BnF
BnF

Liang Zhu ge (0181-0234)

Country :
Language :
Gender :
masculin
Birth :
Death :
Note :
Grand savant de la période des Trois royaumes. - Homme d'État et chef militaire
Variants of the name :
Leang Tchou ko (0181-0234)
Liang Dschu ge (0181-0234)
Liang Chu ke (0181-0234)
See more
ISNI :

Occupations

Auteur du texte2 documents

Loading information

Documents about this author

Documents about the author Liang Zhu ge (0181-0234)

Pages in data.bnf.fr

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources for the record

  • Documents by this author : Ci hai, 1999 : forme retenue
  • Ouvrages de reference : Shen shu : l'oracle des nombres sacrés / Zhuge Liang, impr. 2004
    La voie du général / Liang Zhuge, impr. 2012
  • Catalogues de la BnF : NLC authorities (2005-07-12) (This site has been archived by the BnF since the 26/10/2005)

Variants of the name

  • Leang Tchou ko (0181-0234)
  • Liang Dschu ge (0181-0234)
  • Liang Chu ke (0181-0234)
  • 孔明 诸葛 (0181-0234)
  • Kongming Zhuge (0181-0234)
  • Kong ming Zhu ge (0181-0234)
  • Liang Zhuge (0181-0234)
  • 亮 诸葛 (0181-0234)

Wikipedia Biography

  • Zhuge Liang parfois orthographié Tchou-kö Lieang, Tchou-ko Lieang ou Chu-ko Liang était un célèbre stratège chinois et, avec Sima Yi et Zhou Yu, l’un des plus brillants tacticiens de l’époque des Trois Royaumes. Il s’allia à Liu Bei et en tant que Premier ministre des Shu, mena cinq invasions du royaume de Wei dans le but de restaurer la dynastie Han. Le nom de Zhuge Liang est devenu légendaire et synonyme en Chine d'intelligence et d'esprit. Marquis de Wu, il est souvent fait référence à lui sous son prénom social de Kongming (孔明, Kǒngmíng) ou sous son surnom taoïste de « Dragon accroupi » (臥龍, Wòlóng). Ce même surnom est devenu en japonais une expression signifiant « homme exceptionnel » (臥龍, garyū ou garyō). Zhuge Liang est connu au Japon sous le nom de Shokatsuryō Kōmei et en Corée sous celui de Jegalryang Gongmyeong. Zhuge Liang est né en l’an 181 (durant les dernières années de la dynastie Han) à Yangdu, Shandong, Chine. Orphelin jeune, il est obligé de fuir le Shandong durant le massacre de civils par Cao Cao, puissant seigneur de guerre des plaines centrales. Durant quelques années, il habite une petite ferme de Longzhong, cultivant la terre et formant amitiés avec des célébrités littéraires, militaires, philosophiques (entre autres) du temps. Sa réputation augmente alors. Selon Les Chroniques des Trois Royaumes, Liu Bei vient par trois fois le visiter, le suppliant de devenir son stratège. Après une longue discussion, touché par la sincérité de Liu Bei il accepte et quitte sa ferme pour se joindre à celui-ci. Il n’a alors que vingt-six ans. Avec Liu Bei, il forme le royaume de Shu. S’alliant à Sun Quan, chef du royaume de Wu, ils remportent notamment la bataille de la Falaise Rouge. Plus tard, il est nommé Premier ministre quand Liu Bei se couronne empereur. Mais celui-ci meurt en 223, à la suite d’une campagne désastreuse contre le royaume de Wu. Les Wu avaient tué le seigneur Guan Yu, son frère d'armes. La couronne passe au fils de Liu Bei, Liu Shan, que Kongming sert jusqu’à sa mort en 234. Durant son excellente administration, le royaume prospère rapidement et peut résister et même attaquer le puissant royaume de Wei au nord. Durant ses dernières années, il monte cinq expéditions pour conquérir les Wei, mais toutes échouent, à cause de l'incapacité de l'empereur Liu Shan et du fait que le Wei avait plus de soldats et de généraux que le Shu. Durant la dernière campagne, souffrant d’excès de fatigue et malade, il meurt. Jiang Wei, un général des Wei qu’il avait convaincu de le rejoindre lui succède. Le royaume tout entier pleura et les Shu, en dépit des qualités de Jiang Wei, ne se remirent pas de ce coup.

Closely matched pages

Last update : 04/07/2014