Claude Jeantet (1902-1982)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Pomponne (Seine-et-Marne), 12-07-1902
Mort :Thomery (Seine-et-Marne), 16-05-1982
Note :
Journaliste à "L'action française", "Candide", "Je suis partout", "Petit parisien", "Fraternité française", "Aspects de la France" etc.. - Militant aux Étudiants de l'Action française (1919-). - Chef du Service de la presse étrangère au Ministère des affaires étrangères à Vichy, Allier. - A utilisé de très nombreux pseudonymes : Claude Bienne, Jacques Carré, Claude Thierry, Janus, Edualc, Claude Chavin, etc.. - Licencié ès langues et littérature classique (Paris). - Fils de : Jeantet, Félix (1855-1932), directeur de "La revue hebdomadaire" et frère de Gabriel Jeantet (1906-1978)
Autres formes du nom :Claude Jantet (1902-1982)
C. J. (1902-1982)
ISNI :ISNI 0000 0000 7338 4747

Ses activités

Auteur du texte7 documents

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Claude Jeantet (1902-1982)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : L'influence de Moscou dans la politique intérieure et extérieure de la France / Claude Jeantet, Daniel Vauquelin, [s. d.]
  • Ouvrages de reference : World biographical information system (2011-06-10)
    Qui était qui, XXe siècle / Béatrice et Michel Wattel, 2005
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • Claude Jantet (1902-1982)
  • C. J. (1902-1982)

Biographie Wikipedia

  • Claude Jeantet (1902-1982), est un journaliste français d'extrême droite.Fils de Félix Jeantet et frère de Gabriel Jeantet, il collabore avec ce dernier à L'Étudiant français, et fut secrétaire général des étudiants de l'Action française, et membre des Camelots du roi jusqu'à ce qu'il en parte avec Gabriel, départ qui coïncide de peu avec l'exclusion de Henri Martin en 1929. En 1930, il devient rédacteur au journal Je suis partout qu'il quitte en 1939 pour L'Émancipation nationale publiée par le Parti populaire français (PPF) dont il est membre. Séduit par le nazisme, il collabore pendant toute la durée de l'occupation. Après la Libération de la France, il fuit à Constance (Allemagne), devient animateur à « Radio-Patrie » et directeur du quotidien Le Petit Parisien publié par les membres du PPF qui se sont réfugiés autour de Jacques Doriot.Condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1951, il est gracié en 1956. Il travaille ensuite à Aspects de la France, puis à La Revue des deux Mondes. Il rejoindra plus tard le poujadisme.

Pages équivalentes