Ordre de Cîteaux

Illustration de la page Ordre de Cîteaux provenant de Wikipedia
Création :23-12-1119
Note :
Ordre monastique selon la Règle de saint Benoît, issu de l'Abbaye de Cîteaux, fondée en 1098 par saint Robert de Molesme. - Observance définie par la "Carta caritatis" et largement répandue grâce à l'impulsion de saint Bernard, abbé de Clairvaux. - En 1984, l'Ordre rassemble 11 congrégations (dont celle de l'Immaculée-Conception, à Lérins)
Au XVIIe siècle, la réforme d'Armand-Jean de Rancé aboutit à la création de la branche des Trappistes
Autres formes du nom :Ordo Cisterciensis (latin)
Sacer Ordo Cisterciensis (latin)
Zisterzienserorden (allemand)

Ses activités

Auteur du texte95 documents1 document numérisé

Éditeur scientifique12 documents4 documents numérisés

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Armand-Jean de Rancé (1626-1700), nommé abbé régulier de l'Abbaye de la Trappe (à Soligny, Orne) en 1664, y engagea la réforme dite de la stricte observance. Les monastères qui adoptèrent cette réforme restaient soumis à l'abbé et au chapitre général de Cîteaux. Augustin de Lestrange reconstitua cette observance au début du XIXe siècle. La stricte observance fut constituée en ordre indépendant en 1892

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GDEL
    Diz. degli ist. di perfezione
    Annu. pontificio 1985, p. 1242 et ss.
    Annu. cathol. 1981/1982

Autres formes du nom

  • Ordo Cisterciensis (latin)
  • Sacer Ordo Cisterciensis (latin)
  • Zisterzienserorden (allemand)

Biographie Wikipedia

  • L'ordre cistercien (Ordo cisterciensis, o.cist.), également connu sous le nom d'ordre de Cîteaux ou de saint ordre de Cîteaux (Sacer ordo cisterciensis, s.o.c.), est un ordre monastique chrétien réformé dont l'origine remonte à la fondation de l'abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098.L'ordre cistercien joue un rôle de premier plan dans l'histoire religieuse du XIIe siècle. Par son organisation et par son autorité spirituelle, il s'impose dans tout l'Occident, jusque sur ses franges. Son influence se révèle particulièrement forte à l'est de l'Elbe où l'ordre fait .Restauration de la règle bénédictine inspirée par la réforme grégorienne, l'ordre cistercien promeut ascétisme, rigueur liturgique et érige, dans une certaine mesure, le travail comme une valeur cardinale, ainsi que le prouve son patrimoine technique, artistique et architectural. Outre le rôle social qu'il occupe jusqu'à la Révolution, l'ordre exerce une influence de premier plan dans les domaines intellectuel ou économique ainsi que dans le domaine des arts et de la spiritualité.Il doit son considérable développement à Bernard de Clairvaux (1090-1153), homme d'une personnalité et d'un charisme exceptionnels. Son rayonnement et son prestige personnel en ont fait au XIIe siècle le plus célèbre des cisterciens. S'il n'en est pas le fondateur, il demeure le maître spirituel de l'ordre.L'ordre cistercien est en fait constitué aujourd'hui de deux Ordres et plusieurs congrégations. L'ordre de la comptait en 1988 plus de 1 300 moines et de 1 500 moniales, répartis respectivement dans 62 et 64 monastères. L'ordre cistercien de la stricte observance (aussi appelé o.c.s.o.) comprend actuellement près de 3 000 moines et 1 875 moniales - communément appelés trappistes et trappistines, car ils sont issus de la réforme de l'abbaye de la Trappe - répartis dans cent deux monastères masculins (abbayes et prieurés) et soixante-douze monastères féminins (appelés aussi abbayes ou prieurés), dans le monde entier. Mais si les deux ordres cisterciens sont actuellement séparés, des liens étroits d'amitié et de collaboration existent entre eux, notamment dans les domaines de la formation et de la réflexion sur leur charisme commun. Leur habit est donc le même : tunique blanche et scapulaire noir retenu par une ceinture de cuir portée par-dessus ; l'habit de chœur est la traditionnelle coule monastique, de couleur blanche, d'où l'appellation de « moines blancs ».Bien qu'ils suivent la règle de saint Benoît, les Cisterciens ne sont pas à proprement parler considérés comme des bénédictins. En effet, c'est au IVe concile de Latran (1215) que par opposition aux Cisterciens. Mais de nombreux liens unissent les deux familles monastiques, en particulier dans le domaine de la formation.

Pages équivalentes