Jean-Jacques Soudeille (1899-1951)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :1899
Mort :09-1951
Note :
Employé de commerce lyonnais, historien et militant communiste. - Fondateur du mouvement de résistance "Franc-Tireur", membre du Comité français de libération nationale. - Après la Libération, directeur de Radio-Brazzaville puis des émissions parlées au poste d'Alger
ISNI :ISNI 0000 0001 1771 1210

Ses activités

Auteur du texte1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean-Jacques Soudeille (1899-1951)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : La révolution manquée : l'imposture stalinienne / Jacques Perdu ; éd. établie et présentée par Charles Jacquier, 1997
    Vie et mort des corporations : grèves et luttes sociales sous l'Ancien régime / Jean Jacques, 1948
    La résistance française / Jean-Jacques et Roland, 1944
  • Ouvrages de reference : Maitron. vol. 41 : 1914-1939 : Soudeille Jean-Jacques, dit Souzy, dit Jacques Perdu, dit Jean Jacques
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : Perdu, Jacques
    BN Cat. gén. suppl. : Jacques, Jean et Jean-Jacques
    BN Cat. gén. suppl.

Biographie Wikipedia

  • Jean-Jacques Soudeille (1899 - 1951), également connu sous ses pseudonymes Souzy, Jean Jacques, et Jacques Perdu, était un historien, journaliste, communiste et résistant français. D'abord militant du Parti communiste-SFIC (futur Parti communiste français), il devient critique sur l'évolution du parti dès 1924, et signe la "Lettre des 250" de l'opposition de gauche en 1925. Il crée ensuite un groupe communiste oppositionnel à Lyon, qui est en contact avec le groupe parisien de Boris Souvarine. Il rejoint le Cercle communiste démocratique lors de sa fondation en 1930. En 1940, il crée le groupe de résistance "France Liberté" avec Elie Péju, Antoine Avinin et Auguste Pinton, mouvement qui, en décembre 1941, devient Franc-Tireur. Soudeille s'investit dans la publication du journal clandestin du mouvement. À partir de 1943, il représente Franc-Tireur à l'Assemblée consultative provisoire d'Alger. À la libération, déçu par l'évolution politique de la France, il cesse le militantisme actif. Il fut le directeur de Radio-Brazzaville.

Pages équivalentes