Maurice Bouilloux-Lafont (1875-1937)

Illustration de la page Maurice Bouilloux-Lafont (1875-1937) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :La Ferté-Alais (Essonne), 10-04-1875
Mort :Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), 29-07-1937
Note :
Banquier. - Député de Quimper (1914-1932), maire de Bénodet. - Ministre d'État à Monaco
Autres formes du nom :Maurice Bouilloux- Lafont (1875-1937)
Maurice Bouilloux-Lafon (1875-1937)
ISNI :ISNI 0000 0001 0856 6525

Ses activités

Auteur du texte1 document1 document numérisé

  • Les chambres de métiers, comment nous les concevons

    Description matérielle : 1 vol. (222 p.)
    Édition : Paris : Payot , 1919

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb318529137]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Maurice Bouilloux-Lafont (1875-1937)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Les chambres de métiers. Comment nous les concevons / Maurice Bouilloux-Laffont, 1995 [document électronique : reprod. de l'éd. de 1919]
  • Ouvrages de reference : DBF
    ABF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. suppl.

Autres formes du nom

  • Maurice Bouilloux- Lafont (1875-1937)
  • Maurice Bouilloux-Lafon (1875-1937)

Biographie Wikipedia

  • Maurice Bouilloux-Lafont est un homme politique français né le 10 avril 1875 à la Ferté-Alais (Seine-et-Oise) et décédé le 29 juillet 1937 à Barcelonnette (Basses-Alpes).Frère de Marcel Bouilloux-Lafont, il est son associé dans la direction de la banque familiale. Ayant épousé une riche héritière d'une famille de Quimper, il s'installe à Bénodet, dont il devient maire en 1912. Il est également conseiller général du canton de Concarneau jusqu'en 1934. Il est député du Finistère de 1914 à 1932, d'abord inscrit au groupe de la Gauche républicaine démocratique, puis au groupe de la Gauche radicale. Il est secrétaire de la Chambre de 1917 à 1919, et vice président de la Chambre de 1924 à 1930. Battu aux élections de 1932, il devient Ministre d’État de la principauté de Monaco.Le 2 octobre 1928, il fut très grièvement blessé dans un accident d'automobile survenu à Scrignac (Finistère), dans lequel mourut Théodore Le Hars, sénateur du Finistère.

Pages équivalentes