Auteurs nés en 18451068 documents

  • Poète. - Date de naissance selon le calendrier julien : 29-07-1845. - Date de décès selon le calendrier julien : 23-06-1904

  • Historien. - Académicien. - Journaliste, a écrit pour les périodiques : Századunk, Pesti Napló, Alföld, Kelet

  • Religieuse italienne, fondatrice des Serve di Maria Addolorata di Nocera

  • Atelier photographique constitué par l'association des frères et sœur Wilhelm (1844-1918), Adele (1845-....) et Max Perlmutter, fondé à Vienne en 1862. - Dirigé par Wilhelm seul à partir de 1890 ; celui-ci ayant pris le nom de Förster à la fin des années 1890, l'atelier est rebaptisé ainsi et poursuit son activité au XXe siècle sous la direction d'Ernst Förster, fils de Wilhelm. - Adresses à Vienne : Praterstrasse 18, Hôtel de l'Europe et Graben 19, Hôtel Müller, 11 Wallfischgasse ; également un atelier à Bad Ischl à partir de 1878 env.

  • Graveur, dessinateur, illustrateur. - Historien de l'art

  • Compositeur allemand

  • Chimiste. - Membre de la Société de physique et d'histoire naturelle de Genève

  • Ancien président de la Confédération helvétique. - Président de la Croix Rouge (1910)

  • Homme politique. - Trois fois premier ministre en 1909, 1918-1919, 1920-1922. - En 1919, il a dirigé la délégation ottomane à la Conférence de paix de Paris, où il a refusé de signer le Traité de Sèvres (mai 1920)

Auteurs morts en 1845347 documents

Personnes ayant débuté leur activité en 18457 documents

  • Artiste lyrique (soprano)

  • Expert-numismate

  • Marchand-cartier actif à Orléans de 1845 à 1886. - Fils du marchand-cartier luxembourgeois Matthias Dieudonné et de Catherine Schmidt. - Épouse Eugénie-Catherine Lamy le 16 avril 1845. - D'abord associé à son frère Jean-Mathieu entre 1841 et 1845 sous la raison sociale Dieudonné frères, il tient ensuite sa propre fabrique et signe Dieudonné jeune

  • Graveur sur bois à Paris, en 1845, il fonde la même année la "librairie et fabrique d'images Glémarec, Morel et compagnie" (1845-1846), rue de la Harpe, n° 59, rachetant notamment les bois de Godard d'Alençon. Spécialiste de l'imagerie populaire gravée sur bois, il est aussi lithographe. Établit sa librairie quai du Marché-Neuf, n° 30, à partir de 1847, en maintenant son atelier rue de la Harpe. Réunit boutique et atelier en 1849 quai des Augustins, n° 7, puis, de 1856 à 1860 s'établit rue Saint-Jacques, n° 59. Son entreprise est la plus importante imagerie parisienne de son temps. Revend son fonds en 1860 à H.-E. Ancelle

  • Actrice au Théâtre des Folies dramatiques de 1845 à 1848. - mariée au comédien M. Maréchal jouant également au Théâtre des Folies dramatiques

  • Marchand-cartier actif à Besançon de 1845 à 1860. - Fils de Louis-Antoine Renault et de Thérèse-François Mussot. - Epouse Jeanne-Marie-Joseph-Olympe Boussard. - Il est le successeur direct de Jacob Jerger, dont il continue de fabriquer le tarot, puis cède le fonds à l'imprimeur-lithographe Pierre-François Guyard en 1860, lequel le cède à son tour en 1875 à J. Blanche. - Propriétaire de l'immeuble du 107, Grand-Rue, qu'il loue à J. Blanche, un de ses successeurs, à partir de 1875

  • Photographe à Venise, au S. Zaccaria n° 4684 et Campiello del vin n° 4674, et à Bologne

Personnes ayant cessé leur activité en 184552 documents

  • Fabricant de globe, dessinateur et graveur

  • Libraire-éditeur. - S'établit libraire en 1815 à Paris. Breveté libraire le 20 juin 1820. Se qualifie d'"éditeur". À partir de la fin de 1843, sa santé se dégradant, son fils Ferdinand-Fleurus Amyot (20 déc. 1818 - 1875) est associé de plus en plus activement à la librairie familiale et lui succède tout à fait en mars 1845. Décédé en 1854

  • Variante(s) de prénom : Élisée-François-Laurent. - Breveté imprimeur le 20 juillet 1811 et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 26 mai 1820). Son fils aîné (?) A. Aubanel paraît lui succéder

  • Imprimeur-libraire et lithographe ; imprimeur-libraire du lycée [d'Avignon] ; graveur et fondeur de caractères. - Fils de l'imprimeur-libraire d'Avignon Antoine Aubanel. Reprend la librairie que sa mère lui cède en 1808. Breveté imprimeur le 20 juillet 1811 (brevet renouvelé le 8 août 1816) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 1er août 1818). Adjoint à son entreprise une fonderie de caractères. Également inventeur de la "lettre à pont". En correspondance avec Honoré de Balzac. Aurait conçu les plans d'un tunnel sous le mont Cenis. Ses fils Joseph (18..-1879), fondeur de caractères, Joseph-Marie-Jean-Baptiste-Théodore (dit Théodore, 1829-1886), imprimeur, et Charles Aubanel, libraire, lui succèdent, d'abord en continuant à utiliser son nom puis sous la raison "Frères Aubanel"

  • Libraire-éditeur. - Né à Paris. Fils de l'imprimeur-libraire parisien François I Belin (1748-1808) ; frère des libraires Léonard-François Belin dit Belin-Leprieur (1781-1855) et Auguste-Jean Belin dit Belin-Mandar (1786-1851) ainsi que du papetier et imprimeur Thermidor-Alexandre dit Théophile Belin (1794-18..). Breveté libraire à Paris le 18 sept. 1820. Exerce avec le libraire Clément Thiériot (1790?-1843) jusqu'en 1826. Pour cause de mésentente, leur association est alors rompue et D.-F. Belin continue d'exercer à l'emplacement où était établi leur magasin. En faillite le 7 déc. 1830. Exerce sous les raisons "Librairie d'éducation et de piété" ou "Librairie de la jeunesse". Ne semble plus en activité après 1845. Décédé à Paris en avril 1854

    Travaille en association avec le libraire parisien Clément Thiériot de 1820 à 1826

  • Autre(s) graphie(s) : Bethune. - Imprimeur ; imprimeur de la Grande Aumônerie ; de la Société catholique (des bons livres) ; du Mont-de-piété [de Paris]. - Issu d'une famille originaire de Picardie. Après des études au lycée Louis-le-Grand, il entre dans les Gardes du corps de Monsieur, frère du Roi, lors de la Première Restauration et suit Louis XVIII à Gand pendant les Cent-Jours (1815). Rachète en mai 1826 le fonds d'imprimerie de Jean-Annet Beaucé-Rusand qui se démet en sa faveur. Breveté imprimeur le 30 mai 1826. Publie au début de son exercice sous la raison "Imprimerie ecclésiastique de Béthune", succédant à l'"Imprimerie ecclésiastique de Beaucé-Rusand". Imprime notamment les périodiques du parti légitimiste. Imprimeur de la "Chronique de Paris" dont il est directeur-gérant jusqu'en sept. 1836. Forme avec les imprimeurs Henri-Philippe Plon (1806-1872) et Alexandre-Thermidor (dit Théophile) Belin une société sous la raison "Béthune, Belin et Plon" (acte du 28 mars 1833). Après le départ de T. Belin (1835), reste associé avec H.-P. Plon sous la raison "Béthune et Plon", puis "Béthune, Plon et compagnie" après que les frères d'Henri-Philippe Plon, Hippolyte (1809-1868), Auguste (m. 1872) et (Louis-) Charles (1810-1881) ont rejoint l'association. L'imprimerie de 6 presses mécaniques et 20 presses à bras est réputée l'une des "plus distinguées de Paris" lors de l'Exposition des produits de l'industrie française de 1844 et y obtient une médaille d'argent. Maximilien Béthune se démet en faveur de son associé Henri-Philippe Plon, breveté imprimeur le 28 fév. 1845, qui exerce dès lors sous la raison "Plon frères et compagnie (, successeurs de Béthune et Plon, acquéreurs de tous les types de Jules Didot)"

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur en taille-douce (1812). - Natif de Capval (aujourd'hui Wanchy-Capval, Seine-Maritime), fils de Charles Bloquel, cordonnier. Ouvrier imprimeur à Rouen, domicilié rue Beffroi, il épouse le 9 mai 1793 Marie-Françoise-Angélique-Julie Gallier (née à Rouen le 25 juin 1763, divorcée du menuisier Jean-Baptiste Le Rouget, absent, depuis le 13 fév. 1793), fille de l'imprimeur-libraire rouennais Louis Gallier. Dit à tort âgé de 32 ans à la fois le 5 sept. 1794 puis le 12 mars 1796 (témoin au divorce puis au remariage de son beau-frère Charles-Pascal Gallier). Établi peu avant le 1er juillet 1806 (liste dressée par le préfet de la Seine-Inférieure). Gendre de l'imprimeur rouennais Louis Gallier chez qui il a travaillé 24 ans et successeur vers 1806 de la veuve Gallier ; publie aussi sous le nom de "Bloquel-Gallier" jusque vers 1814. Breveté imprimeur le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 20 nov. 1818) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 1er août 1818). Demande en vain à être breveté imprimeur lithographe en nov. 1828. Poursuivi à plusieurs reprises pour impressions (d'almanachs notamment, ainsi que du périodique "La Nacelle") sans déclaration ni dépôt (1820-1823). Travaille en association avec son fils (Charles "Bloquel fils", 13 nov. 1795 - 14 juillet 1834) dès 1821. En fév. 1842, au remariage de sa belle-fille Julie Harel (1810-18..), il est qualifié de "rentier", demeurant au Mont-aux-Malades (aujourd'hui Mont-Saint-Aignan), et on le dit, à tort, âgé de 83 ans. Pierre-Nicolas Delaunay, second époux de Julie Harel, veuve de "Bloquel fils", demande à succéder à Charles Bloquel père par lettre du 26 août 1844 ; breveté imprimeur et libraire en sa succession le 7 fév. 1845, il publiera sous le nom de "Delaunay-Bloquel". Charles Bloquel serait décédé vers 1854

  • Imprimeur ; imprimeur lithographe ; imprimeur de la préfecture [de l'Eure] (1841) ; poète ; chirurgien ; médecin ; relieur. - Natif de Rouen. Étudie au Lycée impérial de Rouen en 1804. Chirurgien militaire entre 1807 et 1814. Docteur en médecine en 1815. Exerce la médecine à Allouville-Bellefosse (Seine-Maritime) et à Yvetot (Seine-Maritime). Publie en 1823 "Fables et poésies diverses". Breveté imprimeur à Yvetot le 2 juin 1825 en succession de Louis-Pascal Jourdain, dit Jourdain père, dont il rachète l'imprimerie. Propriétaire-éditeur et imprimeur du "Journal de l'arrondissement d'Yvetot" entre 1826 et 1831. Breveté imprimeur lithographe à Yvetot le 14 déc. 1830, il se démet de ce brevet le 20 déc. 1831 en faveur de Nicolas-Édouard Brunet. Possède également un atelier de reliure à Yvetot en 1831. Breveté imprimeur à Évreux le 12 sept. 1832. Chevalier de la Légion d'honneur en 1835. Ne semble plus exercer en tant qu'imprimeur après 1845. Conseiller municipal à Yvetot. Aurait été également bibliothécaire à Yvetot. Publie en 1858 "Strophes au chêne d'Allouville, et autres poésies...". Décédé à Yvetot en avril 1876

  • Imprimeur-libraire ; éditeur ; fondeur de caractères ; marchand de papier (et décors) ; imprimeur-libraire de l'évêché (ou : de monseigneur l'évêque) et de la mairie [d'Amiens] (1825). - N'aurait pas de lien de parenté avec Jean-Baptiste Caron (1747-1819) et les autres imprimeurs-libraires Caron d'Amiens. Exerce comme imprimeur à Amiens dès 1810. Breveté imprimeur à Amiens le 20 juillet 1811 (brevet de tolérance) ; brevet renouvelé le 1er sept. 1816 et enregistré le 27 sept.1817. Poursuivi et arrêté en 1816 pour avoir imprimé "Réflexion picarde", puis en 1817 pour l'ouvrage "Le Salut de la France". Imprime le "Journal de la Somme. Nouvelles du département, actes administratifs, agriculture, commerce, sciences, arts et littérature" en 1817. Reçoit un brevet d'imprimeur transmissible le 5 juillet 1819. Breveté libraire le 1er juillet 1822. À partir de juin 1828, annonce dans la "Bibliographie de la France" qu'il joint à son établissement un dépôt de gravures, de lithographies, et de musique. Se qualifie à cette époque "éditeur de la Petite Bibliothèque du chrétien, collection de grands in-24..." Imprime à partir de sept. 1831 la "Gazette de Picardie. Feuille politique, agricole, commerciale et littéraire". Est à nouveau condamné en nov. 1835 pour contrefaçon d'éditions parisiennes. En 1840, transmet ses affaires à un de ses fils, Jean-Baptiste-Augustin Caron, et à son gendre Lambert, qui exerceront sous la raison "Caron et Lambert" à partir de 1846. Installe en mai 1843 un atelier de stéréotypie. Décédé en 1845. Sa femme, sous le nom de "veuve Caron-Vitet", transmet son brevet d'imprimeur à leur fils J.-B.-A. Caron le 7 nov. 1845

  • Autre(s) graphie(s) : Chaillot jeune, P.. - Imprimeur-libraire. - 4e fils de l'imprimeur-libraire d'Avignon Jean II Chaillot et frère puîné de (Jean-) Étienne Chaillot. Réfugié avec ses parents aux Paluds-de-Monteux, près d'Avignon, pendant la période de la Terreur. S'établit imprimeur à Avignon en 1809. Breveté imprimeur le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 8 août 1816) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 1er août 1818). Auteur de plusieurs ouvrages d'histoire, "Histoire des opérations de l'armée royale..." (1816), "Histoire des révolutions de France..." (1817, 2 vol.), "Histoire d'Avignon et du Comtat Venaissin..." (1818, 3 vol.), ainsi que d'un "Manuel du libraire, du bibliothécaire et de l'homme de lettres..." (publié en 1828 sous le pseudonyme "Un Libraire") et d'un "Manuel de l'agriculteur du Midi..." (1838, nombreuses rééd.), toutes publications qu'il imprime lui-même. Lance en 1830 une "Revue des nouveautés" qui ne comptera que quelques livraisons. En activité jusqu'en 1845. Décédé le 1er janv. 1853. Son fils (Jean-Pierre-) Amédée Chaillot (1803-1892) est breveté imprimeur en sa succession le 26 mai 1853

Organisations créées en 1845108 documents

Organisations ayant cessé d'exister en 184517 documents

  • En 1816, l'ancienne Abbaye cistercienne Notre-Dame du Gard fut reprise par des moines de l'Ordre des Cisterciens de la stricte observance (ou Trappistes). Ils fondèrent en 1826 l'Abbaye Sainte-Marie du Mont-des-Cats (à Godewaersvelde, Nord). Ils quittèrent l'Abbaye du Gard en 1845 pour s'établir dans l'ancienne Abbaye cistercienne Notre-Dame de Sept-Fons (à Dompierre-sur-Besbre, Allier)

    L'abbaye du Gard fut rachetée par François Libermann, qui y établit le noviciat des Pères du Saint-Esprit. Puis l'abbaye passa aux mains de l'abbé de Genlis qui en fit un orphelinat. De 1870 à 1906, l'ordre des Chartreux y installa des moniales

  • Congrès de médecins, pharmaciens et vétérinaires

  • Un des sept "villages de coopération" créés par Robert Owen en Grande-Bretagne ; établie en 1839 à Queenwood farm, paroisse de Tytherly, dans le Hampshire ; dissoute en 1845

  • Autre(s) graphie(s) : Imprimerie des Enfants aveugles de l'Institut national. - Ouverte en déc. 1786 et installée en janv. 1787 rue Notre-Dame-des-Victoires sous la direction de Jacques-Gabriel Clousier, imprimeur ordinaire du Roi, cette imprimerie est rattachée à l'Institution des enfants aveugles fondée en 1784 par Valentin Haüy. De fév. à mai 1790, imprime notamment le "Journal de la municipalité... de Paris". Un décret du 21 juillet 1791 fait de l'institution un établissement public, que l'on installe dans l'ancien couvent des Célestins près de l'Arsenal, en réunissant les aveugles aux sourds-muets. En 1794 l'établissement est transféré dans l'ancienne maison des Filles-Sainte-Catherine, rue des Lombards, au coin de la rue (Saint-) Denis, puis en 1800 aux Quinze-Vingts ; elle occupe alors 6 aveugles sous la direction d'un nommé Clergé ou Clerget, et réalise des ouvrages de ville

  • Éditeur de musique

Organisations ayant cessé leur activité en 18452 documents

  • Autre(s) graphie(s) : Imprimerie des Enfants aveugles de l'Institut national. - Ouverte en déc. 1786 et installée en janv. 1787 rue Notre-Dame-des-Victoires sous la direction de Jacques-Gabriel Clousier, imprimeur ordinaire du Roi, cette imprimerie est rattachée à l'Institution des enfants aveugles fondée en 1784 par Valentin Haüy. De fév. à mai 1790, imprime notamment le "Journal de la municipalité... de Paris". Un décret du 21 juillet 1791 fait de l'institution un établissement public, que l'on installe dans l'ancien couvent des Célestins près de l'Arsenal, en réunissant les aveugles aux sourds-muets. En 1794 l'établissement est transféré dans l'ancienne maison des Filles-Sainte-Catherine, rue des Lombards, au coin de la rue (Saint-) Denis, puis en 1800 aux Quinze-Vingts ; elle occupe alors 6 aveugles sous la direction d'un nommé Clergé ou Clerget, et réalise des ouvrages de ville

  • Prend l'intitulé de Société centrale des amis des arts et des lettres en janvier 1837. - Directeur-fondateur : Guyot de Fère

Œuvres créées en 1845210 documents

Œuvres terminées en 184538 documents

Spectacles représentés en 184533 documents

Documents publiés en 18459158 documents

  • 10 Duettini pour le piano à quatre mains... par Ch. Czerny

    Description matérielle : In-fol.
    Édition : Paris : S. Richault , [1845]
    Compositeur : Carl Czerny (1791-1857)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42930263c]
  • 11e Solo (Grand) [en ré], pour la flûte avec acc. de deux violons alto, basse et contre-basse ou de piano, op. 93

    Description matérielle : In-fol., partit. et partie
    Édition : Paris : E. Troupenas , [1845]
    Compositeur : Jean-Louis Tulou (1786-1865)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb433081280]
  • 12 Etudes faciles et progressives pour piano composés expressement pour les petites mains

    Description matérielle : In-fol., 23 p.
    Édition : Paris : J. Meissonnier , [1845]
    Compositeur : Joseph Schad (1812-1879)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43258170n]
  • 12 Romances sans paroles, pour le piano. Op. 57 en 4 livres

    Description matérielle : In-fol., 4 fasc.
    Édition : Paris : M.ce Schlesinger , [1845]
    Compositeur : Theodor Döhler (1814-1856)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42956231m]
  • 12 Valses très faciles pour deux cornets à pistons. op. 10

    Description matérielle : In-fol., 2 fasc.
    Édition : Paris : Schonenberger , [1845]
    Compositeur : Niessel (compositeur, 18..-18..)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43178102d]
  • [14e] Concerto pour le violon par J. B. Viotti. [Giazotto 66.] Le Violon principal seul. Edition corrigée et doigtée par L. Massart,... [W I : 14]

    Description matérielle : 15 p., 35 cm
    Description : Note : L'indic. 14e prise au départ. - Daté d'après C. Hopkinson, "A Dictionary of Parisian music publishers". - Annotations ms. pour l'exécution
    Édition : Paris : A. Cotelle , [entre 1845 et 1856]
    Compositeur : Giovanni Battista Viotti (1755-1824)
    Éditeur scientifique : Lambert Joseph Massart (1811-1892)
    Auteur ou responsable intellectuel : Giovanni Battista Viotti (1755-1824)
    Ancien possesseur : Pierre Baillot (1771-1842)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb433240165]
  • 14e Fantaisie pour piano et violon avec basse ad libitum sur son opéra "Un Duel à Valence" par N. Louis. Op. 158

    Description matérielle : In-fol.
    Édition : Paris : H. Lemoine , [1845]
    Compositeur : Nicolas Louis (1807-1857)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43121018s]
  • 15 Etudes récréatives et très faciles pour piano. Op. 120

    Description matérielle : In-fol., 29 p.
    Édition : Paris : Bernard Latte , [1845]
    Compositeur : Louis Gomion

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43019263q]
  • 16e grand Trio pour piano, violon et violoncelle par C.-G. Reissiger,.... Op. 170

    Description matérielle : In-fol.
    Édition : Paris : S. Richault , [1845]
    Compositeur : Carl Gottlieb Reissiger (1798-1859)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43227824j]
  • 1814-1830. Histoire des cent jours, de la restauration et de la révolution de 1830 ; par J.-A. Dulaure,... Revue et continuée par Auguis,... Avec une introduction au règne de Charles X et l'Histoire de la révolution de 1830

    Description matérielle : 8 vol. in-8 °
    Description : Note : Même ouvrage que le n ° 8
    Édition : Paris : Poirée , 1845
    Autre : Pierre Jean Baptiste Auguis (1747-1810), Jacques-Antoine Dulaure (1755-1835), François Mongin de Montrol (1799-1862)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb364334292]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données