Auteurs reliés à Jean-Joseph Rive (1730-1791)

Tout (16 Contributeurs)
  • Docteur en médecine (Avignon, 1772). - Chargé de la formation de la bibliothèque de Marseille (1792). - Membre de l'Académie de Marseille (élu en 1786). Secrétaire perpétuel (1803)

    Contributions communes de Claude-François Achard (1751-1809) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive d'"Éleuthéropolis", dissimule l'édition de la "Lettre de l'abbé Rive à son trés-cher et trés-illustre ami Camille Des-Moulins..." (1791), imprimée en fait à Aix-en-Provence. Le même pseudonyme a été utilisé pour l'édition (imprimée elle aussi à Aix-en-Provence) de "La Chasse aux bibliographes et antiquaires mal-advisés" du même auteur, sous l'adresse fictive de "Londres", en 1789

    Contributions communes de N. Aphobe (imprimeur imaginaire, 17..-17..) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi (et du présidial) ; imprimeur (national) du département du Gard. - Fils de l'imprimeur-libraire de Nîmes Antoine-Accurse Belle. Succède à sa mère, veuve d'Antoine-Accurse Belle, par arrêt du Conseil du 22 mai 1776. Imprime le "Journal de Nîmes" (janv. 1786 - déc. 1789) et le "Journal de Languedoc" (janv.-nov. 1787). Condamné à mort comme conspirateur par le tribunal criminel du département du Gard le 4 avril 1794 et exécuté peu après. Veuve attestée en activité en 1795

    Contributions communes de Coste Belle (17..-1794) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi et de monseigneur l'évêque [de Marseille] ; imprimeur de la ville [de Marseille] ; de l'Assemblée patriotique (1790). - Fils de Jean-Pierre Brebion ; succède à Joseph-Antoine Brebion, son frère. Émigré à partir de 1793, il laisse alors sa femme, Élisabeth Martin, diriger l'imprimerie sous son nom patronymique. De retour en 1811, il reprend l'affaire à son compte jusqu'à son décès, le 1er sept. 1818

    Contributions communes de François Brebion (1730-1818) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Autre(s) graphie(s) : Debure aîné ; Debure père. - Libraire ; libraire de la Bibliothèque du Roi (1786) (, puis : nationale ; impériale) ; de Monsieur frère du Roi (1789) ; de l'Académie (royale) des inscriptions (et belles-lettres) (1788) ; de l'Académie royale des sciences (1788). - Fils aîné du libraire parisien Jean Debure et gendre (1764) du libraire Marie-Jacques Barrois. Reçu maître le 18 mai 1759. Adjoint de sa communauté à partir de juillet 1775, il est embastillé du 23 au 29 janv. 1778 pour avoir refusé de faire estampiller des livres contrefaits. Dès 1789, se met au service du comité de l'Instruction publique. Appartient en nov. 1790 à la commission des Monuments (section des Lettres). À partir de janv. 1795, travaille comme employé de la commission temporaire des Arts à constituer le catalogue des bibliothèques confisquées. Rédacteur de nombreux catalogues de vente et de bibliothèques. En activité jusqu'en 1813, il ne reçoit cependant pas de brevet de libraire en 1812

    De déc. 1774 à juin 1780, travaille en association avec son frère puîné François-Jean-Noël Debure sous la raison "Frères Debure" ; de 1803 à 1813, travaille en association avec ses fils Jean-Jacques et Marie-Jacques Debure, qui lui succéderont

    Contributions communes de Guillaume Debure (1734-1820) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Variante(s) de prénom : Francisco Ambrosio. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du comte d'Artois ; imprimeur du clergé en survivance (1781) ; imprimeur adjoint du clergé de France (1788) ; fondeur de caractères ; également papetier. - Fils aîné de l'imprimeur-libraire parisien François Didot. Libraire le 14 août 1753, il est reçu imprimeur le 1er juillet 1757. Inventeur de la presse à un coup (1776 ou 1777) et du typomètre ou "point Didot" (1775), système de mesure typographique. Monte une fonderie (vers 1780) et invente le papier vélin (1780). En avril 1783, il est choisi par brevet pour imprimer les ouvrages destinés au Dauphin. En 1789, cède son imprimerie à son fils aîné Pierre Didot et sa fonderie au cadet, Firmin Didot

    Contributions communes de François-Ambroise Didot (1730-1804) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Nosopolis", dissimule l'édition de la "Lettre des vénérables freres anti-politiques et de l'abbé Rive, présentée à MM. les commissaires du Roi, dans le département des Bouches-du-Rhône, le 13 janvier 1791, avec une autre lettre du même abbé Rive, aux mêmes commissaires", due à l'abbé Jean-Joseph Rive et imprimée à Aix-en-Provence en 1791

    Contributions communes de Frères de la Miséricorde. Nosopolis (imprimerie imaginaire) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Philadelphie", dissimule l'édition de "Lettres de l'abbé Rive, a MM. les commissaires des trois départemens de l'ancienne province de Provence, depuis le 26 janvier 1791, jusqu'au 18 février de la même année", dues à l'abbé Jean-Joseph Rive et imprimées à Aix-en-Provence en fév. 1791

    Contributions communes de Frères philanthropes. Philadelphie (imprimerie imaginaire) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive d'"Éleuthéropolis", dissimule l'édition de la "Chronique littéraire des ouvrages imprimés et manuscrits de l'abbé [Jean-Joseph] Rive...", imprimée en fait à Aix-en-Provence en 1791

    Contributions communes de Imprimerie des Anti-Copet. Éleuthéropolis (imprimerie imaginaire) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Autre(s) graphie(s) : Mérigot l'aîné. - Libraire. - Fils aîné du libraire parisien François-Gabriel Mérigot. Soldat durant la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748), il aurait, d'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, "fait la campagne de 1748 avec M. le marechal [Maurice] de Saxe en qualité de son libraire". Reçu libraire peu après (31 déc. 1749). En faillite en nov. 1752. Publie de nombreux catalogues de vente de livres. Attesté jusqu'en l'an VII (1798-1799). Père du graveur et dessinateur J. Mérigot, dit "Mérigot fils"

    A travaillé en association avec son beau-frère Jean-Noël Le Loup

    Contributions communes de Jacques-François Mérigot (172.?-1799?) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Imprimeur (-libraire) du Roi (et de la ville d'Apt). - Fils d'un secrétaire au parlement de Provence

    Travaille en association, sous la raison "Frères Mouret", avec son frère Jean-Balthazar Mouret, établi dès 1778

    Contributions communes de Gaspard-Claude Mouret (imprimeur-libraire, 175.?-18..?) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Autre(s) graphie(s) : Mouret fils. - Imprimeur-libraire ; imprimeur du Roi ; de monseigneur l'évêque de Grasse ; de la ville d'Apt. - Fils d'un secrétaire au parlement de Provence. A été apprenti chez les imprimeurs Dominique-Gaspard Quenin à Carpentras et David à Aix. Reçu imprimeur en 1778 à la demande des procureurs du pays de Provence

    Travaille de 1788 à 1792 au moins en association avec son frère Gaspard-Claude Mouret, avec qui il imprime, sous la raison "Frères Mouret", les "Affiches de Provence, feuille hebdomadaire d'Aix"

    Contributions communes de Jean-Balthazar Mouret (1749-18..?) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Autre(s) graphie(s) : Pissot fils ; Pissot père. - Libraire. - Fils du libraire parisien Noël Pissot. Reçu maître le 29 juillet 1747. Beau-frère (sept. 1747) du libraire Laurent Durand et neveu par alliance du libraire François Jouenne. L'"Historique des libraires" de l'inspecteur Joseph d'Hémery le dit âgé de 30 ans au 1er janv. 1752 ; il est alors qualifié de "petit original [...] assés suspect, et qui fait assés souvent de mauvaises affaires avec Durand". Se retire de la librairie après 1791. Dubosquet, "successeur de M. Pissot", est établi à son adresse avant déc. 1792. En l'an IV (1795-1796) il est "employé de bibliothèque" au dépôt littéraire Louis-la-Culture ; nommé à la bibliothèque de l'Arsenal, ainsi que son fils Laurent-Noël Pissot, en juillet 1797. Dit âgé de 73 ans en oct. 1797. Décédé à Paris en mars 1804

    A travaillé en association avec son fils Laurent-Noël Pissot après 1768

    Contributions communes de Noël-Jacques Pissot (1724?-1804) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • A aussi traduit de l'anglais en français

    Journaliste et écrivain politique. - Fut l'un des compilateurs employés par Mirabeau pour préparer ses discours

    Contributions communes de Jean-Baptiste Salaville (1755-1832) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Reçu pasteur (1762?). - Bibliothécaire à Genève (1773). - Fit des recherches en biologie et en chimie. - Collaborateur du "Journal de Genève", du "Magasin encyclopédique" et de l' "Encyclopédie méthodique"

    Contributions communes de Jean Sénebier (1742-1809) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

  • Médecin (Paris, 1667), voyageur et antiquaire

    Contributions communes de Jacob Spon (1647-1685) et Jean-Joseph Rive (1730-1791)

Tout (16 Contributeurs)