Ranganayaki Rajagopalan

Pays :Inde
Sexe :féminin
Note :
Interprète de musique classique carnatique ou musique religieuse hindoue de l'Inde du Sud improvisé sur le thème des tanam (ragam-tanam-pallavi). - Joue du sarasvati vina ou saraswati veena (cithare tubulaire). - Enseignante à l'Académie de musique de Madras et l'Université de Massachussets
ISNI :ISNI 0000 0000 0155 1112

Ses activités

Cithares (musique ethnique)1 document

  • Ragam-tanam ; Pallavani. - Kriti... [etc.]

    Description matérielle : 1 disque compact (1 h 01 min 03 s) : DDD
    Description : Note sur l'enregistrement : Madras. - fr. - Studio Charsur. - 19991222
    Édition : Paris : Asterios productions ; [France] : distrib. l'Autre distribution , [DL 2007]
    Enregistrement : 1999-12-22 - France - Madras - Studio Charsur

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41037444n]

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Ragam-tanam [Enregistrement sonore] ; Pallavani ; Kriti... [etc.] / Ranganayaki Rajagopalan, sarasvativina. Cinq planètes CP 02153
  • Makar records (2007-08-09)

Biographie Wikipedia

  • Ranganayaki Rajagopalan (1932 – ) est l'une des plus grandes joueuses de vînâ saraswati, l'instrument roi de la musique carnatique, du sud de l’Inde. Née dans le Tamil Nadu, elle rencontra très tôt son guru Karaikudi Sambasiva Iyer (1888-1954) qui était en son temps le plus grand virtuose de l'instrument, issu d'une succession de 7 générations de musiciens de cour. Dès l'âge de quatre ans, elle est adoptée par son voisin qui lui enseigne son art à force de discipline.Tout en préservant le style et l'école de Tanjore en les présentant sur toutes les scènes du monde, elle a su élever ses huit enfants, dont trois filles musiciennes.Le style de Ranganayaki Rajagopalan est caractérisé par une « guirlande de râgas » (râgamâla) en guise d'introduction à son interprétation d'un râga. Par ailleurs, elle est connue pour ses tanams, consistant en un développement rythmique mais solitaire du râga.

Pages équivalentes