Catherine de La Guette (1613-168.): nom d'alliance

Pays :France
Langue :français
Naissance :20-02-1613
Mort :168.
Note :
Héroïne de la Fronde
Autre forme du nom :Madame de La Guette
ISNI :ISNI 0000 0001 2341 8256

Ses activités

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Catherine de La Guette (1613-168.)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Mémoires / de Madame de La Guette ; éd. établie, présentée et annotée par Micheline Cuénin, 1982
  • Ouvrages de reference : Larousse 19e s. : La Guette (Catherine de Meurdrac de) [décédée en 1680?]
    Berthelot : Guette (Catherine de Meurdrac, dame de La) [décédée après 1681]
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : La Guette (Catherine Meurdrac, Mme de)

Autre forme du nom

  • Madame de La Guette

Biographie Wikipedia

  • Madame de La Guette (1613-1676) est née Catherine de Meurdrac à Mandres-les-roses. Ses Mémoires publiés en 1681, et quelque peu oubliés pendant des siècles, lui valent actuellement une réputation de femme de tête et d'écrivain.Elle y raconte sa vie de femme mariée, contre la volonté de son père, à un officier des armées royales, très souvent absent de leur domaine de Sucy-en-Brie en raison des guerres étrangères, et dont elle a dix enfants. Les troubles de la Fronde et le ralliement de son mari au camp des frondeurs compliquent encore sa vie. Ils lui valent une traversée romanesque de la France pour tenter de rallier au Roi les Frondeurs de Bordeaux, où se trouve son mari. L'échec final de cette tentative, par l'effet d'un double jeu de Mazarin, puis la défaite de La Fronde donnent beaucoup d'amertume à ce guerrier, qui meurt en 1665.En 1671, année où Madame de Sévigné l'évoque dans une de ses lettres, Madame de La Guette finit par se rendre à Gand avec son fils aîné, qui combat pour le Prince d'Orange, et qui est tué à Maastricht en 1676.Les Mémoires portent une attention remarquable à la vie quotidienne, et, en particulier, à la charge d'être une mère. On y lit comment une femme du XVIIe siècle a pu affronter, essentiellement toute seule, les difficultés pratiques d'une époque troublée. On y lit surtout comment Madame de la Guette parvient à pratiquer une écriture assez libre pour exprimer une subjectivité active.

Pages équivalentes