Lautréamont (1846-1870): pseudonyme individuel

Illustration de la page Lautréamont (1846-1870) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Montevideo, Uruguay, 04-04-1846
Mort :Paris, 24-11-1870
Domaines :Littératures
Autres formes du nom :Comte de Lautréamont (1846-1870)
Comte de Lautréamont (1846-1870)
Isidore Ducasse (1846-1870)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 2117 1042

Ses activités

Auteur du texte77 documents5 documents numérisés

Auteur adapté6 documents1 document numérisé

Parolier3 documents

Compositeur1 document

  • Contenu dans : Trésors de la poésie française

    Apostrophes à l'océan. - Comte de Lautréamont, aut. . - [14]

    Description matérielle : 1 disque compact
    Description : Note : Gentilly : prod. Auvidis, P 1997
    Édition : Paris : Auvidis ; Antony : distrib. Auvidis , 1997 (P)
    Voix parlée : Jacques Polieri (1928-2011)

    [catalogue]

Dédicataire1 document

Auteur ou responsable intellectuel17 documents5 documents numérisés

Autre1 document

  • Les chants de Maldoror...

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33296071z]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Lautréamont (1846-1870)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Les chants de Maldoror / comte de Lautréamont, 1890
    Pesni Malʹdorora ; Stihotvoreniâ ; Lotreamon posle Lotreamona / Lotreamon ; sost., red. i vstupitelʹnaâ st. G. K. Kosikova, 1998
  • Ouvrages de reference : GDEL
    Laffont-Bompiani, Auteurs
    Beaumarchais
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : Ducasse (Isidore)

Autres formes du nom

  • Comte de Lautréamont (1846-1870)
  • Comte de Lautréamont (1846-1870)
  • Isidore Ducasse (1846-1870)
  • Isidore Lucien Ducasse (1846-1870)
  • Épistémon (1846-1870)
  • Lotreamon (1846-1870) (russe)
  • Лотреамон (1846-1870) (russe)

Expositions virtuelles et ressources multimedia

  • Transfigurations, Nerval, Lautréamont, les surréalistes Yves Bonnefoy : Le poète et le flot mouvant des multitudes

    conférences

    Yves Bonnefoy poète, essayiste mais aussi traducteur, propose « Le poète et le flot mouvant des multitudes », un éclairage sur la poésie, et plus précisément sur la fonction du poète au sein de la cité. Au tournant du XVIIIe siècle, le divin n’apparaît plus comme un moyen d’identification des êtres. Cette transformation du regard a, comme le souligne Bonnefoy, influencé le poète, ce témoin du monde. Avec l’effondrement des signes divins, le poète cherche des signes pouvant inscrire les êtres dans la réalité. Si certains poètes voient dans les signes extérieurs des hommes un moyen de les identifier, d’autres les trouveront dans la rêverie. C’est le cas de Gérard de Nerval qui, dans la plupart de ses recueils et notamment dans Sylvie, propose un monde empreint de mythologie. Les villes deviennent des réserves de signes. Dans l’exemple de Nerval, Bonnefoy démontre que l’apparition du rêve est une première tentative de réponse au néant de la condition humaine relevée dans la foule moderne parisienne. Le surréalisme reprendra cette thèse. André Breton, tête de file du mouvement surréaliste, intégrera la femme surréelle dans ses écrits aux accents nervaliens. Toute écriture s’attachant à faire émerger la transcendance de notre réalité dans le rêve poussera le poète à fuir la ville et ses fantômes qui apparaissent même en « plein jour ».

    Lieu : Conférences enregistrée dans les auditoriums de la Bibliothèque nationale de France

    [Voir la ressource]
  • Chapeau-filles ou le rêve : Les Chants de Maldoror
    [Voir la ressource]
  • Les Chants de Maldoror : Frontispice
    [Voir la ressource]

Biographie Wikipedia

  • Isidore Lucien Ducasse, né à Montevideo (Uruguay), le 4 avril 1846, et mort dans le 9e arrondissement de Paris, le 24 novembre 1870, est un poète français. Il est également connu sous le pseudonyme de comte de Lautréamont, qu’il emprunta très probablement au Latréaumont (1838) d’Eugène Sue et qu'il n'utilisa pourtant qu'une seule fois.Il est également possible que la réalité de ce pseudonyme réside dans un jeu de mots qui marque sa nostalgie pour l'Uruguay, en effet on peut lire Lautréamont comme "L'autre est à Mont..." (Montevideo).Il est l'auteur des Chants de Maldoror, de deux fascicules, Poésies I et Poésies II, ainsi que d'une correspondance habituellement publiée sous le titre de Lettres, en appendice des œuvres précédentes. Son œuvre compte parmi les plus fascinantes du XIXe siècle, d'autant plus que l'on a longtemps su très peu de choses sur son auteur, mort très jeune, à vingt-quatre ans, sans avoir connu le succès de son vivant. Sa vie a donc donné lieu à de nombreuses conjectures, en particulier chez les surréalistes, qui essayèrent notamment de trouver des éléments biographiques dans ses poèmes. Il faut donc faire la part entre les informations dont nous sommes sûrs, et la littérature qui s'est formée autour du personnage de Lautréamont.

Pages équivalentes