Tiga (1935-....): pseudonyme individuel

Pays :Haïti
Langue :français
Sexe :masculin
Note :
Peintre, céramiste et animateur. - Nom d'état-civil : Marie-Pascal Jean Claude Garoute
ISNI :ISNI 0000 0001 1479 2086

Ses activités

Illustrateur1 document

  • Espaces intermédiaires

    poèmes

    Description matérielle : 55 p.
    Édition : Port-au-Prince (Haïti) : Éd. mémoire , 1994
    Auteur du texte : Joubert Satyre (1958-....)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38886888d]

Auteur du texte1 document

  • Contes des îles savoureuses ; L'hymne des héros

    poèmes

    [Éd.] bilingue
    Description matérielle : 140 p.
    Édition : Paris : Éd. des Écrivains , 2004
    Autre auteur du texte : Elvire Maurouard

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb392005141]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Tiga (1935-....)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Espaces intermédiaires : poèmes ill. des encres de Tiga / Joubert Satyre, 1994
  • Ouvrages de reference : Tiga : rêve, possession, création, folie [Images animées] / Arnold Antonin, réal., scénario... ; Tiga, Mireille Jérôme, Philippe Dodard... [et al.], participants. Collectif 2004 Images, [2011]
  • Catalogues de la BnF : Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, 2001 : Tiga, Jean-Claude Garoute, dit

Biographie Wikipedia

  • Jean-Claude Garoute, dit "Tiga", né le 9 décembre 1935 à Port-au-Prince et mort le 14 décembre 2006 à Miami, est un artiste haïtien (peintre, sculpteur, céramiste et musicien). Fondateur en 1968, avec Patrick Vilaire et Wilfrid Austin Casimir (Frido) de l’atelier du Poto-Mitan à Port-au-Prince, il crée en 1970 avec Maud Robart une initiative visant à renouveler la peinture haïtienne, en lui faisant rencontrer le vaudou. L’expérience donne naissance, en 1973, au mouvement Saint-Soleil : Tiga et Maud Robart installent à Soisson-la-Montagne, sur les hauteurs de Pétionville, un atelier communautaire où vont travailler les habitants des environs. André Malraux visite Soisson-la-Montagne en 1975 : il évoque cette visite et les artistes de Saint-Soleil avec lyrisme dans l’Intemporel.

Pages équivalentes