BnF
BnF

Ekai Kawaguchi (1866-1945)

Country :
Language :
Gender :
masculin
Birth :
Death :
Note :
Moine bouddhiste japonais, polyglotte (anglais, chinois, sanskrit, tibétain...). - A effectué quatre séjours au Népal et un au Tibet, afin d'y rechercher des textes bouddhiques (sutras) en sanskrit
ISNI :

Occupations

Auteur du texte3 documents

  • Trois ans au Tibet

    Material description : 564 p.
    Edition : 2003 Paris. - Pondicherry Éd. Kailash

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb391136638]
  • Three years in Tibet

    [Reprod. en fac-similé]
    Material description : XXI-719 p.-1 dépl.
    Edition : 2005 Bangkok Orchid press

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42750595w]
  • Contenu dans : Britain and Russia in Central Asia, 1880-1907

    Tibet's foreign relations. - [3]

    [Facsimile ed.]
    Material description : 1 vol. (X-226 p.)
    Note : Note : Réunit : "Report of a mission to Chinese Turkistan and Badakhshan in 1885-86" / N. Elias. "The British and Russians meet in the Pamirs, 1889-1890" / Captain F. E. Younghusband. "Tibet's foreign relations" / Ekai Kawaguchi
    Edition : 2008 London Routledge

    [catalogue]
Loading information

Documents about this author

Documents about the author Ekai Kawaguchi (1866-1945)

Pages in data.bnf.fr

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources for the record

  • Documents by this author : A Stranger in Tibet / S. Berry, 1990
    Trois ans au Tibet / Ekai Kawagushi, 2003
  • Ouvrages de reference : NDL Authority File, 2008
  • Catalogues de la BnF : BnF Service japonais

Variants of the name

  • 慧海 河口 (1866-1945) (japonais)
  • Ekai Kawagushi (1866-1945)

Wikipedia Biography

  • (26 février 1866 – 24 février 1945) est un moine bouddhiste japonais célèbre pour ces quatre voyages au Nepal (en 1899, 1903, 1905 and 1913), et ces deux voyages au Tibet (4 juillet 1900 - 15 Juin 1902, 1913-1915). Il est le premier japonais à avoir voyagé dans ces deux pays. Jusqu'en mars 1891, il est le recteur du monastère Zen, Gohyaku rakan (五百羅漢寺) à Tokyo (lequel contient 500 rakans - sculpture bouddhiste à l'images du disciple de Buddha). Puis, il passe trois ans en ermite à Kyoto étudiant les textes bouddhistes chinois. Il décide alors d'étudier le tibétain et de voyager au Tibet. Il quitte le Japon pour le Tibet en juin 1897 et y revient en mai 1903. D'après Sarat Chandra Das, il étudie le tibétain et l'anglais pendant plusieurs années habillé en prêtre japonais à la Darjeeling High School avant de se diriger vers le Tibet. Il atteint Lhasa au printemps 1901. Puis il quitte le Japon à nouveau en Octobre 1904 pour l'Inde et le Népal afin d'étudier le sanskrit et la recherche de plus de manuscrits. Kawaguchi prend presque quatre ans pour atteidre après des haltes dans de nombreux monasttères et un pelerinage au mont Kailash dans l'ouest du Tibet. Il s'arrrête alors comme moine chinois et acquiert une excellente réputation de médecin ce qui l'amene à avoir une audience avec le 13 Dalai Lama, Thubten Gyatso (1876 à 1933). Il vit alors pendant quelques temps au monastère de Séra . Alors que Kawaguchi est à Lhasa, Narita Yasuteru 34 ans, qui est un espion pour les services secret japonais, visite la ville pendant environ une quinzaine de jours. On connait peu d'autres choses sur cet homme et ce qu'il rapporta comme informations au Japon. Kawaguchi semble avoir été assez choqué par le manque d'hygiène parmi les Tibétains, la crasse des villes du Tibet, et par de nombreuses coutumes tibétaines, y compris une immoralité sexuelle, les pratiques laxistes de beaucoup de moines, la corruption et les croyances superstitieuses. D'autre part, il avait une grande admiration pour de nombreux Tibétains, allant des grands leaders religieux et politiques à des gens ordinaires et s'est fait beaucoup d'amis alors qu'il était au Tibet. « Au tournant du [20ème 20ème] siècle, pour atteindre Lhassa au Tibet, comme pour atteindre la lune à notre époque, fut un tel but suprême et le succès si rare, que au Japon comme ailleurs, la concurrence et de la controverse s'est naturellement posée en ce qui concerne les voyages au Tibet par diverses personnes. Sur le demi-douzaine de Japonais qui tenté d'atteindre Lhassa en 1900, seulement deux ont rencontré un succès rapide. Ekai Kawaguchi est arrivé au printemps de 1901 et Narita Yasuteru est arrivé quelques mois plus tard. Hiroshi (Kan) Naomi est mort dans une tentative infructueuse [dans les mains des populations tribales sur la frontière entre Yunnan et au Tibet], et Enga Teremoto n'a pas atteint l'objectif avant 1904. Peu d'endroits dans le monde ont enflammé l'imagination des aventuriers comme le Tibet et les japonais en particulier ont eu plus d'encouragement que la plupart des autres personnes à atteindre Lhassa. Il y avait, par exemple, leur intérêt à promouvoir le bouddhisme pan-asie et une renaissance du bouddhisme. Et puis, il y avait la volonté du Japon de lutter contre l'impérialisme occidental et de bloquer l'expansion russe. Moins d'une douzaine de Japonais ont atteint le Tibet au cours de la première moitié de cette [20ème 20ème] siècle, et il y a eu beaucoup de débats et de concurrence entre les tibétologues japonais, leurs disciples et leurs amis au sujet des réalisations et de la valeur comparative des activités et études tibétaines de ces pionniers. » Alors que Kawaguchi a souvent été accusé d'être un espion et passant probablement des informations (dont certaines peut-être fausse) à son ami Sarat Chandra Das qui travaillait pour les Britanniques, il n'y a pas d'information pour soutenir cette affirmation. Il est un ami de Mme Annie Besant, président de la Société Théosophique, qui l'encourage à publier le texte en anglais de son livre,Three Years in Tibet. Kawaguchi passe le plus clair de son temps au Tibet déguisé et dû fuir précipitamment le pays. Plusieurs des personnes qui l'avaient abrité ont été horriblement torturé et mutilé. En 1903, il s'approche du premier ministre népalais Chandra Shumsher Rana pour les aider et sur sa recommandation, le gouvernement tibétain libére les amis tibetains fidèles de Kawaguchi de prison. En partie du fait d'entendre parler de la découverte d'un pilier d'Ashoka en 1896 dentifiant Lumbinî comme le lieu de naissance de Gautama Bouddha, il visite Lumbini avec d'autres pèlerins japonais en 1912. Le gouvernement du Népal a émis un timbre en 2003 pour commémorer les visites de Kawaguchi dans ce pays. Il est également dit qu'il a planté deux arbres cigale de l'Himalaya, qu'il avait ramené avec lui, près de la porte du temple zen bouddhiste Obaku-san Manpukuji dans la banlieue de Kyoto, où il avait étudié jeune homme.

Closely matched pages

Last update : 21/02/2014