Auteurs en relation comme :

Auteurs reliés à Nicolas Bourdin (1575-1644)

Tout (644 Contributeurs)
  • En apprentissage à Cracovie dans l'atelier de Hieronymus Vietor où il imprime "l'Orthographia Ungarica" (1538), le premier manuel orthographique en hongrois, dont la 2e édition (1549) porte ses initiales "B.A.", bien qu'il n'exerce plus alors à Cracovie. Se rend en 1540 à Sárvár où Tamás Nádasdy, aristocrate hongrois, a fondé une imprimerie (1536-1541) sous la direction de János Sylvester, humaniste hongrois. Succédant à Johannes Strutius, il imprime à Sárvár la traduction hongroise du Nouveau Testament faite par Sylvester, le premier livre en hongrois imprimé en Hongrie. Quitte Sárvár en 1541, étudie à Wittemberg (1543-1544), puis revient en Hongrie, exerce en qualité de pasteur à Eperjes (aujourd'hui Prešov, Slovaquie) puis à Szeged

    Contributions communes de Benedek Abádi (imprimeur, 15..?-15..) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Dit aussi "William Adams junior" sans qu'il lui soit connu d'ascendant homonyme

    Contributions communes de William Adams (imprimeur, 16..-17..) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Imprimeur. - Originaire de Tarascon, en Provence, il émigre avant 1498 à Barcelone et s'y établit comme imprimeur en nov. 1505. Continue à se qualifier provençal ("Provensalis") jusqu'à la fin de son activité. Son véritable nom, Bolóç, n'apparaît jamais sur ses impressions. Décédé en sept. 1549. Son fils et successeur Juan Carlos (Joan Carles) Amorós se fait également appeler Carlos

    Contributions communes de Carlos Amorós (14..-1549) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Variante(s) de prénom : Michael. - Libraire ; libraire (juré) et relieur de l'université de Caen. - Fait notamment imprimer à Rouen et à Caen par Laurent Hostingue et ses successeurs

    A souvent travaillé en association, notamment avec Richard Rogerie à Morlaix, Jean Macé à Caen et à Rennes, Richard Macé à Rouen, son neveu Girard Angier et Jacques Berthelot à Caen, de 1527 jusque vers 1539

    Contributions communes de Michel Angier (14..-1566?) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Variante(s) de prénom : Joannes. - Imprimeur-libraire ; directeur de l'Imprimerie royale (du Louvre) (1691-1707) ; imprimeur ordinaire du Roi (1699-1707). - Fils et successeur du libraire de Lyon Laurent Anisson et frère du libraire Jacques I Anisson. Établi à Lyon puis à Paris à partir de 1691. Se serait établi à Paris grâce à l'appui des bénédictins de Saint-Maur. Reçu dans la communauté des libraires et imprimeurs de Paris le 26 janv. 1691 en vertu d'un arrêt du Conseil du 18 janv. précédent. Succède à Sébastien Mabre-Cramoisy à la tête de l'Imprimerie royale le 15 janv. 1691, et à Étienne Michallet en qualité d'imprimeur du Roi le 12 oct. 1699. Bourgeois de Lyon, il est député de cette ville au Conseil du commerce à partir de sept. 1700. Membre de la commission Jaugeon constituée par l'abbé Jean-Paul Bignon pour étudier les techniques d'imprimerie. Se démet de sa place d'imprimeur le 14 mars 1704 puis de la direction de l'Imprimerie royale en fév. 1707 ; son beau-frère et associé Claude Rigaud lui succède

    À Lyon, travaille en association avec son frère Jacques I Anisson ainsi qu'avec ses beaux-frères Jean Posuel et Claude Rigaud (ce dernier lui succède en 1707 à la tête de l'Imprimerie royale du Louvre)

    Contributions communes de Jean Anisson (1642?-1721) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    (Imprimerie-) Librairie. - Association formée après la mort du libraire de Lyon Laurent Anisson (1672) par ses fils Jean et Jacques I Anisson (ce dernier rachetant un tiers du fonds de son père en août 1675). En activité jusqu'à l'établissement de Jean Anisson à Paris en janv. 1691

    Également en association avec Jean Posuel et Claude Rigaud, beaux-frères de Jean et Jacques I Anisson

    Contributions communes de Officine Anisson et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Autre(s) graphie(s) : Anshelmus Badensis ; Antzel. - Imprimeur-libraire ; graveur. - Originaire de Baden-Baden et issu d'un milieu modeste. Immatriculé à l'université de Bâle en 1485. Réalise sa première impression connue à Strasbourg en 1488. De 1495 à mars 1511, exerce à Pforzheim (Bade), puis de juin 1511 à juillet 1516, à Tübingen (Wurtemberg), où il s'immatricule de nouveau à l'université, enfin à Haguenau (Bas-Rhin), où il s'installe sur l'Entenlach (la Mare-aux-Canards), dans la maison "Zum Rappen" ("Au Cheval noir"), et travaille en association avec Johann Albrecht jusqu'en 1517, puis à son compte. À Haguenau, publie également sous les raisons "Academia", "Charisium" et "Neoacademia" et imprime pour les imprimeurs-libraires Franz Birckmann, de Cologne, Johann I Knobloch, de Strasbourg, Johannes I Koberger, de Nuremberg, et Lukas Alantsee, de Vienne. Attesté à la foire de Francfort de 1507 à 1518 ; en cette dernière année, fait l'objet d'une dénonciation, non suivie d'effet, pour délit de librairie. Dès 1502, il s'est lié d'amitié avec l'humaniste et kabbaliste chrétien Johannes Reuchlin, qui éclaire ses choix éditoriaux, en échange de son soutien dans la controverse qui l'oppose à la faculté de théologie de Cologne à propos de la littérature rabbinique. C'est l'écrit de Reuchlin, "De Verbo mirifico", qui inspire les deux dernières de ses marques typographiques contenant, en caractères hébraïques, le nom divin imprononçable "YHWH", transformé par l'adjonction de la lettre shin en "YHSWH", transcription en hébreu du nom de Jésus. Emploie comme correcteur le philologue Johannes Hiltebrant jusqu'à la la mort de celui-ci en 1513, puis, brièvement, son disciple, le jeune Philipp Melanchthon, avant de confier cette tâche à son propre gendre, Johann Setzer, qui lui succède à sa mort survenue entre mai et nov. 1523

    Contributions communes de Thomas Anshelm (1465?-1523) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Imprimeur-libraire ; imprimeur (juré de nosseigneurs) du parlement [de Metz] (1681) ; imprimeur (juré) du Roi (1686-1723) ; de monseigneur (l'(illustrissime et révérendissime) évêque de Metz) (1692). - Dernier fils et vingtième enfant de l'imprimeur-libraire de Metz Jean I Antoine. Baptisé le 2 avril 1660 paroisse Saint-Victor de Metz. Dit âgé de 41 ans lors de l'enquête de 1700-1701. Reçu imprimeur en 1685. Échevin de Metz. Décédé à Metz en mai 1725. Sa veuve lui succède

    De 1681 à 1697, associé à son père Jean I Antoine avec le titre d'imprimeur juré du parlement et du Roi, parfois sous la raison : "Jean et Brice les Antoines"

    Contributions communes de Brice Antoine (1660-1725) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Imprimeur-libraire ; imprimeur de musique du Roi (1537) ; fondeur de caractères. - Probablement originaire de Douai. Établi à Paris au plus tard en 1514. Gendre du libraire parisien Philippe Pigouchet, à qui il succède à la même adresse. Premier imprimeur en France à se spécialiser dans l'édition musicale. Inventeur d'un procédé permettant d'imprimer la musique en une seule impression en associant à chaque note un morceau de portée. Décédé entre oct. 1551 et fév. 1553 ; sa veuve semble lui avoir succédé dès 1552

    A travaillé en association avec son gendre Hubert Jullet (ou : Jollet), imprimeur et libraire de musique, et avec son beau-frère Poncet Le Preux

    Contributions communes de Pierre Attaignant (1494?-1552?) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur de la ville [d'Avignon] (1777). - Fils d'un potier d'étain. En apprentissage chez l'imprimeur-libraire François Girard en 1747. Reçu dans le corps des imprimeurs et libraires d'Avignon en 1761 après en avoir fait la demande dès 1759. Dit âgé de 70 ans lors du recensement de 1793 (?)

    Contributions communes de Jean Aubert (1726?-179.?) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Imprimeur-libraire ; imprimeur de la République (1626). - A fréquemment publié sous la fausse adresse de "Cologny". Membre du Conseil des Deux Cents de Genève en 1613. Décédé en 1636. Ses héritiers continuent à publier sous son nom jusque vers 1647

    Contributions communes de Pierre Aubert (1583-1636) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Variante(s) de prénom : Petrus. - Libraire ; libraire de messeigneurs les ducs de Bourgogne, d'Anjou et de Berry, les Enfants de France (1698) ; de Sa Majesté Catholique [le roi d'Espagne Philippe V], de monseigneur le Dauphin et de monseigneur le duc de Berry. - Fils du libraire parisien Pierre I Aubouyn. Reçu maître le 14 oct. 1666. Dit âgé de "60 ans et plus" lors de l'enquête de nov.-déc. 1701. Publie des catalogues de sa librairie en 1686-1687, 1694, 1704 et 1707. Décédé à Paris en août 1712

    A travaillé en association avec François I Clousier de 1666 à 1676 ; avec Charles Clousier et Pierre Émery à partir de 1687

    Contributions communes de Pierre Aubouyn (1640?-1712) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Variante(s) de prénom : Denys-Jean. - Libraire. - Fils d'un bourgeois de Paris et officier de la Reine. En apprentissage chez l'imprimeur-libraire parisien Pierre-Jean Mariette du 17 avril 1739 au 12 juillet 1743, il commence toutefois à exercer dès 1741, en association avec sa sœur aînée Anne Aumont, veuve du libraire Jean-Baptiste Brocas. Reçu maître le 19 août 1747. D'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er janv. 1752, "c'est un honnête homme qui ne vend que de bons livres". Épouse le 13 janv. 1754 Élisabeth Didot, fille du peintre Pierre-Denis Didot et nièce du libraire François Didot. En nov. 1776, revend son fonds de librairie à son gendre Pierre-Michel Nyon pour 134 394 l. Décédé à Paris le 18 nov. 1780. Inventaire après décès le 22 déc. 1780. Sa veuve, mentionnée par Lottin à la date de 1788 et domiciliée alors quai des Orfèvres, n'est pas attestée par les "Tableau des libraires" entre 1780 et 1787 et ne semble donc pas avoir pris la succession

    Dès 1741 (avant sa réception officielle) et jusqu'en 1754, travaille en association avec sa sœur Anne, veuve de Jean-Baptiste Brocas

    Contributions communes de Denis-Jean Aumont (1705-1780) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Autre(s) graphie(s) : Ausoult dit Crotton, Jean. - De 1540 à 1548 au moins, a travaillé en association avec Étienne Roussin

    Contributions communes de Jean Ausoult (imprimeur, 15..-15..) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Attesté compagnon imprimeur en 1540

    Contributions communes de René Avril (imprimeur, 15..-15..) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Imprimeur

    Contributions communes de Jobst Heinrich Baak (16..-1729) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Libraire. - Natif de Paris. Fils d'un marchand bourgeois de Paris originaire d'Annecy. Dit âgé de 24 ans lors de son entrée en apprentissage chez le libraire parisien Louis Guérin (18 mars 1707 ; quittancé le 4 août 1711 par Nicolas Simart), de 28 ans à sa réception à la maîtrise (19 janv. 1712) et de 32 ans à son premier mariage, le 23 juillet 1715. Veuf en 1717, il se remarie le 7 août 1718 avec Marie-Anne Réal, fille d'un ancien échevin de Calais, qui, du 11 déc. 1721 au 29 mars 1722 est détenue à la Bastille pour délit de librairie. François Babuty lui-même est arrêté, accusé avec plusieurs autres imprimeurs et libraires parisiens d'avoir diffusé des écrits "qui ne tendent qu'à troubler la paix de l'Église et la tranquillité de l'État" et jugé par une commission spéciale établie en la Chambre de l'Arsenal le 9 avril 1722. Inquiété pour ses sympathies jansénistes, il aurait trouvé refuge dans les années 1720 auprès du diacre François de Pâris (1690-1727). Père du libraire François-Joachim Babuty (172.-179.?), il se fait appeler "Babuty père" à partir de 1750. D'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, à la date du 1er janv. 1752, "c'est un homme qui s'est mêlé du jansenisme, et qui a eté a [sic] ce sujet plusieurs fois a [sic] la Bastille avec sa femme et leur fils [...] Il est a present fort rengé [sic] et ne se mêle plus de rien, il vend simplement des livres de devotion". Publie plusieurs catalogues imprimés de sa librairie. Plusieurs portraits de lui ont été réalisés par son gendre le peintre Jean-Baptiste Greuze. Décédé à Paris en août 1768 doyen des libraires de sa communauté. Vente après décès des livres de son cabinet le 5 déc. 1768 (catalogue imprimé). Vente après décès de son fonds de livres religieux le 11 janv. 1769 (BnF, ms. fr. 21823, fol. 1-4) à la requête de sa veuve, qui cependant continue à tenir la librairie ; ce fonds est racheté en totalité par Nicolas Crapart

    Contributions communes de François Babuty (1683-1768) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Variante(s) de prénom : Godefroid ; Godevaert ; Godofridus ; Gothofredus ; Gothofridus ; Govaert. - Imprimeur-libraire ; relieur. - Enregistré à Anvers en 1486 sous le nom "Godevaert Bac Janssone" (fils de Jan [?]), lors de son acquisition du droit de bourgeoisie. Le 19 nov. 1492, épouse la veuve de l'imprimeur-libraire anversois Mathias Van der Goes, décédé un mois auparavant, auquel il succède à la même adresse, en reprenant son matériel typographique. Qualifié "relieur de livres" dans son contrat de mariage, il est reçu "maître imprimeur et relieur" à Noël 1493 dans la guilde de Saint-Luc, dont il est élu doyen en 1515/1516. Ses impressions datées se répartissent entre juillet 1493 et nov. 1511, année où il perd sa femme, mais les comptes de la fabrique de Notre-Dame d'Anvers attestent qu'il continue à imprimer des lettres d'indulgences jusqu'en 1517. Travaille à son nom et, à l'occasion, pour d'autres libraires, tels Willem Houtmart, alors établi à Bruxelles, Laurent Hayen, à Bois-le-Duc, ou Joyce Pelgrim et Henry Jacobi, à Londres. Certaines de ses impressions sont illustrées de bois d'un graveur qui semble avoir travaillé spécialement pour lui. Décédé en 1517

    Contributions communes de Goovaert Back (14..-1517) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Imprimeur-libraire ; imprimeur de l'université. - Fils de Josse Bade. À la mort de son père, est apprenti chez ses beaux-frères Robert I Estienne, Jean de Roigny et Michel de Vascosan. De confession protestante, il quitte Paris pour Genève en 1549. Il participe à la polémique religieuse par ses impressions et ses écrits. Revient en France en mars 1562 et s'installe comme pasteur à Orléans où il meurt de la peste en oct. de la même année

    Contributions communes de Conrad Bade (1520-1562) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

  • Version

    Imprimeur-libraire ; imprimeur de l'université (1507-1534). - Probablement né à Gand en 1461 ou 1462. Après des études à Gand et à Louvain, il séjourne et étudie en Italie et vient professer à Valence, puis de 1492 à 1498 à Lyon, où il est correcteur d'imprimerie chez Jean Trechsel dont il épouse la belle-fille (H)ostelye Philippe. S'installe en 1499 à Paris, où il ouvre son atelier d'imprimerie en 1503. Humaniste et professeur de belles-lettres à l'université ; auteur de plusieurs ouvrages et éditeur intellectuel de plus de 110 textes. Publie aussi sous les raisons : "In aedibus Ascensianis" ou "In officina Ascensiana". Décédé à Paris en déc. 1535. Père de l'imprimeur-libraire Conrad Bade et beau-père des imprimeurs-libraires Robert I Estienne, Jean de Roigny, Michel de Vascosan et Jacques I Du Puis

    Contributions communes de Josse Bade (1461?-1535) et Nicolas Bourdin (1575-1644)

Tout (644 Contributeurs)