Auteurs nés en 1791396 documents

Auteurs morts en 1791238 documents

Personnes ayant débuté leur activité en 1791104 documents

  • Imprimeur-libraire ; fondeur de caractères ; relieur ; papetier. - Natif de Coutances, fils de l'avocat Charles-François Agnès (1746-1793). Exerce l'imprimerie et la librairie à Coutances dès 1791, dit alors âgé de 22 ans. Exerce également la reliure et la papeterie à Coutances. Sous la Révolution, imprime essentiellement des publications officielles. Publie également des ouvrages juridiques, religieux et classiques. Épouse à Coutances le 18 août 1801 Marie Prodhomme (1777-1807). Décédé à Coutances en nov. 1804. En déc. 1804, sa veuve procède à un inventaire de sa succession ; l'imprimerie dispose alors de deux presses

  • Libraire et éditeur de cartes géographiques. - Directeur du "Cabinet bibliographique pour la recherche de toutes sortes de livres et brochures et l'abonnement à tous les journaux". Publie notamment la "Feuille de correspondance du libraire ou Notice des ouvrages publiés dans les différens journaux...", périodique bibliographique bimensuel, de juin 1791 à fév. 1793, puis, en 1797, le "Magazin du bibliophile". Auteur et rédacteur de nombreux ouvrages. Géomètre. Économiste. Spécialisé dans les ouvrages d'"instruction républicaine". Publie plusieurs catalogues de sa librairie entre 1792 et 1798

  • Imprimeur (-libraire) du département des Côtes-du-Nord (1791) ; imprimeur de l'évêque constitutionnel (1791). - Engagé en 1791 par le district de Saint-Brieuc, il se serait établi sans "aucune connaissance préliminaire de l'état" ni "aucun moyen pécuniaire". Publie en nov.-déc. 1793 le "Bulletin du département des Côtes-du-Nord". Encore en activité en l'an XIII (1804-1805), date à laquelle son fils Charles Beauchemin, qui a exercé 2 ans à l'Imprimerie nationale en qualité de compositeur, lui succède

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur du district de la Campagne de Ville-Affranchie (1793-1794). - Né à Avignon de parents inconnus. Établi imprimeur à Lyon dès 1791

  • Exerce l'imprimerie à Rouen dès 1791. S'associe en l'an III (1794-1795) avec un certain Thérouf, autre imprimeur de Rouen. Imprime le périodique "Télégraphe" en 1796. Le 1er juillet 1806, une liste des imprimeurs et libraires de Rouen établie par le préfet de la Seine-Inférieure (aujourd'hui Seine-Maritime) indique que Jean-Baptiste Berthelot imprime pour les colporteurs. Imprime principalement des œuvres théâtrales, en particulier d'Olivier Ferrand (1747-1809). Encore en activité en 1809. Aurait fait faillite avant 1810 et ne semble plus exercer au-delà de cette date

  • Imprimeur. - Elizabeth Blackader, en activité dès 1804, lui succède

  • Imprimeur-libraire. - Originaire de Douai. Se fixe à Châlons avant 1773. S'établit imprimeur à la faveur de la Révolution. Imprime le "Journal" et l'"Annuaire du département de la Marne". Décédé le 1er mars 1803 à Châlons. Sa veuve puis son fils Pierre-Louis Boniez lui succèdent

  • Imprimeur-libraire ; imprimeur-libraire du Roi. - D'abord procureur puis greffier au bailliage de Montrevel. Associé à l'imprimeur-libraire Jean-Marie Legrand avec qui il rachète fin 1791 les presses de Louis-Hyacinthe Goyffon à Bourg. Seul après le départ de J.-M. Legrand pour Montluel ("Imprimerie de l'Armée") en 1793. Breveté imprimeur le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 20 nov. 1818) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 26 mai 1820). A publié plusieurs périodiques dont le "Journal de l'Ain" et l'"Annuaire de l'Ain" de 1820 à 1842. Décédé en déc. 1842. Son gendre Étienne Milliet (-Bottier) est breveté imprimeur en sa succession le 21 janv. 1843

  • Imprimeur-libraire ; éditeur. - Natif de Paris, fils d'un Julien-Pierre Boulanger. Ouvrier typographe depuis 1790 à Mamers (Sarthe), puis à Cherbourg (Manche). Exerce l'imprimerie en 1791 au plus tôt. Imprime et publie entre 1801 et 1802 l'"Almanach du département de la Manche... ". Imprimeur sous l'Empire des principales unités de l'armée de terre cantonnées à Cherbourg depuis 1806. Breveté imprimeur à Cherbourg le 15 juillet 1811 (brevet renouvelé le 20 nov. 1818) et libraire le 1er janv. 1813 (brevet renouvelé le 20 juillet 1818). Capitaine d'une compagnie de grenadiers de la Garde nationale en 1816. Aurait été plusieurs fois juge au tribunal de commerce de Cherbourg. Associé avec son fils, Ferdinand-Jean-Nicolas Boulanger, dit "Boulanger fils" (1802-1834) à partir de 1823. Propriétaire-éditeur et imprimeur du périodique "Feuille d'annonces judiciaires, commerciales et maritimes de la ville et arrondissement de Cherbourg" du 22 mars 1828 au 1er déc. 1832. Se démet en faveur de sa parente, Françoise-Marguerite-Ursule Boulanger (17..-1846), veuve de Charles-Joseph Michel (17..-18..), brevetée libraire à Vézelise (Meurthe-et-Moselle) le 3 sept. 1828. En janv. 1834, il reprend le fonds et le brevet de libraire de son fils, F.-J.-N. Boulanger, décédé. Exerce sous la raison "Boulanger, Beaufort et Compagnie typographique de Cherbourg" de 1834 à 1836. Vend le 5 nov. 1836 son fonds de librairie aux époux Baudry, auparavant tous les deux commis dans sa librairie. Se démet de son brevet d'imprimeur en faveur d'Auguste-Bernard Lecauf le 20 nov. 1835. Serait probablement décédé en nov. 1836, son brevet de libraire étant cédé à Eugène Baudry (1805-1845) le 14 janv. 1837

  • Succède à l'imprimeur d'Avignon Jean-Albert Joly en avril ou mai 1791 en tant qu'imprimeur du journal "Courrier de Villeneuve-les-Avignon" ; il en est également le propriétaire et le rédacteur selon R. Moulinas (in "Les Massacres de la Glacière : enquête sur un crime impuni", 2003, p. 87). Ne semble plus en activité après 1792

Personnes ayant cessé leur activité en 179172 documents

  • Nom patronymique : Françoise Borel. - Imprimeur de monseigneur l'archevêque

  • Imprimeur royal. - Plusieurs Antonio Agnelli semblent s'être succédé

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive d'"Éleuthéropolis", dissimule l'édition de la "Lettre de l'abbé Rive à son trés-cher et trés-illustre ami Camille Des-Moulins..." (1791), imprimée en fait à Aix-en-Provence. Le même pseudonyme a été utilisé pour l'édition (imprimée elle aussi à Aix-en-Provence) de "La Chasse aux bibliographes et antiquaires mal-advisés" du même auteur, sous l'adresse fictive de "Londres", en 1789

  • Ingénieur actif de 1770 à 1791

  • Fils du libraire parisien François Babuty ; né peu après 1722. Reçu maître le 8 sept. 1750. Gendre (27 sept. 1750) de l'imprimeur-libraire Gabriel-François Quillau. Publie en 1763 un ouvrage de son demi-frère aîné, François-Antoine Babuty-Desgodets (171.-1766), architecte du garde-meuble du Roi, la "Dissertation de la compagnie des architectes-experts... sur la théorie et la pratique des gros bois de charpente..." Acquiert en 1771 le fonds des sujets de thèse du graveur Laurent Cars, dont il publie le catalogue la même année. Publie plusieurs catalogues de sa librairie. Renonce pour des raisons de santé à être le candidat de la communauté des imprimeurs et libraires pour le consulat en 1790. Signe encore la "Pétition des membres du ci-devant corps de la librairie... à l'Assemblée nationale" le 9 juin 1791. Le peintre Jean-Baptiste Greuze, mari de sa sœur Anne-Gabrielle Babuty, a réalisé son portrait

  • Diffuse au début de la Révolution plusieurs périodiques comme la "Suite des nouvelles de Versailles" (1789-1790) ou "Le Disciple des apôtres" (1790). Spécialisé, par ailleurs, dans les livres et estampes pornographiques. Fait l'objet en août 1790 d'une saisie de pamphlets politiques. Peut-être apparenté à Louise-Émérienne (ou : Louise-Émérène) Beuvin, fille d'un Louis Beuvin, née à Paris le 24 juin 1795, libraire à Mantes à partir de 1816 puis brevetée en mars 1824 pour Elbeuf, où elle exerce jusqu'en 1828 au moins (décédée à Elbeuf le 25 sept. 1835)

  • Imprimeur (breveté) du Roi (et du Conseil supérieur de Saint-Domingue). - Succède à l'imprimeur Louis Guillot, décédé, par brevet du 14 avril 1774. D'abord breveté comme celui-ci pour les deux villes du Cap-Français et de Port-au-Prince, il ne se maintient que dans cette dernière à partir d'oct. 1778. Exerce également sous la raison "Imprimerie royale" ou, à Port-au-Prince, "Imprimerie royale du Port-au-Prince". Imprime les "Étrennes américaines" de 1775 à 1791 et les "Affiches américaines" (ou "Affiches du Cap") à partir du 27 juillet 1774, seul puis avec son ancien employé Charles-Théodore Mozard, imprimeur-libraire et rédacteur, du 3 juillet 1784 au 30 déc. 1790. Également huissier-audiencier à Port-au-Prince

  • Marchand-cartier actif à Marseille de 1743 à 1791. - Fils de Jean Bourlion et de Françoise René. - Épouse Jeanne Rat le 11 juin 1743 (paroisse Saint-Ferréol). - Obtient l'autorisation en 1753 de prendre pour enseigne les armes du duc de Villars

  • Autre(s) graphie(s) : Bruyzet. - Imprimeur-libraire. - Fils du libraire Jacques Bruyset, avec qui il commence à travailler dès 1734 env. Libraire en 1744, il n'est reçu imprimeur qu'en janv. 1758 après intervention de diverses personnalités dont le contrôleur général des finances L. Bertin (nov. 1757). Dit, à tort, âgé de 42 ans lors de l'enquête de 1764. Tente en vain de se faire recevoir imprimeur du Roi à Lyon (1764-1766), mais se voit octroyer la survivance de Pierre III Valfray. A aussi exercé comme marchand de musique. Se démet de son imprimerie en août 1788 mais reste associé à ses fils et dirige en 1789 l'Imprimerie de la Loterie royale à Lyon. Semble s'être établi à nouveau à son compte en 1790. - Travaille d'abord en association avec son oncle Louis Bruyset (jusqu'en 1752), puis avec Pierre Bruyset-Ponthus, fils de celui-ci, jusqu'en 1754. De 1774 environ à 1791 environ, travaille en association avec son fils Jean-Marie II Bruyset

  • Musicien et éditeur de musique. - Fils d'Antoine Castaud, musicien, et Anne-Thérèse Debussy. - Baptisé à Marseille, paroisse Saint-Laurent, le 1er mars 1722 : la date de naissance du 26 mai 1715 indiquée par Vallas et Devriès, Lesure est celle de sa soeur Marguerite. - Reprend le fonds des frères Le Goux. - Son fonds est acquis par Garnier en 1791

Organisations créées en 179188 documents

Organisations ayant cessé d'exister en 1791260 documents

  • Monastère sécularisé au Xe siècle, rendu à la vie monastique au début du XIe. - Rattaché à la Congrégation de Saint-Maur à partir de 1629. - Liée à la Paroisse Saint-Serge d'Angers

  • Fondée en 997 par Boson II, Comte de la Marche. Dépendit d'abord de l'Abbaye d'Uzerche puis devint Cluniste en 1611, incorporée à l'ordre en 1630

  • Abbaye fondée en 1137 par saint Etienne d'Obazine sur des terres données par Guillaume et Pierre d'Ussel. Elle fut admise dans l'ordre de Cîteaux en 1147. Fermée puis vendue en 1791

  • Abbaye de Cisterciens fondée en 1151 par Matthieu, duc de Lorraine et sa femme Berthe. Sous la protection du pape depuis une bulle de Lucius III en 1182, renouvelée par Célestin III. Il y restait 7 religieux en 1768. Fermée à la Révolution

  • Abbaye de Clarisses fondée Jean de Châtillon, comte de Blois, et Alix de Bretagne, son épouse. L'abbaye relevait directement du Saint-Siège. A partir du XVIIe siècle, elle se mit à décliner. Elle fut supprimée canoniquement en décembre 1787, mais les moniales refusèrent de s'incliner. Elles quittèrent les lieux pendant la Révolution. - Il en reste une chapelle souterraine avec les restes des tombeaux et une salle capitulaire

  • Prieuré de bénédictines fondé par saint Robert de Turlande (1001-1067), érigé plus tard en abbaye. - Appelé initialement Comps, prit le nom de Lavaudieu en 1487

  • Ancien prieuré occupé depuis le XIIe siècle par des chanoines réguliers de Saint Augustin. L'abbaye fut plus tard le centre d'autres établissements monastiques fondés dans le Haut-Rhin, en Allemagne et en Suisse. Elle se trouvait sur un terrain élevé au-dessus des communes d'Obermorschwihr et de Voegtlinshoffen (Haut-Rhin), et fût vendue en 1791 au cours de la Révolution française, et presqu'entièrement détruite. Quelques vestiges en subsistent encore.

  • Abbaye double de Bénédictins et Bénédictines, fondée en 630 par saint Amand et Adalbaud comte de Douai. L'épouse de ce dernier, sainte Rictrude, créa en 643 le monastère de femmes qui cohabita avec celui des hommes jusqu'en 1028. Supprimée en 1791 puis détruite, sauf un bâtiment occupé par la mairie actuelle

  • Abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin fondée vers 1150 par Raoul de Montmorel, chanoine de l'abbaye de Saint-Victor de Paris ; fondation confirmée en 1162 par Henri II. Les chanoines desservaient 8 prieurés-cures voisins, une léproserie, un noviciat et un scholasticat. - L'abbaye adhéra à la congrégation de France (Génovéfains) en 1659, mais cela n'avait pas empêché son déclin à cause de la commende et des guerres du XVIe siècle. La Révolution y trouva 4 religieux. - Fermée en 1791 puis démolie, sauf le logis abbatial transformé en ferme

  • Abbaye cistercienne dont il ne subsiste plus que quelques restes architecturaux et dont l'emplacement est occupé par l'actuel hôpital rural d'Orbey-Pairis

Organisations ayant débuté leur activité en 179113 documents

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Nosopolis", dissimule l'édition de la "Lettre des vénérables freres anti-politiques et de l'abbé Rive, présentée à MM. les commissaires du Roi, dans le département des Bouches-du-Rhône, le 13 janvier 1791, avec une autre lettre du même abbé Rive, aux mêmes commissaires", due à l'abbé Jean-Joseph Rive et imprimée à Aix-en-Provence en 1791

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Philadelphie", dissimule l'édition de "Lettres de l'abbé Rive, a MM. les commissaires des trois départemens de l'ancienne province de Provence, depuis le 26 janvier 1791, jusqu'au 18 février de la même année", dues à l'abbé Jean-Joseph Rive et imprimées à Aix-en-Provence en fév. 1791

  • En activité dès déc. 1791. Imprime notamment "L'Ami du peuple" de Théophile Leclerc dit de Lyon, du 20 juillet au 15 sept. 1793. Encore en activité en l'an III (1794-1795)

  • Imprimerie en activité à Paris à partir de 1791. Son nom se réfère à la chapelle de la Jussienne (dédiée à sainte Marie-Égyptienne), située rue de la Jussienne, n° 25, au coin de la rue Montmartre, et démolie vers 1792 ("Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris", 1812, p. 244-245). L'imprimerie n'est plus attestée après 1793

  • Imprimerie-librairie en activité à la fin de l'année 1791 et peut-être encore au début de 1792. Cette adresse, en 1791, correspondrait d'après P. Delalain à celle d'un auteur, Pierre Vaqué, dramaturge et colonel de la garde nationale à Colonges (dép. Lot-et-Garonne)

  • Autre(s) graphie(s) : Imprimerie de l'Aviseur-Général. - À distinguer de l'imprimerie du journal "L'Aviseur national", supplément du "Mercure français" et de la "Gazette nationale ou le Moniteur universel", lequel a paru à partir du 23 déc. 1792 et en 1793

  • Imprimerie créée probablement en août-sept. 1791, à l'occasion de la parution du n° 1 du journal "L'Oracle français" (le n° 2 de ce journal est imprimé par l'imprimeur-libraire Pougin)

  • Imprimerie en activité dès 1791. Son appellation a évolué en fonction surtout du nombre de départements français (de 83 en 1791 à 86 en 1794). Peut-être liée à l'imprimeur Louis Quiber-Palissaux, exerçant en 1793-1794 rue du Faubourg-Poissonnière et se qualifiant "d'imprimeur des Départements". Également liée à la société des Jacobins, en 1793-1794 au moins. L'imprimerie ne semble plus exister au-delà de 1794

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive d'"Éleuthéropolis", dissimule l'édition de la "Chronique littéraire des ouvrages imprimés et manuscrits de l'abbé [Jean-Joseph] Rive...", imprimée en fait à Aix-en-Provence en 1791

  • Autre(s) graphie(s) : Imprimerie des Sourds et muets. - Imprime le "Journal des savants" en 1791-1792. Aurait été l'imprimerie particulière de Maximilien de Robespierre et du Comité de Salut public avant le 9-Thermidor (27 juillet 1794). Jean-Furcy Michelet, père de l'historien Jules Michelet, y est employé comme sous-chef jusqu'à cette date. Imprimerie dirigée par Adrien Leclère (1763?-18..) en l'an IX et en l'an X au moins, puis par Jean-Ange Clo (17..-1824), d'origine italienne, à partir de 1806 environ

Organisations ayant cessé leur activité en 179115 documents

  • Corporation instituée par lettres patentes de juin 1618 et réunissant à l'origine tous les maîtres libraires imprimeurs et relieurs de Paris. En 1686 les relieurs ont été détachés de cette communauté pour en former une distincte. Corporation supprimée en vertu du décret d'Allarde (mars 1791)

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Nosopolis", dissimule l'édition de la "Lettre des vénérables freres anti-politiques et de l'abbé Rive, présentée à MM. les commissaires du Roi, dans le département des Bouches-du-Rhône, le 13 janvier 1791, avec une autre lettre du même abbé Rive, aux mêmes commissaires", due à l'abbé Jean-Joseph Rive et imprimée à Aix-en-Provence en 1791

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive de "Philadelphie", dissimule l'édition de "Lettres de l'abbé Rive, a MM. les commissaires des trois départemens de l'ancienne province de Provence, depuis le 26 janvier 1791, jusqu'au 18 février de la même année", dues à l'abbé Jean-Joseph Rive et imprimées à Aix-en-Provence en fév. 1791

  • Autre(s) graphie(s) : Imprimerie de l'Aviseur-Général. - À distinguer de l'imprimerie du journal "L'Aviseur national", supplément du "Mercure français" et de la "Gazette nationale ou le Moniteur universel", lequel a paru à partir du 23 déc. 1792 et en 1793

  • Imprimerie créée probablement en août-sept. 1791, à l'occasion de la parution du n° 1 du journal "L'Oracle français" (le n° 2 de ce journal est imprimé par l'imprimeur-libraire Pougin)

  • Imprimerie de Monsieur, frère de Louis XVI et comte de Provence (futur Louis XVIII), dirigée par Pierre-François Didot (dit Didot jeune), lequel succède en mars 1779 à Philippe Vincent qui avait été nommé imprimeur de Monsieur en 1763. Encore en activité en 1791

  • Pseudonyme qui, sous l'adresse fictive d'"Éleuthéropolis", dissimule l'édition de la "Chronique littéraire des ouvrages imprimés et manuscrits de l'abbé [Jean-Joseph] Rive...", imprimée en fait à Aix-en-Provence en 1791

  • Imprimerie en activité à Paris en 1791. Imprime à partir du 9 janv. 1791 le "Journal du soir" rédigé par Claude-François Beaulieu (1754-1827), puis à partir du 1er oct. 1791 le "Journal général du soir, de politique et de littérature". Ne semble plus en activité après 1791

  • Imprimerie du quotidien "Le Postillon" (fév. 1790 - 4 oct. 1791), rédigé par le journaliste Jean Calais. Le succès de ce journal ayant suscité une forte émulation, il en existe de nombreuses imitations et contrefaçons, publiées sous différentes adresses à Paris en 1790 : Guilhemat, puis Chalon ; Imprimerie du Postillon, r. Basse-du-Rempart, n° 11 (= Tremblay) ; Al. Boulnois (et Gabriel) ; Laillet ; Imprimerie du Postillon, r. du Vieux-Colombier, n° 30 ; Imprimerie de la Société patriotique, r. des Moineaux, n° 36 ; Pougin ; (Jean) Calais et Dubois, r. des Moineaux, n° 36 ; Imprimerie du Postillon, r. de Valois ; Imprimerie du Postillon, r. des Écrivains, n° 21 ; Imprimerie du Postillon, r. du Hasard (= L.-L. Girard).... - L'imprimerie du véritable "Postillon" n'est établie en revanche qu'aux trois adresses successives : r. d'Argenteuil, n° 20 (à partir de fin fév. 1790) ; r. d'Argenteuil, n° 87 (à partir du 20 avril 1790) ; r. Basse-du-Rempart, n° 22 (à partir du 10 juillet 1790)

Œuvres terminées en 179129 documents

Spectacles représentés en 17915 documents

Documents publiés en 17917215 documents

  • ...זוהר על התורה

    Description matérielle : f. [lac. p. de t.-120], 121-251, 1-19, [1 bl.]
    Description : Note : Texte en rashi ; en bas de page, notes et commentaires des correcteurs ; références bibliques en marge. - La date est prise au colophon. Les autres éléments du titre sont rétablis d'après les notices Rachel 90082 et Congrès 51046381
    Édition : [Livourne] : [Eliezer Saadoun] , 551 [1791/1792]
    Auteur présumé du texte : Siméon bar Yohay

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb44730228s]
  • 1 et 2 Ils observent ce quils nont jamais connu. 4 Leur felicité fait ma gloire. 3 Tant qu'il la soutiendra notre bonheur sera parfait

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte, col. ; 23 x 36 cm (élt d'impr.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 5178-5179
    Édition : [Paris ?] : [s.n.] , [ca 1791]
    Collectionneur : Carl de Vinck (1859-1931)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40249968x]
  • [20e] Sinfonie périodique à deux violons, alto et basse, cors et hautbois ad libitum.... [B 1787]

    Description matérielle : 13 parties
    Description : Note : Parties : vl. I, vl. II, vla, vlc., fl., ob. I, ob. II, cor I, cor II, clar. I, clar. II, fag., timp.
    Édition : Paris : Imbault , [ca 1791]
    Compositeur : Ignaz Pleyel (1757-1831)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39790932s]
  • [20e] Sinfonie périodique à deux violons, alto et basse, cors et hautbois ad libitum, composée par Mr Igna.ce Pleyel... [B 147]

    Description matérielle : 12 parties in-fol.
    Description : Note : Violino Primo, 1 fol. limin., 7 p., la p. 1 en blanc, Violino Secondo, 5 p., Viola, 6 p., Violoncello e Basso, 7 p., Flauto, 5 p., la p. 1 en blanc, Oboe Primo, Oboe Secondo et Corno Primo in D, 4 p., la p. 1 en blanc chacun, Fagotto, 5 p., la p. 1 en blanc, Clarino Primo in D, Clarino Secondo in D et Timpani in D, 3 p., la p. 1 en blanc chacun. - Symphonie en ré
    Édition : Paris : Imbault , [ca 1791]
    Compositeur : Ignaz Pleyel (1757-1831)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb432087781]
  • [Le 28 février 1791]

    [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte, burin, col. ; 28,5 x 40,5 cm (élt d'impr.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte. - burin
    Note : Auteur d'après mention manuscrite
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 5309-5321
    Édition : [Paris ?] : [s.n.] , [ca 1791]
    Dessinateur du modèle : Jourdain (dessinateur, 17..-1... )
    Graveur : Jourdain (dessinateur, 17..-1... )
    Collectionneur : Michel Hennin (1777-1863), Auguste Lesouëf (1829-1906), Carl de Vinck (1859-1931)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40258732b]
  • Le 28 fevrier, une foule de gens armés se mirent à démolir le donjon de Vincennes ;

    alors la Garde nationale se transporta dans cet endroit avec Mr La Fayette ; qui par sa présence rétablit l'ordre, [estampe]

    Description matérielle : 1 est. : eau-forte ; 13,5 x 10,5 cm (tr. c.)
    Description : Technique de l'image : estampe. - eau-forte
    Note : Extr. de : Desmoulins, no 68
    Sources : Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque, 1990, 11217-11221
    Édition : [Paris] : [s.n.] , [1791]
    Collectionneur : Carl de Vinck (1859-1931)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40248054h]
  • 2 airs tirés de Camille ou le Souterrain. A 1 v. et b. c.

    Description matérielle : 2 vol. in 8°
    Description : Note : Dans : Journal de la mode et du gout... 2e année, Paris, 1791, N.os 13 & 19
    Édition : Paris : [s.n.] , [1791]
    Auteur du texte : Nicolas Dalayrac (1753-1809)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb429312806]
  • 2 airs tirés des Visitandines réd. à IV et piano

    Description matérielle : P. 163, 168
    Description : Note : Dans : Feuilles de Terpsichore..., 1791, VIIIe année
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 1791
    Auteur du texte : François Devienne (1759-1803)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42953222x]
  • [2e] concerto a violoncel principal.... [B 1069]

    Description matérielle : 9 parties
    Description : Note : Parties : vlc. princ, vl. I, vl. II, vla, b., ob. I, ob. II, cor I, cor II
    Édition : Paris : Imbault , [ca 1791]
    Compositeur : Ignaz Pleyel (1757-1831)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb397907269]
  • 2e concerto à violon principal, deux violons, alto et basse, 2 hautbois, 2 cors...

    Description matérielle : 4 parties
    Description : Note : Parties : vl. I, vl. II, vla, b.
    Édition : Paris : Sieber , [1791]
    Compositeur : Rodolphe Kreutzer (1766-1831)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39787485g]

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données