Marguerite-Louise Couperin (1676-1728)

Illustration de la page Marguerite-Louise Couperin (1676-1728) provenant de Wikipedia
Pays :France
Sexe :féminin
Naissance :1676
Mort :30-05-1728
Note :
Chanteuse, cousine de François Couperin
ISNI :ISNI 0000 0000 0888 5430

Ses activités

Interprète1 document

  • Motets // De monsieur Desmarets, // pesionnaire (sic) ordinaire de la Musique du Roy, chantez à la Chapelle // de sa Majesté. // Copiez par Ordre exprés de son Altesse Serennissime Monseigneur le Comte de Toulouze, // par M. Philidor l'aîné, Ordinaire de la Musique du Roy, & Garde de toute sa Bibliotheque // de Musique, & par son Fils aîné, l'An 1704

    Description matérielle : 9 parties : 21,5 x 29 cm
    Description : Note : P. de t. imprimée. - Contient 5 grands motets et une messe à double choeur. - Grands motets : De profondis clamavi (ps. 129), Beati omnes (ps. 127), Cum invocarem (ps. 4), Veni creator (hymne), Nisi dominus (ps. 126). - Table imprimée avec ajouts ms. pour chaque partie. - Parties vocales : 1er dessus (105 p.), 2d dessus (93 p.), haute-contre (94 p.), taille chantante (85 p.), basse chantante (93 p.). - Parties instrumentales : premier desssus de violon (94 p.), second dessus de violon (92 p.), basse continue 2 ex. (98, 96 p.). - Noms des interprètes indiqués sur quelques parties : Mrs Lepeintre l'aîné et le cadet (1er et 2d dessus de violon), Mr Marchand (bc), Mr Lacaize (1er second du 1er choeur), M.r Marchand l'aîné (1er second du 1er choeur), Melle Chappe (1er dessus de récit du 1er choeur), Melle Couprin (1er dessus de récit du 1er choeur, Mr Favally (1er dessus de récit du 1er choeur), Mr Bastaron (basse de récit), l'abbé D'Estival (basse de récit), l'abbé Michaut (basse de récit), Mr Courcier (taille de récit du 1er choeur, Mr Beaupré (taille de récit du 1er choeur), l'abbé Du Moussel (haute-contre de récit du 1er choeur, Mr Jonquet (haute-contre de récit du 1er choeur). - Rel. veau fauve pour les parties vocales et en veau marbré pour les parties instrumentales aux armes du comte de Toulouse. - Dos avec monogramme et pièce de titre en maroquin rouge portant "M 1". - Titre et nom de chaque partie au plat supérieur de la rel.
    Sources : Catalogue thématique grand motet français, n° 569, 571, 577, 586, 592. - C. Massip, La collection Toulouse-Philidor, n° 14. - E. H. Fellowes, The catalogue of manuscripts in the library of Tenbury, n° 118-122
    Édition : , 1704
    Compositeur : Henri Desmarets (1661-1741)
    Ancien possesseur : Louis-Alexandre de Bourbon Toulouse (comte de, 1678-1737)
    Copiste : André Philidor (1652?-1730)
    Interprète : Jacques Bastaron (16..-1726), Marie Chappe (16..-174.?), Gatien Courcier (chanteur, 16..-17.. ), Charles Du Moucel (chanteur, 16..-17.. ), Jacques d' Estival (abbé, 16..-1733), Antonio Favalli (chanteur, 16..-17..), Augustin-Jean Lepeintre (1683-1754), Pierre Lepeintre (1675-1711), Jean Noël Marchand (1666-1710), Claude Michaut (abbé, 16..-17.. )

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39587636g]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Membre de

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Benoit, Dictionnaire

Biographie Wikipedia

  • Marguerite-Louise Couperin (née à Paris en 1675/1676 ou en 1678/1679 - morte à Versailles le 30 mai 1728) était une soprano française cantatrice et claveciniste, issue de la famille Couperin, célèbre dynastie musicale des XVIIe et XVIIIe siècles. Son père, François Couperin (1631-1701) avait été remarqué vers 1650 avec ses frères Louis et Charles, par le célèbre claveciniste du roi, Chambonnières, qui les avait emmenés à Paris. Dans son livre de 1732 Le Parnasse françois, le Français Évrard Titon du Tillet parle d'elle comme d'« une des musiciennes les plus célèbres de notre temps, qui chantait avec un goût admirable et jouait du clavecin à la perfection ».Son professeur de musique était Jean-Baptiste Moreau (1656-1733) .Elle était la cousine germaine de François Couperin (dit « le Grand ») avec lequel elle a collaboré en chantant les parties de soprano dans ses compositions de musique religieuse. Les parties de soprano écrites pour elles sont exceptionnellement hautes et réclament une grande pureté de ton.D'ordinaire la Chapelle Royale n'autorisait pas les femmes à participer à des représentations et faisait appel à leur place à des voix de fausset ou à des castrats. Son talent cependant était tel qu'on fit pour elle une exception, et également pour les deux filles de Michel-Richard Delalande, Marie-Anne et Jeanne.

Pages équivalentes