Auteurs nés en 1794496 documents

Auteurs morts en 1794556 documents

Personnes ayant débuté leur activité en 179476 documents

  • Succède à Toulon à l'imprimeur-libraire Marc Aurel, originaire de Valence. En activité dès 1794. Breveté imprimeur le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 8 août 1816), libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 27 août 1818) et lithographe le 10 juillet 1819. Publie l'"Annuaire de la ville de Toulon". Condamné à deux amendes en 1827 pour ne pas avoir déclaré un livre qu'il avait imprimé. Encore en activité en 1838. Eugène Aurel lui succède en 1840 ou peu avant

  • Imprimeur-libraire ; à Montauban et à Beaumont, imprimeur de la République. - Natif de Vaissac, près de Montauban. Professeur à Paris à partir de 1785. Écrivain politique jacobin ; volontaire de la garde nationale parisienne ; rédacteur du périodique "La Lanterne aux Français" (1790). S'établit imprimeur à Montauban en fév. 1794, avec son frère cadet Jean-Charles Baillio ; se transporte dès juin 1794 à Castelsarrasin, avec, au printemps 1795, une annexe à Beaumont. De retour à Paris en l'an IV (1795-1796). En 1798-1799, publie aussi sous la raison : "Imprimerie des Affiches du jour". Encore en vie en juillet 1824 d'après le "Journal de Tarn-et-Garonne", après s'être retiré de la librairie en 1800 et avoir beaucoup voyagé à travers le monde. Peut-être à rapprocher du "Juan Baillio" qui aurait été imprimeur de Simon Bolivar en 1816

    En 1795-1797, à Paris, imprimeur associé au libraire Dominique Colas (fils)

  • Variante(s) de prénom : Pierre-François-Marie ; Pierre-Marie-François-Louis. - Poète, traducteur et auteur dramatique ; également imprimeur-libraire. - Fils de l'imprimeur-libraire de Toulouse Jean-Florent Baour, auquel il succède peu avant le décès de celui-ci (15 mai 1794), avant avril 1794. Dès juillet 1794, revend la maison (et probablement la librairie) dont il a hérité au libraire Jean-François Douladoure. Au début de l'année 1795, après un bref mariage et un divorce, il quitte Toulouse, où il continue toutefois à séjourner fréquemment jusqu'en mai 1804, et s'établit à Paris pour s'y consacrer à la littérature. Ajoute en 1795 à son patronyme le nom de Lormian, forgé d'après celui de sa propriété de L'Ourmet, près de Toulouse. Un journal éphémère, "L'Orateur français", publié à Toulouse en oct. 1797, est encore imprimé sous son nom ("Citoyen Baour"). Traducteur du Tasse, d'Edward Young et d'Ossian. Liquide ses dernières propriétés de Toulouse en 1814. Élu à l'Académie française en mars 1815. Décédé à Paris en déc. 1854

  • Imprimeur du Collège de France avec Jean-Michel Eberhart (1801-1802). - Succède à l'imprimerie de Philippe-Denis Pierres en association avec Jean-Michel Eberhart de 1794 à 1802-1803 au moins. Semble avoir publié également seul

  • Imprimeur. - Natif de Rouen. Avocat de formation (reçu en 1789) ; élu juré du tribunal de district de Rouen le 1er janv. 1792 (d'après le "Journal de Rouen" à cette date). Monte une imprimerie dès l'an II (1793-1794). Associé à partir de mai 1796 à "l'Imprimerie des Arts" de Rouen avec Simon-Barthélemy-Joseph Noël de la Morinière ; impriment ensemble le "Journal de Rouen et du département de la Seine Inférieure". En août 1797 au plus tard, Frédéric Baudry se retire de l'Imprimerie des Arts. D'après un rapport préfectoral du 1er juillet 1806, il travaille principalement pour les tribunaux, l'octroi et les droits réunis. Breveté imprimeur le 15 juillet 1811. Se démet en faveur de son fils Frédéric-Louis Baudry (1792-1845), breveté imprimeur en sa succession le 12 oct. 1813. Décédé en juin 1837 à La Neuville-Chant-d'Oisel (canton de Boos, dép. Seine-Maritime)

  • Imprimeur-libraire ; éditeur de musique, d'estampes et de cartes géographiques ; relieur ; propriétaire d'un cabinet de lecture ; papetier. - Exerce à Londres à partir de 1794 au plus tard. Publie également des partitions de musique vers 1798 et des gravures autour de 1820. Probablement décédé en 1840, date à laquelle la raison "L. Booth" (i. e. Lionel Booth) succède à "J. Booth"

  • Imprimeur-libraire et journaliste ; imprimeur du département [du Calvados] (1797-1798) ; imprimeur de la préfecture du Calvados (1800-1801). - Fils d'un Pierre Boullay. Épouse le 4 août 1794 Marie-Françoise Malassis (née le 27 mai 1771), fille aînée de l'imprimeur-libraire d'Alençon Jean-Zacharie Malassis (1745-1828) ; il est alors qualifié d'adjoint à la commission d'organisation du mouvement des armées de terre. Exerce l'imprimerie et la librairie à Caen de 1794 à 1807 au moins. Âgé de 31 ans en 1796. Propriétaire, rédacteur et imprimeur de la "Gazette du Calvados" entre 1796 et 1799. Assiste en tant que témoin au mariage d'Adeline-Augustine Rouillon (1808-1873) le 16 sept. 1822 à Alençon, en qualité d'oncle maternel ; alors qualifié de "propriétaire"

  • Imprimerie-librairie. - Fondée en 1794 par Christoph Gottlob Breitkopf (1750-1800) et Gottfried Christoph Härtel (1763-1827). Se spécialise dans l'édition d'œuvres musicales. Toujours en activité en 2018

  • Imprimeur-libraire. - Homme politique, journaliste et littérateur. Son beau-frère Louis-Adrien Garnier dit Garnier-Brosselard (17..-1826?) lui succède en 1804

  • Né à Cologne avant 1764. Frère aîné de Pierre (-François) Busseuil dit Busseuil jeune, avec qui il a travaillé parfois en association, sous la raison : "Busseuil frères". Établi libraire vers 1794 ; breveté imprimeur le 30 mars 1821. Avec son frère, rachète l'imprimerie de Jean Gaudin en 1824. Se démet de son brevet d'imprimeur en 1829. Pierre-François-Casimir Merson est breveté en sa succession le 21 fév. 1829

Personnes ayant cessé leur activité en 179481 documents

  • Graveur (1780) devenu imprimeur-libraire en 1789. Décédé en 1794 ; Anna Alberti lui succède jusqu'en 1802

  • Imprimeur-libraire et relieur. - A aussi pratiqué le commerce de mercerie, d'apothicairerie, etc. Âgé de 79 ans lors de son décès (fév. 1794). Philip Elliott semble avoir succédé à son imprimerie avant 1778

  • Imprimeur du Roi (et du parlement [de Metz]) (1785-1790) ; imprimeur du département [de la Moselle] et du district (1790) ; de la municipalité [de Metz] (1792). - Succède à son mari l'imprimeur-libraire de Metz Joseph Antoine, décédé en nov. 1785. Encore en activité en 1794

    Travaille en association avec son fils Charles-Marie-Brice Antoine

  • Libraire. - Membre de la société Marc Michel Bousquet et compagnie dès 1736 (?). Principal associé de François Grasset en 1758-1759. S'établit à son compte en 1759 en association avec son frère. Publications à son nom en 1759-1761 et 1775-1783, bien qu'il ait déclaré en 1765 avoir "entièrement quitté le commerce de la librairie" en vendant son fonds à "François Grasset et compagnie"

  • D'origine française et résidant depuis quelques années à Livourne, le jeune Giuseppe Aubert est engagé en 1762 par l'abbé Marco Coltellini, qui vient d'acquérir une imprimerie de deux presses et lui en confie le soin, puis l'entière direction à partir de 1764 et jusqu'à sa revente en mars 1770. Publie notamment à Livourne le "Gazzettiere americano" d'Algarotti en 1763 et la 1re édition du traité "Dei delitti e delle pene" de Cesare Beccaria en 1764, sous la fausse adresse de "Monaco". Réimprime également l'"Encyclopédie" de Diderot et d'Alembert, avec le soutien de plusieurs notables associés et du grand-duc Pierre-Léopold de Toscane, entre 1769 et 1779, en 39 vol. in-folio, sous les raisons "Imprimerie de la Société" ou "Imprimerie des éditeurs". Entretient de 1766 aux années 1790 une correspondance avec les frères Alessandro et Pietro Verri, lettrés milanais. Encore en activité en 1794. Décédé quelques années plus tard

  • Libraire et commissaire-priseur. - Fils d'un Samuel Ballard, il succède au libraire de Londres Thomas Ballard en 1726. Publie de nombreux catalogues. Devenu infirme, il se retire en 1794. Dernier libraire de "Little Britain". Décédé à Londres le 2 janv. 1796, dit alors âgé de 88 ans. Testament approuvé le 20 fév. suivant

    Travaille sous la raison "Ballard and son" de 1755 à 1761

  • Autre(s) graphie(s) : Baours. - Imprimeur-libraire ; imprimeur juré du Roi en la ville de Pamiers (1759) ; [imprimeur] seul juré de l'université [de Toulouse] (1769) ; imprimeur de la ville [de Toulouse]. - Natif de Toulouse, fils de l'imprimeur en taille-douce Louis Baour. En apprentissage chez l'imprimeur-libraire toulousain Gaspard Hénault à partir de juillet 1740. Épouse en mars 1743 la fille de l'imprimeur-libraire Jean-Joseph Desclassan. Reçu libraire à Toulouse en succession de son père en 1746, il semble y avoir exercé la librairie dès 1744. S'installe à Pamiers vers 1750, où il monte une imprimerie peu après et se remarie en avril 1755 avec Marie Fontes, sœur du futur imprimeur Louis Fontes. En 1758, dit imprimer pour les évêques de Carcassonne, Auch, Mirepoix, Couserans, et pour l'académie des sciences de Toulouse. Établi imprimeur à Pamiers par arrêt du Conseil du 12 mai 1759. Attesté imprimeur à Pamiers et libraire à Toulouse lors de l'enquête royale de 1764 ; dit alors âgé de 39 ans. Autorisé à échanger sa place d'imprimeur à Pamiers avec Jean-Pierre Faye, imprimeur surnuméraire à Toulouse, par arrêt du Conseil du 14 janv. 1765. N'est reçu à Toulouse que le 9 août 1772, bien qu'il y exerce depuis longtemps. Imprimeur, directeur et rédacteur des "Affiches de Toulouse" en 1775-1776, puis de 1781 à août 1785. En procès avec la basoche, puis, vers 1776, avec les procureurs de Toulouse. Également auteur de poésies, dont certaines en langue d'oc, et de l'"Almanach de la ville de Toulouse" (puis "... de la province de Languedoc", "... du département de la Haute-Garonne"), qu'il publie de 1780 à 1793. Écuyer et scelleur de la chancellerie de France près le parlement de Toulouse. Cède peu avant sa mort (mai 1794) son imprimerie à son fils, le futur écrivain Pierre-Marie-François Baour-Lormian (1770-1854)

    A travaillé en association avec Jean-Joseph Douladoure

  • Imprimerie-librairie. - Société formée en 1784 par Jean Paul Barde, son beau-frère Gaspard Joël Manget et d'autres associés. Rachète en 1786 le fonds de librairie de Barthélemy Chirol. La société étant dissoute en fév. 1794 et l'imprimerie vendue en sept. 1794, Jean Paul Barde et Gaspard Joël Manget reprennent l'exercice de la librairie chacun pour son propre compte

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi (et du présidial) ; imprimeur (national) du département du Gard. - Fils de l'imprimeur-libraire de Nîmes Antoine-Accurse Belle. Succède à sa mère, veuve d'Antoine-Accurse Belle, par arrêt du Conseil du 22 mai 1776. Imprime le "Journal de Nîmes" (janv. 1786 - déc. 1789) et le "Journal de Languedoc" (janv.-nov. 1787). Condamné à mort comme conspirateur par le tribunal criminel du département du Gard le 4 avril 1794 et exécuté peu après. Veuve attestée en activité en 1795

Organisations créées en 179447 documents

Organisations ayant cessé d'exister en 179464 documents

  • Abbaye de Bénédictins fondée en 698 par saint Willibrord, 1er évêque d'Utrecht. Restaurée en 971 par saint Maximin, abbatiale consacrée en 1031, sous les vocables de la Sainte-Trinité, Notre-Dame, Saints-Pierre-et-Paul, et Saint-Willibrord. L'abbaye fut un important centre de production de manuscrits enluminés. Supprimée en 1794 par la Révolution française. Ses bâtiments sont aujourd'hui occupés par un musée

  • Abbaye de Bénédictins fondée vers 543 par l'évêque saint Germain, saint Doctrovée qui en fut le premier abbé, et le roi Childebert 1er, avec des moines de Saint-Symphorien d'Autun. D'abord sous le vocable de la Sainte-Croix et de Saint-Vincent, puis appelée Saint-Germain-des-Prés à partir de 754. Elle adhéra à la congrégation de Chezal-Benoît en 1514, puis à Saint-Maur en 1631. - Incendiée en 1794, sauf l'abbatiale devenue église paroissiale, et le palais abbatial

  • L'ancienne Abbaye de Lobbes était une antique et prestigieuse abbaye bénédictine située à Lobbes en Belgique. Fondée vers 654 , elle joua un rôle de première importance dans la vie religieuse, politique et intellectuelle de la principauté de Liège. L'atelier des copistes y produit des œuvres de grande qualité comme la« Bible de Lobbes » en 1084 .L'abbaye fut détruite par les révolutionnaires français en 1794

  • Libraires associés qui publient en l'an II (1793-1794) "Le Petit Sans-Culotte, almanach chantant..." (impr. par François I Belin)

  • Bibliothèque fondée en 1765 et supprimée en 1794 par le roi Stanislas-Auguste Poniatowski

  • Club révolutionnaire fondé par Danton. - Compta parmi ses membres C. Desmoulins, Fabre d'Eglantine, Legendre, Santerre, Marat. - Supprimé en 1794 ; ses derniers membres passèrent aux Jacobins

  • Collège fondé vers 1540 par des séculiers et ouvert jusqu'à 1794 (à partir de 1791, le principal et les régents, à l'execption de deux, ont prêté le serment constitutionnel)

  • L'évêque de Cologne devient électeur en 1357 et gouverne une principauté indépendante dont la ville même de Cologne ne faisait pas partie et ce jusqu'à l'arrivée des troupes françaises en 1794

  • Créée par le Comité de Salut Public pour dispenser une éducation révolutionnaire

Organisations ayant débuté leur activité en 17949 documents

  • Publie le journal de la réaction thermidorienne "L'Ami des citoyens", avec pour rédacteur Jean-Lambert Tallien, puis à partir du 3 déc. 1794 son secrétaire Jean-Claude-Hippolyte Méhée de La Touche dit Méhée fils (1760-1826), jusqu'au 30 pluviôse an III (18 fév. 1795), et son successeur "Le Spectateur français ou l'Ami des citoyens", rédigé par le même journaliste et diffusé à la même adresse du 21 fév. au 5 avril 1795. Le journal est imprimé par l'"Imprimerie des femmes, rue des Deux-Portes-Bon-Conseil, n° 8" du 22 oct. 1794 au 18 fév. 1795. Publie également, en 1794, "La Vérité tout entière sur les vrais acteurs de la journée du 2 septembre 1792...", opuscule dû à Méhée fils et imprimé par l'"Imprimerie de la Vérité, rue du Puit[s]-Qui-Parle", imprimerie de la réaction thermidorienne

  • Imprimerie embarquée à bord du vaisseau amiral de l'escadre de Toulon, le "Royal-Louis", rebaptisé le "Sans-Culotte" (29 sept. 1792) puis l'"Orient" (11 prairial an III). L'armement du navire commence le 14 germinal an II et inclut d'emblée une imprimerie, employant 3 personnes et dirigée du 27 avril au 15 nov. 1794 par l'imprimeur-libraire de Toulon Marc Aurel (1775-1834), puis par son second Jacques Grivel (natif de Saint-Étienne, alors âgé de 25 ans) jusqu'au 2 fév. 1795, enfin successivement par Pierre Milliat (lui aussi âgé de 25 ans, jusqu'en floréal an III) et Marc Morin. Les imprimeurs sont congédiés ou débarqués le 11 janv. 1797. Les publications de cette imprimerie portent à l'adresse : "À bord du Sans-Culotte, de l'imprimerie de l'escadre" puis "À bord de l'Orient, de l'imprimerie de l'Armée navale"

  • Autre(s) graphie(s) : Imprimerie de la Vérité, rue du Puit [sic]-Qui-Parle. - Imprimerie apparue au lendemain du 9-Thermidor (27 juillet 1794), sous l'adresse suggestive mais non fictive de la rue du Puits-Qui-Parle (voie rebaptisée en 1867 rue Amyot, Ve arrondissement). Publie principalement les opuscules accompagnant l'épuration et la réaction thermidoriennes, notamment "La Vérité tout entière sur les vrais acteurs de la journée du 2 septembre 1792...", due à Jean-Claude-Hippolyte Méhée de La Touche dit Méhée fils, secrétaire de Jean-Lambert Tallien, ou encore "Grande Épuration des Jacobins par le Tribunal révolutionnaire" et "La Longue Conspiration des Jacobins pour dissoudre la Convention..." Encore en activité le 19 janv. 1795. À distinguer de plusieurs autres "Imprimerie de la Vérité" ayant fonctionné à Paris peu avant ou pendant la Révolution

  • Raison sociale sous laquelle, lors de la réaction thermidorienne (après le 27 juillet 1794), sont publiés plusieurs écrits d'Y. Baralère (pseudonyme de Jean-Baptiste-Moïse Jollivet, 1753-1818, ex-député à l'Assemblée législative et adjoint à la commission des Poids et mesures) contre les Jacobins et les derniers partisans de Robespierre : "Le Coup de grâce des Jacobins...", "Les Jacobins convaincus d'imposture...", "Coupons-lui la queue". Cette raison sociale, d'après les publications du même J.-B.-M. Jollivet parues en 1795, dissimule peut-être l'imprimerie parisienne de la veuve d'Antoine-Joseph Gorsas (député girondin guillotiné en oct. 1793), rue Neuve-des-Petits-Champs

  • Imprimerie des commissions exécutives créées par le décret de la Convention nationale du 12 germinal an II (1er avril 1794) en remplacement du conseil exécutif. Réunie, par décret du 8 pluviôse an III (27 janv. 1795), à l'Imprimerie du Bulletin des lois afin de former la nouvelle Imprimerie nationale, puis en avril 1795 l'Imprimerie de la République

  • Imprimerie liée à une "École typographique pour les femmes" dont elle publie le prospectus. Gaëtan Deltufo (m. 1796) semble l'avoir dirigée

  • A pour directeur Louis-Pierre Dubray de 1794 à 1815

  • Imprimerie du "Courrier universel (ou l'Écho de Paris, des départements et de l'étranger)", journal lancé en oct. 1792 par Joseph-Benoît Duplain (dont le nom n'apparaîtra pas), avec (Jean ?) Husson (dont le nom apparaît en déc. 1792) pour responsable du bureau. Le périodique disparaîtra le 18 janv. 1800. Cette feuille, ayant connu de nombreux aléas, interruptions et interdictions, n'indique pas toujours de nom ni d'adresse d'imprimeur. La raison "Imprimerie du Courrier (universel)" ou l'une de ses variantes apparaît de façon certaine entre le 9 mars 1794 et le 17 janv. 1800

  • Imprimerie en activité après le 9-Thermidor (27 juillet 1794) et jusqu'à la fin de floréal an III (mai 1795) au moins, dans l'enclos du Temple à Paris. À distinguer d'une imprimerie de même nom établie à Paris, de 1793 jusqu'en juillet 1794, rue Saint-Honoré, n° 355 et Grande Salle du Palais de justice. Publie notamment le "Procès de Fouquier Tinville et autres membres du Tribunal...", n° 1-48 (mars-mai 1795)

Organisations ayant cessé leur activité en 179412 documents

  • Libraires associés qui publient en l'an II (1793-1794) "Le Petit Sans-Culotte, almanach chantant..." (impr. par François I Belin)

  • Imprimerie de la section révolutionnaire de la Réunion, appelée section de Beaubourg jusqu'en sept. 1792, centrée sur les rues Beaubourg, Saint-Martin et Sainte-Avoie

  • Imprimerie en activité à Paris à partir de janv. 1792 au plus tard. Imprime notamment de janv. à juin 1792 le "Journal des décrets de l'Assemblée nationale, pour les habitans des campagnes" et en 1793 "Le Véritable Père Duchesne". L'imprimerie n'est plus attestée après 1794

  • Imprimerie en activité dès 1791. Son appellation a évolué en fonction surtout du nombre de départements français (de 83 en 1791 à 86 en 1794). Peut-être liée à l'imprimeur Louis Quiber-Palissaux, exerçant en 1793-1794 rue du Faubourg-Poissonnière et se qualifiant "d'imprimeur des Départements". Également liée à la société des Jacobins, en 1793-1794 au moins. L'imprimerie ne semble plus exister au-delà de 1794

  • Imprimerie en activité à Marseille en 1793 et 1794. Raison sociale sous laquelle sont publiés plusieurs écrits de membres de la "Société populaire et montagnarde des Jacobins de Marseille". N'est plus attestée après 1794

  • Raison sociale sous laquelle, lors de la réaction thermidorienne (après le 27 juillet 1794), sont publiés plusieurs écrits d'Y. Baralère (pseudonyme de Jean-Baptiste-Moïse Jollivet, 1753-1818, ex-député à l'Assemblée législative et adjoint à la commission des Poids et mesures) contre les Jacobins et les derniers partisans de Robespierre : "Le Coup de grâce des Jacobins...", "Les Jacobins convaincus d'imposture...", "Coupons-lui la queue". Cette raison sociale, d'après les publications du même J.-B.-M. Jollivet parues en 1795, dissimule peut-être l'imprimerie parisienne de la veuve d'Antoine-Joseph Gorsas (député girondin guillotiné en oct. 1793), rue Neuve-des-Petits-Champs

  • Imprimerie en activité à Paris à partir de 1792. De juin 1793 à juillet 1794, les imprimeurs Louis-Isidore Pougin (1766-1847) et Laurent-Mathieu Guillaume (176.-1836) sont associés et se qualifient d'"imprimeurs du département de la Guerre". La dénomination "Imprimerie du département de la Guerre" ne semble pas perdurer au-delà de juillet 1794

  • Imprimerie en activité à partir d'avril 1793 au plus tard. Dirigée par Charles-Léopold Nicolas (1757?-1794), juré au Tribunal révolutionnaire. Encore en activité en juillet 1794. À distinguer d'une imprimerie de même nom établie à Paris, enclos du Temple, n° 37, après le 9-Thermidor (27 juillet 1794)

  • Imprimerie en activité à Paris à partir de 1792. Probablement créée au printemps 1792 par Jacques-René Hébert (1757-1794), alors l'un des rédacteurs-traducteurs des séances de l'Assemblée Législative. Imprime en plusieurs langues. Fait paraître en juin 1792 un numéro du périodique "Journal du soir sans réflexions, Courrier des trois armées et Correspondance étrangère". En 1793-1794, un autre rédacteur-traducteur des séances de la Convention, Gaëtan Deltufo, établi imprimeur rue des Deux-Portes-Bon-Conseil à Paris, a sans doute pris part à la gestion de l'imprimerie. Ne semble plus en activité après 1794

  • Imprimerie en activité dès le 1er mars 1793 et apparemment jusqu'au 9-Thermidor (27 juillet 1794). Publie notamment les "Lettres de Maximilien Robespierre, membre de la Convention..., à ses commettan[t]s" (1793, 2 vol.)

Œuvres terminées en 179420 documents

Spectacles représentés en 17941 document

Documents publiés en 17945122 documents

  • נביאים אחרונים

    Description matérielle : f. [lac. p. de t.], 1-11, 13-254
    Description : Note : Texte des Prophètes en carré ponctué ; commentaires en rashi et waybertaytsh. - L'adresse est prise au colophon, la date et l'imprimeur à la notice de l'exemplaire de l'Université de Bar Ilan
    Édition : Zultsbach : [Aharon & Zeqel Fraenkel] , 554 [1794/1795]
    Auteur du commentaire : Jacob ben Isaac Achkenazi (1550-1628), Salomon ben Isaac (1040-1105)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44730261m]
  • [13e] Concerto pour violon avec accompagnement d'orchestre...

    Description matérielle : 9 parties
    Description : Note : Parties : vl. princ., vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II
    Édition : Paris : Sieber père , [ca 1794]
    Compositeur : Giovanni Battista Viotti (1755-1824)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39793466f]
  • 1739 Alma Redemptoris. con Violini, Viola Violoncello e Contrabasso senza Orga[no]

    Description matérielle : 1 partition (24 p.) : 22 x 28,5 cm
    Description : Note : Fait partie du vol. 10 de la coll. d'oeuvresde Durante achetée par le cons. à G. Selvaggi vers 1808. - Titre propre pris au départ. - La date d'après période d'activité de Selvaggi à Paris. - Voix : Fa 4. - Vl 2, vla, b (vlc, cb). - Date de composition : 1739. - Pagination ajoutée. - Copie française. - Au départ, de la main de l'abbé Roze : "N° 57", correspondant à une première clasification de la coll. Durante/Selvaggi (la mention est grattée). - Rel. contemporaine avec, au contreplat supérieur, des fragments de la rel. originale du Conservatoire (une pièce de titre en maroquin vert portant : "Musique // d'église // Durante // 10", et une pièce en maroquin rouge portant les armes de Louis XVIII)
    Filigranes : Montgolfier
    Sources : Roze, Catalogues ADC 5, p. 51 ; ADC 6, p. 62
    Édition : , [Entre 1794 et 1807]
    Compositeur : Francesco Durante (1684-1755)
    Fabricant du papier : Montgolfier (fabricant de papier)
    Ancien possesseur : France. Intendance des Menus-Plaisirs et affaires de la Chambre du roi, Gaspare Selvaggi (1763-1856)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39585509t]
  • La 1.re réquisition des deux genres

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte, pointillé, monochr. bistre ; 14 x 14 cm (élt d'impr.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - gravure au pointillé. - couleur (impression monochrome)
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 12705
    Édition : [Paris] : [s.n.] , [entre 1794 et 1799]

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40254071b]
  • 1.re réquisition des deux genres

    ma parole d'honneur ce sont des enragés. Pas possible vous me faites trembler. Madame la gloire l'appelle, [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte, pointillé ; 27,5 x 33 cm (tr. c.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - gravure au pointillé
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 12703-12704
    Édition : A Paris : chez Huet fils , [entre 1794 et 1799]
    Éditeur commercial : Jean-Baptiste Huet (1772-1852)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402540700]
  • 2 Airs à 1 et 2 v. avec acc. tirés d'Estelle

    Description matérielle : [II], n° 1, p. 2 ; n° 12, p. 1, in-fol.
    Description : Note : Dans : Journal d'Apollon..., 1794, [II], n° 1 ; n° 12
    Édition : Paris : [s.n.] , 1794
    Compositeur : Louis Luc de Persuis (1769-1819)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb431965102]
  • 2 Airs à 1 et 3 v. avec acc. tirés de Lodoïska

    Description matérielle : N° 8, p. 2 ; n° 11, p. 1, in-fol.
    Description : Note : Dans : Journal d'Apollon..., 1794, [II], n° 8 et n° 11
    Édition : Paris : [s.n.] , 1794
    Compositeur : Luigi Cherubini (1760-1842)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42907375q]
  • La 2.e séparation, ou dernier adieu du roi d'avec sa famille désolée

    la nuit du 20 janvier 1793, [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte, burin, pointillé, col. à la poupée ; 34,5 x 46 cm (élt d'impr.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin. - gravure au pointillé
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 5852-5854
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 5857-5861
    Édition : [London] : [s.n.] , [entre 1794 et 1797]
    Graveur : Carlo Lasinio (1759-1838)
    Collectionneur : Carl de Vinck (1859-1931)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40254580p]
  • [2 Hymnes révolutionnaires à 1 voix et b. c]

    Description matérielle : [4] p., 26 cm
    Description : Note : Daté d'après l'adresse (selon Devriès/Lesure). - Les 2 oeuvres impr. au dos l'une de l'autre
    Édition : [Paris] : Magazin de musique à l'usage des fêtes nationales , [1794]

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb433546273]
  • 2° pot-pourri [pour piano]

    Description matérielle : P. 1, in-fol.
    Description : Note : Dans : Journal d'Apollon..., Paris, 1794, [II], n° 5
    Édition : Paris : [s.n.] , 1794
    Compositeur : Franz Metzger (compositeur, 17..-18..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb431538319]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données