avec Veni sponsa mea (du Cantique des cantiques) et Confitebor tibi... in consilio (psaume 110) du même compositeur ; voir respectivement H. 553 et H. 555. - Ancienne numérotation du cons. au départ : "N° 9". - Étiquette du marchand-papetier Janet au contreplat de la rel.
    Sources : Catalogue thématique grand motet français, n° 781
    Édition : , 1784
    Compositeur : François Giroust (1737-1799)
    Relieur : Michel Janet

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39643644g]
  • 1. Avanzo del condotto dell' Anione Vecchio...

    [estampe]

    [2e édition]
    Description matérielle : 1 est. : eau-forte ; 13 x 19,5 cm (élt d'impr.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte
    Note : Légende explicative sous l'image
    Sources : Giovanni-Battista Piranesi, essai de catalogue raisonné de son oeuvre / par Henri Focillon, Paris, 1918, n° 161
    Sources : Giovanni Battista Piranesi : the complete etchings / John Wilton-Ely, San Francisco, 1994, n° 296
    Édition : [Roma] , [1784]
    Graveur : Giambattista Piranesi (1720-1778)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436138300]
  • 1.ere Expérience de la Machine Aërostatique, avec les moyens de la diriger à volonté, par le Docteur Jonathan, et la vüe du Village // Dessessebrucque au Pays de Galles, d'où est partie cette Machine le 22. Décembre 1783...

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte coloriée ; 19,2 x 27,3 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - couleurs (épreuve coloriée)
    Note : Ballon dirigeable du D.r Jonathan
    Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
    Sources : Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. Tome III, Bizemont-Prunelé (Comte de) - Cars (Laurent) / Bibliothèque nationale, département des estampes ; par Marcel Roux,... - Bibliothèque Nationale (Paris), 1934, article BRESSE (C.), n. 1
    Édition : , [1784]
    Graveur : C. Bresse (graveur, 17..-17..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44535240h]
  • 1ere. Expérience de la Machine Aërostatique, avec les moyens de la diriger à volonté, par le Docteur Jonathan, et la vüe du Village Dessessebrucque au Pays de Galles, d'où est partie cette Machine le 22 Décembre 1783 à 9 heures du matin laquelle après avoir parcouru environ l'espace de 10 lieues est revenue tomber proche l'endroit d'où elle s'étoit enlevée. Cette Machine est construitte de fil de Laiton très fin, laminé et arangé en forme de toile ordinaire et couvert d'une toile de Coton enduitte d'un mastic, le Gouvernail est aussi de Laiton couvert d'une toile de Coton, et la Voile de toile ordinaire

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte sur papier bleuté coloriée ; 19,3 x 27,4 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - couleurs (épreuve coloriée)
    Note : Expérience vraisemblablement fictive : l'existence du personnage est mise en question par le journal : "Affiches, annonces et avis divers, ou Journal général de France", du samedi 7 février 1784, qui, ayant cité le titre, présente ainsi l'estampe : "Telle est l'explication qu'on a mise au bas de cette gravure, qui ne nous paroit qu'une charge, & en l'annonçant nous sommes bien éloignés de vouloir accréditer cette Expérience." ; au contraire le "Magasin pittoresque", Vol. 21, p. 302, 1853, semble accréditer une expérience par le docteur Jonathan le 24 décembre 1783 consistant en un lâcher de ballon équipé d'un réchaud
    Sources : Inventaire analytique du recueil "Histoire des ballons" : Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes, Ib-1 à Ib-4 / Gilbert Mondin, 1977, 231
    Édition : Paris : Esnauts et Rapilly , 1784
    Graveur : C. Bresse (graveur, 17..-17..)
    Éditeur commercial : Esnauts et Rapilly (17..-18..)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb421088002]
  • 1ere. Expérience de la Machine Aërostatique, avec les moyens de la diriger à volonté, par le Docteur Jonnhatham au Village de Dessessebrugue au Pays de Galles, d'où est partie cette Machine le 22 Décembre 1783 à 9 heures du matin, laquelle après avoir parcouru dix lieues est revenue descendre à l'endroit d'où elle s'étoit enlevée. Cette Machine est construite en Fil de Laiton très fin, laminé, arangée en forme de toile, et couverte d'une toile de Coton enduit de mastic. Le Gouvernail est aussi demême matière. Et la Voile de toile ordinaire

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte coloriée ; 21,2 x 17,8 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - couleurs (épreuve coloriée)
    Note : Expérience vraisemblablement fictive : l'existence du personnage est mise en question par le journal : "Affiches, annonces et avis divers, ou Journal général de France", du samedi 7 février 1784, qui, ayant cité le titre, présente ainsi l'estampe : "Telle est l'explication qu'on a mise au bas de cette gravure, qui ne nous paroit qu'une charge, & en l'annonçant nous sommes bien éloignés de vouloir accréditer cette Expérience." ; au contraire le "Magasin pittoresque", Vol. 21, p. 302, 1853, semble accréditer une expérience par le docteur Jonathan le 24 décembre 1783 consistant en un lâcher de ballon équipé d'un réchaud
    Sources : Inventaire analytique du recueil "Histoire des ballons" : Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes, Ib-1 à Ib-4 / Gilbert Mondin, 1977, 232
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , [1784?]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42108817s]
  • 1.er Globe Aërostatique de M. Blanchard enlevé au Champ de Mars le 2 mars 1784 29

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : coul. ; 10 x 4,7 cm (tr.c.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - couleurs (épreuve coloriée)
    Sources : Inventaire analytique du recueil "Histoire des ballons" : Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes, Ib-1 à Ib-4 / Gilbert Mondin, 1977, 315
    Édition : : Esnauts et Rapilly , [1784]
    Éditeur commercial : Esnauts et Rapilly (17..-18..)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb421183911]
  • 1er Recueil d'Airs tirés de l'opéra de Renaud, arrangés pour le clavecin ou piano-forte par Monsieur Charpentier,.... L'accompagnement de violon est ad libitum. Op. XVI...

    Description matérielle : In-fol. obl., 1 fol. limin., 21 p.
    Description : Note : Arrangement de Jean Jacques Beauvarlet-Charpentier. - Paroles de Leboeuf. - Au début catalogue de mus. instr. de l'éditeur. - Les airs sont à 1 v.. - Daté d'après Lesure
    Édition : A Paris : chez Leduc , [1784]
    Auteur du texte : Jean-Joseph Le Bœuf (17..-1799?)
    Arrangeur : Jean-Jacques Beauvarlet-Charpentier (1734-1794)
    Compositeur : Antonio Sacchini (1730-1786)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb432500755]
  • 1re. Expérience de la machine Aérostatique avec les moyens de la diriger à volonté par le Docteur Jonathan, et la Vüe du Village Dessessebrucque au pays de Galles d'ou est partie cette machine le 22. Dec.bre 1783 à 9 heures du matin laquelle après avoir parcouru environ l'espace de 10 lieues est revenue tomber proche l'endroit d'ou elle s'étoit enlevée, cette machine est construite de fil de laiton très fin laminé arangé en forme de toile ordinaire et couvert d'une toile de Coton enduite d'un mastic, le Gouvernail est aussi de laiton couvert d'une toile de coton, et la Voile de toile ordinaire

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte ; 10,8 x 15,8 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin
    Note : Expérience vraisemblablement fictive : l'existence du personnage est mise en question par le journal : "Affiches, annonces et avis divers, ou Journal général de France", du samedi 7 février 1784, qui, ayant cité le titre, présente ainsi l'estampe : "Telle est l'explication qu'on a mise au bas de cette gravure, qui ne nous paroit qu'une charge, & en l'annonçant nous sommes bien éloignés de vouloir accréditer cette Expérience." ; au contraire le "Magasin pittoresque", Vol. 21, p. 302, 1853, semble accréditer une expérience par le docteur Jonathan le 24 décembre 1783 consistant en un lâcher de ballon équipé d'un réchaud
    Sources : Inventaire analytique du recueil "Histoire des ballons" : Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes, Ib-1 à Ib-4 / Gilbert Mondin, 1977, 228
    Sources : Inventaire analytique du recueil "Histoire des ballons" : Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes, Ib-1 à Ib-4 / Gilbert Mondin, 1977, 230
    Édition : [S.l.] : [s. n.] , [1784?]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42106148n]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données