Katherine Philips (1632-1664): nom d'alliance

Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Sexe :féminin
Naissance :01-01-1632
Mort :22-06-1664
Note :
Poétesse. - Dramaturge
Domaines :Littératures
Autre forme du nom :Orinda (1632-1664)

Ses activités

Auteur du texte16 documents

  • Contenu dans : Duets, dialogues and trios

    Alas, how barbarous are we. - [3]

    Description matérielle : 1 partition (XX-228 p.) : 29 cm
    Description : Note : Réunit : "A grasshopper and a fly" ; "Above the tumults of a busy state" ; "Alas, how barbarous are we" ; "Come, dear companions of th'Arcadian fields" ; "Come lay by all care" ; "Dulcibella, whene'er I sue for a kiss" ; "Fair Cloe my breast so alarms" ; "Fill the bowl with rosy wine" ; "Go tell Aminta, gentle swain" ; "Here's to thee, Dick" ; "How sweet is the air and refreshing" ; "In some kind dream" ; "I saw fair Chloris all alone" ; "I spy Celia, Celia eyes me" ; "Julia, your unjust disdain" ; "Let Hector, Achilles, and each brave commander" ; "Lost is my quiet forever" ; "Nestor, who did to thrice man's age attain" ; "O dive custos" ; "Oft am I by the women told" ; "Saccharissa's grown old, and almost past sport" ; "Sylvia, thou brighter eye of night" ; "Though my mistress be fair" ; "Underneath this myrtle shade" ; "Were I to choose the greatest bliss" ; "When gay Philander left the plain" ; "When, lovely Phyllis, thou art kind" ; "When Myra sings" ; "When Teucer from his father fled" ; "While bolts and bars my days control" ; "Has yet your breast no pity learn'd ?" ; "Haste, haste gentle Charon" ; "Hence, fond deceiver, hence begone !" ; "Sit down, my dear Sylvia" ; "While you for me alone had charms" ; "Why, my Daphne, why complaining" ; "'Tis wine was made to rule the day" ; "When the cock begins to crow" ; "A poor blind woman" ; "In all our Cynthia's shining sphere" ; "To this place we're now come" ; "What can we poor females do ?". - Apparat critique
    Édition : London : Novello , cop. 2007
    Compositeur : Henry Purcell (1659-1695)

    [catalogue]
  • The collected works of Katherine Philips, the matchless Orinda Volume I

    The poems

    Description matérielle : XIV-417 p.
    Édition : Stump Cross [GB] : Stump Cross books , 1990
    Éditeur scientifique : Patrick Thomas (spécialiste de la poétesse Katherine Philips)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35521532k]
  • The collected works of Katherine Philips, the matchless Orinda Volume II

    The letters

    Description matérielle : XVIII-220 p.
    Édition : Stump Cross [GB] : Stump Cross books , 1990 [i.e. 1992]
    Éditeur scientifique : Patrick Thomas (spécialiste de la poétesse Katherine Philips)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb366788553]
  • The collected works of Katherine Philips, the matchless Orinda

    Édition : Stump Cross [GB] : Stump Cross books , 1990-

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34342513g]
  • Katherine Philips (1631/2-1664)

    printed letters 1697-1729

    [Facsimile ed.]
    Description matérielle : 1 vol. (XX-pagination multiple [286] p.)
    Description : Note : Notes bibliogr.
    Édition : Aldershot (GB) : Ashgate , cop. 2007
    Éditeur scientifique : Paula Loscocco

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb410429608]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Katherine Philips (1632-1664)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autre forme du nom

  • Orinda (1632-1664)

Biographie Wikipedia

  • Katherine Fowler Philips (née le 1er janvier 1631 à Londres, décédée le 22 juin 1664), dite l'« incomparable Orinde » () est une poétesse anglo-galloise, connue notamment pour la reprise de son poème O solitude par Henry Purcell. Ardente royaliste, quoique épouse d'un parlementaire hostile aux Stuart, elle devint célèbre comme apôtre de l'amitié féminine. Amatrice et non professionnelle, adepte des genres poétiques et dramatiques les plus respectés (poésie bucolique, épître et tragédie) ainsi que d'une exigeante spiritualité, elle fut érigée en modèle d'excellence littéraire et morale pour les écrivains femmes des générations suivantes, au détriment de sa contemporaine Aphra Behn à qui sa liberté de mœurs et de ton valurent une réputation de scandale.

Pages équivalentes