Olga de Russie (reine des Hellènes, 1851-1926)

Pays :Grèce
Sexe :féminin
Naissance :Palais de Pavlovsk, Saint-Petersbourg (Russie), 03-09-1851
Mort :Rome, 18-06-1926
Note :
Épouse de Georges Ier roi des Hellènes. - Grande-duchesse de Russie, fille du grand-duc Constantin Nikolaïevitch de Russie et de la grande-duchesse Alexandra de Saxe-Altenbourg
Domaines :Histoire de l'Europe
Autres formes du nom :Olga de Grèce (1851-1926)
Olga (reine de Grèce, 1851-1926)
Olga Konstantinovna Romanova (1851-1926)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 1930 5435

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Olga de Russie (reine des Hellènes; 1851-1926)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Olga de Grèce (1851-1926)
  • Olga (reine de Grèce, 1851-1926)
  • Olga Konstantinovna Romanova (1851-1926)
  • Olga Konstantinovna (grande-duchesse de Russie, 1851-1926)
  • Olga Constantinovna de Russie (1851-1926)

Biographie Wikipedia

  • Olga Constantinovna de Russie (en russe : Ольга Константиновна Романова / Olga Konstantinovna Romanova et en grec moderne : Όλγα της Ελλάδας / Olga tis Elládas), grande-duchesse de Russie puis, par son mariage, reine des Hellènes et princesse de Danemark, est née le 3 septembre 1851 (22 août C.J.) au palais de Pavlovsk, à Saint-Pétersbourg, en Russie, et est morte le 18 juin 1926 à Rome, en Italie. C’est un membre de la dynastie des Romanov, une reine de Grèce (entre 1867 et 1913) et une régente de ce pays (du 18 novembre au 11 décembre 1920).Fille du grand-duc Constantin Nikolaïevitch de Russie et de la grande-duchesse Alexandra de Saxe-Altenbourg, elle passe une enfance dorée entre Saint-Pétersbourg, la Pologne et la Crimée. Elle épouse, à l’âge de seize ans, en 1867, le roi Georges Ier de Grèce et l’accompagne dans son nouveau pays. Dans le royaume hellène, Olga s’adapte d’abord difficilement. Très vite, elle s’engage cependant dans le travail social et fonde plusieurs hôpitaux et centres d’aide aux démunis. Elle soutient également son époux, dont le règne est ponctué par différents conflits avec l’Empire ottoman. La souveraine met par ailleurs au monde une nombreuse famille, dont elle passe beaucoup de temps à s’occuper.En 1913, Georges Ier de Grèce, l'époux d'Olga, est assassiné par un anarchiste. Désormais reine douairière, elle ne tarde pas à retourner en Russie. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, elle met en place un hôpital militaire dans le Palais de Pavlovsk, qui appartient à sa famille. Mais quand la Révolution russe se produit en 1917, elle se retrouve prisonnière dans le château et il faut l’intervention de l’ambassade du Danemark pour que les Bolcheviks l’autorisent enfin à quitter sa terre natale. Une fois à l'abri, Olga ne peut retourner en Grèce où son fils, le roi Constantin Ier, vient d’être déposé. Elle s’installe donc en Suisse, où résident désormais la plupart de ses enfants et petits-enfants, et c’est seulement en 1920 qu’elle peut rentrer à Athènes. Le pays est alors plongé dans la guerre gréco-turque de 1919-1922 et l’instabilité politique causée par la mort sans héritier du roi Alexandre Ier permet à la souveraine d’être nommée régente en attendant le retour de Constantin Ier sur le trône. Cependant, la défaite des Grecs face aux troupes de Mustapha Kemal conduit la famille royale à un nouvel exil et Olga passe les dernières années de son existence entre le Royaume-Uni, la France et l’Italie.

Pages équivalentes