Abbaye Notre-Dame de Noirlac

Pays :France
Création :1136
Fin d'activité :1790
Note :
Abbaye de Cisterciens
L'Abbaye de Noirlac appartient aujourd'hui au Conseil général du Cher et héberge un Centre culturel de rencontre
Domaines :Religion
Architecture
Autres formes du nom :Abbatia Domus Dei de Nigro Lacu
Abbatia Sanctae Mariae Nigri Lacus (latin)
Abbaye de la Maison-Dieu
Voir plus

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Abbaye Notre-Dame de Noirlac

Pages dans data.bnf.fr

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Abbatia Domus Dei de Nigro Lacu
  • Abbatia Sanctae Mariae Nigri Lacus (latin)
  • Abbaye de la Maison-Dieu
  • Abbaye de Noirlac
  • Abbaye Notre-Dame de Nerlac
  • Nerlacense monasterium
  • Noirlac
  • Ordre de Cîteaux. Abbaye Notre-Dame de Noirlac

Biographie Wikipedia

  • L'abbaye de Noirlac est une abbaye cistercienne située à Bruère-Allichamps, près de Saint-Amand-Montrond, dans le département du Cher. C'est une des abbayes cisterciennes les mieux préservées. Acquise par le département du Cher en 1909, restaurée de 1950 à 1980, elle est actuellement un centre culturel de rencontres, membre du réseau européen des centres de rencontre. L'abbaye de Noirlac est membre de la Charte des Abbayes et Sites Cisterciens d'Europe.L'abbaye est fondée en 1136, les bâtiments sont construits dans le deuxième tiers du XIIe siècle et au XIIIe siècle. Son apogée au XIIIe siècle est suivie d'une période de lent déclin, due à la guerre de Cent Ans, et au relâchement de l'observation des règles. Elle passe, comme les autres abbayes, sous le régime de la commende au XVIe siècle, est sérieusement endommagée sous la Fronde, mais restaurée au XVIIIe siècle. Vendue comme bien national à la Révolution, heureusement sans être divisée en lots, puis transformée en usine de porcelaine au XIXe siècle, elle est acquise par le département du Cher en 1909. Elle abrite pendant une courte période un orphelinat, puis sert un moment de camps de réfugies espagnols, et enfin d'annexe de l'hospice de Saint-Amand. Paradoxalement, ces différentes affectations ont permis sa relative bonne conservation puisque les bâtiments sont réutilisés, et donc préservés.

Pages équivalentes