Auteurs en relation comme :

Auteurs reliés à Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

Tout (1179 Contributeurs)
  • En apprentissage à Cracovie dans l'atelier de Hieronymus Vietor où il imprime "l'Orthographia Ungarica" (1538), le premier manuel orthographique en hongrois, dont la 2e édition (1549) porte ses initiales "B.A.", bien qu'il n'exerce plus alors à Cracovie. Se rend en 1540 à Sárvár où Tamás Nádasdy, aristocrate hongrois, a fondé une imprimerie (1536-1541) sous la direction de János Sylvester, humaniste hongrois. Succédant à Johannes Strutius, il imprime à Sárvár la traduction hongroise du Nouveau Testament faite par Sylvester, le premier livre en hongrois imprimé en Hongrie. Quitte Sárvár en 1541, étudie à Wittemberg (1543-1544), puis revient en Hongrie, exerce en qualité de pasteur à Eperjes (aujourd'hui Prešov, Slovaquie) puis à Szeged

    Contributions communes de Benedek Abádi (imprimeur, 15..?-15..) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Libraire et gazetier. - Protestant de Dieppe réfugié aux Pays-Bas. Fils du libraire de Dieppe Étienne Acher

    Contributions communes de Abraham Acher (1653?-1743) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Dit aussi "William Adams junior" sans qu'il lui soit connu d'ascendant homonyme

    Contributions communes de William Adams (imprimeur, 16..-17..) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    Autre(s) graphie(s) : Aertsens ; Artsens. - Variante(s) de prénom : Henri ; Hendrik Gasparsz. - Imprimeur-libraire

    Contributions communes de Hendrik Aertssens (1586-1658) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Autre(s) graphie(s) : Aertsens. - Variante(s) de prénom : Henri. - Imprimeur-libraire

    Contributions communes de Hendrik Aertssens (1622-1663) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Libraire. - Encore en activité en 1763. Héritiers attestés à partir de 1764

    A travaillé en association avec l'imprimeur-libraire Giuseppe Raimondi

    Contributions communes de Tommaso Alfano (17..-1763?) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Autre(s) graphie(s) : Altes ; Altès. - Variante(s) de prénom : Raymunda. - José II Altés est encore en activité en 1773. Sa veuve Raimunda est attestée à partir de 1777

    Contributions communes de Veuve de José Altés (imprimeur-libraire, 17..-178.?) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Variante(s) de prénom : Joannes. - Bourgeois de Paris. En juin 1548, achète la maison à l'enseigne du Soleil d'or, rue du Paon, avec son gendre Jean I Le Blanc, qui lui succédera vers 1556 à cette adresse. Travaille surtout pour les libraires parisiens Guillaume Godard et Guillaume Merlin, spécialisés dans les éditions liturgiques

    Contributions communes de Jean Amazeur (imprimeur, 15..?-15..) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    Imprimeur. - Originaire de Tarascon, en Provence, il émigre avant 1498 à Barcelone et s'y établit comme imprimeur en nov. 1505. Continue à se qualifier provençal ("Provensalis") jusqu'à la fin de son activité. Son véritable nom, Bolóç, n'apparaît jamais sur ses impressions. Décédé en sept. 1549. Son fils et successeur Juan Carlos (Joan Carles) Amorós se fait également appeler Carlos

    Contributions communes de Carlos Amorós (14..-1549) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    Variante(s) de prénom : Michael. - Libraire ; libraire (juré) et relieur de l'université de Caen. - Fait notamment imprimer à Rouen et à Caen par Laurent Hostingue et ses successeurs

    A souvent travaillé en association, notamment avec Richard Rogerie à Morlaix, Jean Macé à Caen et à Rennes, Richard Macé à Rouen, son neveu Girard Angier et Jacques Berthelot à Caen, de 1527 jusque vers 1539

    Contributions communes de Michel Angier (14..-1566?) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    Variante(s) de prénom : Joannes. - Imprimeur-libraire ; directeur de l'Imprimerie royale (du Louvre) (1691-1707) ; imprimeur ordinaire du Roi (1699-1707). - Fils et successeur du libraire de Lyon Laurent Anisson et frère du libraire Jacques I Anisson. Établi à Lyon puis à Paris à partir de 1691. Se serait établi à Paris grâce à l'appui des bénédictins de Saint-Maur. Reçu dans la communauté des libraires et imprimeurs de Paris le 26 janv. 1691 en vertu d'un arrêt du Conseil du 18 janv. précédent. Succède à Sébastien Mabre-Cramoisy à la tête de l'Imprimerie royale le 15 janv. 1691, et à Étienne Michallet en qualité d'imprimeur du Roi le 12 oct. 1699. Bourgeois de Lyon, il est député de cette ville au Conseil du commerce à partir de sept. 1700. Membre de la commission Jaugeon constituée par l'abbé Jean-Paul Bignon pour étudier les techniques d'imprimerie. Se démet de sa place d'imprimeur le 14 mars 1704 puis de la direction de l'Imprimerie royale en fév. 1707 ; son beau-frère et associé Claude Rigaud lui succède

    À Lyon, travaille en association avec son frère Jacques I Anisson ainsi qu'avec ses beaux-frères Jean Posuel et Claude Rigaud (ce dernier lui succède en 1707 à la tête de l'Imprimerie royale du Louvre)

    Contributions communes de Jean Anisson (1642?-1721) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    Imprimeur-libraire. - Fils d'un marchand de Vienne (Isère). Entré en apprentissage en juin 1624 à Lyon chez les frères Horace et Jacques Cardon, dont il reprendra le fonds et la boutique en janv. 1635. Bourgeois de Lyon, il devient en 1669-1670 échevin de la ville (alors âgé d'environ 70 ans) et seigneur d'Hauteroche. Beau-père du libraire Jean Posuel. Décédé peu avant le 25 avril 1672. Ses fils Jean et Jacques I Anisson continuent de publier sous son nom jusqu'en 1691 au moins

    De 1635 à 1638, associé au libraire Gabriel Boissat dans la succession de Jacques Cardon ; de 1639 à 1646, associé aux héritiers de G. Boissat

    Contributions communes de Laurent Anisson (1600?-1672) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    (Imprimerie-) Librairie. - Association formée après la mort du libraire de Lyon Laurent Anisson (1672) par ses fils Jean et Jacques I Anisson (ce dernier rachetant un tiers du fonds de son père en août 1675). En activité jusqu'à l'établissement de Jean Anisson à Paris en janv. 1691

    Également en association avec Jean Posuel et Claude Rigaud, beaux-frères de Jean et Jacques I Anisson

    Contributions communes de Officine Anisson et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Autre(s) graphie(s) : Anshelmus Badensis ; Antzel. - Imprimeur-libraire ; graveur. - Originaire de Baden-Baden et issu d'un milieu modeste. Immatriculé à l'université de Bâle en 1485. Réalise sa première impression connue à Strasbourg en 1488. De 1495 à mars 1511, exerce à Pforzheim (Bade), puis de juin 1511 à juillet 1516, à Tübingen (Wurtemberg), où il s'immatricule de nouveau à l'université, enfin à Haguenau (Bas-Rhin), où il s'installe sur l'Entenlach (la Mare-aux-Canards), dans la maison "Zum Rappen" ("Au Cheval noir"), et travaille en association avec Johann Albrecht jusqu'en 1517, puis à son compte. À Haguenau, publie également sous les raisons "Academia", "Charisium" et "Neoacademia" et imprime pour les imprimeurs-libraires Franz Birckmann, de Cologne, Johann I Knobloch, de Strasbourg, Johannes I Koberger, de Nuremberg, et Lukas Alantsee, de Vienne. Attesté à la foire de Francfort de 1507 à 1518 ; en cette dernière année, fait l'objet d'une dénonciation, non suivie d'effet, pour délit de librairie. Dès 1502, il s'est lié d'amitié avec l'humaniste et kabbaliste chrétien Johannes Reuchlin, qui éclaire ses choix éditoriaux, en échange de son soutien dans la controverse qui l'oppose à la faculté de théologie de Cologne à propos de la littérature rabbinique. C'est l'écrit de Reuchlin, "De Verbo mirifico", qui inspire les deux dernières de ses marques typographiques contenant, en caractères hébraïques, le nom divin imprononçable "YHWH", transformé par l'adjonction de la lettre shin en "YHSWH", transcription en hébreu du nom de Jésus. Emploie comme correcteur le philologue Johannes Hiltebrant jusqu'à la la mort de celui-ci en 1513, puis, brièvement, son disciple, le jeune Philipp Melanchthon, avant de confier cette tâche à son propre gendre, Johann Setzer, qui lui succède à sa mort survenue entre mai et nov. 1523

    Contributions communes de Thomas Anshelm (1465?-1523) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    Imprimeur-libraire ; imprimeur (juré de nosseigneurs) du parlement [de Metz] (1681) ; imprimeur (juré) du Roi (1686-1723) ; de monseigneur (l'(illustrissime et révérendissime) évêque de Metz) (1692). - Dernier fils et vingtième enfant de l'imprimeur-libraire de Metz Jean I Antoine. Baptisé le 2 avril 1660 paroisse Saint-Victor de Metz. Dit âgé de 41 ans lors de l'enquête de 1700-1701. Reçu imprimeur en 1685. Échevin de Metz. Décédé à Metz en mai 1725. Sa veuve lui succède

    De 1681 à 1697, associé à son père Jean I Antoine avec le titre d'imprimeur juré du parlement et du Roi, parfois sous la raison : "Jean et Brice les Antoines"

    Contributions communes de Brice Antoine (1660-1725) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Imprimeur-libraire. - Fils et successeur de l'imprimeur Mathias Apiarius. Doit quitter Berne de 1559 à 1563. Accusé d'avoir imprimé une poésie injurieuse pour le conseil de Lucerne, il est exilé peu après son retour. Établit la première imprimerie de Soleure en sept. 1565, avant de se fixer définitivement à Bâle (sept. 1566)

    À Berne, travaille en association avec son frère Siegfried

    Contributions communes de Samuel Apiarius (15..-1590) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de l'université (1772). - Âgé de 70 ans lors de son décès

    De 1793 à 1795, associé à son ancien apprenti John Burges

    Contributions communes de John Archdeacon (1725?-1795) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Autre(s) graphie(s) : Arrivabeni ; Arrivabeno. - Variante(s) de prénom : Cesaro. - Successeur et, presque certainement, parent de Giorgio Arrivabene

    Contributions communes de Cesare Arrivabene (imprimeur, 14..-15..) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Version

    Imprimeur-libraire ; imprimeur de musique du Roi (1537) ; fondeur de caractères. - Probablement originaire de Douai. Établi à Paris au plus tard en 1514. Gendre du libraire parisien Philippe Pigouchet, à qui il succède à la même adresse. Premier imprimeur en France à se spécialiser dans l'édition musicale. Inventeur d'un procédé permettant d'imprimer la musique en une seule impression en associant à chaque note un morceau de portée. Décédé entre oct. 1551 et fév. 1553 ; sa veuve semble lui avoir succédé dès 1552

    A travaillé en association avec son gendre Hubert Jullet (ou : Jollet), imprimeur et libraire de musique, et avec son beau-frère Poncet Le Preux

    Contributions communes de Pierre Attaignant (1494?-1552?) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de la ville [d'Avignon] et seul imprimeur de Sa Sainteté (1782). - Natif d'Aspres-sur-Buëch (Hautes-Alpes). Employé puis associé de l'imprimeur-libraire d'Avignon Alexandre Giroud, dont il rachète le fonds de librairie (1767) puis l'imprimerie (1781). Éditeur du "Courrier d'Avignon" ou "Courrier historique, politique, galant et moral" fondé en 1733 par Charles Giroud et publié jusqu'en 1792. Décédé à Avignon en oct. 1804

    Contributions communes de Antoine Aubanel (1720-1804) et Antoine-Eugène Genoude (1792-1849)

Tout (1179 Contributeurs)