France. États généraux (1789 ; Versailles)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Création :01-05-1789
Fin d'activité :23-06-1789
Note :
Le 14 janvier 1789, Louis XVI adresse une lettre de convocation des Etats généraux fixés pour le 1er mai. Le 2 mai, les députés des trois ordres se présentent devant le Roi et le 5 mai, ils se réunissent dans la salle des menus plaisirs à Versailles. Sur 1139 députés, 291 appartiennent au clergé, 270 à la noblesse et 578 au tiers-état. Des dissensions éclatent aussitôt sur la question du vote par ordre ou par tête. Le tiers-état refusant le vote par ordre et ayant attiré à lui des curés et des nobles libéraux, se proclama le 17 juin 1789, Assemblée nationale. Suite au serment du Jeu de Paume du 20 juin 1789, la séance royale du 23 juin 1789 qui clôture ces états généraux, marque un tournant dans les préludes de la Révolution française
Autres formes du nom :Assemblée des Etats généraux (1789)
Etats généraux (1789)
France. Etats généraux (1789)

Ses activités

Éditeur scientifique12 documents

  • 1789. Le Bailliage d'Etampes aux Etats généraux. Cahiers de la ville et des paroisses. Historique, documents, procès-verbaux d'assemblées, rédaction des cahiers, etc., etc.,... d'après les documents originaux, par MM. Maxime Legrand et Léon Marquis,... (26 avril 1897.)

    Description matérielle : In-8°
    Description : Note : Tome II de : 1789. "Les trois Etats du bailliage d'Etampes aux Etats généraux"
    Édition : Etampes : L. Brière , 1898
    Auteur du texte : Maxime Legrand (1854-1924), Léon Marquis (1843-19..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34058123t]
  • 1789. Les trois Etats du bailliage d'Etampes aux états généraux, historique, délibérations, rédactions de cahiers, biographies, etc., d'après les documents originaux

    Édition : [S. l. ?] , 1892
    Auteur du texte : Maxime Legrand (1854-1924)
    Autre : Léon Marquis (1843-19..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34065158z]
  • 1789. Les trois états du bailliage d'Etampes aux Etats généraux, historique, délibérations, rédactions de cahiers, biographies, etc., d'après les documents originaux, par M. M. Maxime Legrand et Léon Marquis... (6 octobre 1892.)

    Description matérielle : In-8 °
    Édition : Etampes : L. Brière , 1892
    Auteur du texte : Maxime Legrand (1854-1924), Léon Marquis (1843-19..?)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36464946w]
  • [Circulaire de M. de Villedeuil accompagnant un règlement royal du 30 mai 1789, et commençant par ces mots :] Etats généraux de 1789. Gouvernement général de Normandie. Bailliage de Valognes. A M. le lieutenant général, ou autre premier officier du bailliage. A Versailles le 12 juin 1789. Je vous envoie, Monsieur, une expédition du règlement que le Roi a fait en son conseil le 30 mai dernier pour le paiement des dépenses auxquelles ont donné lieu les assemblées tenues dans les divers bailliages et sénéchaussées du royaume pour la convocation des Etats généraux...

    Description matérielle : Gr. in-8, 2 p.
    Édition : (S. l. n. d.)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34058155f]
  • L'Angoumois en l'année 1789, ou Analyse des documents authentiques qui ont constaté, à cette époque, les assemblées, les délibérations, la situation respective des trois ordres de la province, par suite de la convocation des États généraux, précédée d'un coup d'oeil sur les assemblées nationales de l'ancienne France

    Description matérielle : In-8 °
    Édition : Angoulême : Perez-Lecler , 1847

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36349364s]

Auteur du texte5 documents

  • Trois fois par semaine (lundi, mercredi, vendredi)

    N° 1er ([1er/4 mai 1789]) - n° 40 (5 août 1789)

  • Compiègne en 1789 : Cahier de doléances du Tiers Etat et préparation des Etats généraux... transcription, annotations et commentaires

    Description matérielle : 85 p. : ill., fac-sim., couv. ill. ; 30 cm
    Description : Note : Contient un choix de documents. - Bibliogr. p. 79. Index. - Br. : 20 F.
    Édition : Amiens : C.R.D.P. , 1974

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36258400m]
  • Etats-généraux. Lettre du Roi au prévôt des marchands et êchevins pour la convocation du Tiers-Etat de la ville et faux-bourgs de Paris

    Description matérielle : In-4°, 8 p.
    Édition : Paris : impr. de Lottin l'aîné et : Lottin de Saint-Germain , 1789

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33763627n]
  • Ouverture des États-généraux, faite à Versailles le 5 mai 1789

    Description matérielle : 118-[9] p.
    Description : Note : Le discours du Garde des sceaux est dû à Charles de Barentin. - Le discours du Directeur général des finances, Jacques Necker, est suivi d'un "État général des revenus et des dépenses fixes"
    Édition : , 1789
    Imprimeur-libraire : Michel Racle (1739-1793)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb401740331]
  • Séance tenue par le Roi aux Etats-généraux, le 23 juin 1789. Discours du Roi. [Déclaration du Roi concernant la présente tenue des Etats-généraux du 23 juin 1789.]

    Description matérielle : In-4 ° (26 cm), 8 p.
    Description : Note : N ° 28
    Édition : Lille : Impr. C. M. Peterinck-Cramé , 1789

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36253428s]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation France. États généraux (1789 ; Versailles)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Première assemblée constituante fondée par les députés des Etats généraux lorsqu'ils s'érigèrent d'eux-même en une Assemblée nationale le 17 juin 1789. Le 20 juin, 577 députés (répresentants du clergé, de la noblesse et du Tiers Etat) se réunissent dans la salle du Jeu de Paume, où il prêtent le serment : « de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l'exigeront, jusqu'à ce que la constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides ». Le 9 juillet, cette assemblée est proclamée Assemblée nationale constituante. Elle vote la première constitution du 3 au 13 septembre 1791, acceptée par le roi le 14 septembre 1791. Fondée sur le principe de la souveraineté du peuple et la séparation des pouvoirs, elle institua en France une monarchie constitutionnelle. Dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 1791, l'Assemblée constituante laisse la place à l'Assemblée législative

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Assemblée des Etats généraux (1789)
  • Etats généraux (1789)
  • France. Etats généraux (1789)

Biographie Wikipedia

  • Les États généraux de 1789 sont les états généraux du royaume de France qui furent convoqués par le roi de France et de Navarre, Louis XVI, le 24 janvier 1789.Ils se composèrent de près de 1 200 députés élus, dans les pays d'élections, selon le règlement général du 24 janvier 1789 et les deux tableaux y annexés, et, dans les pays d'états, selon des règlements particuliers.À la suite du doublement du Tiers état, décidé le 17 décembre 1788, et du refus de la noblesse de Bretagne de s'y rendre, les députés du Tiers état y étaient majoritaires.Ils s'ouvrirent, à Versailles, le 5 mai 1789, par une séance solennelle organisée par le grand maître des cérémonies de France, Henri-Évrard, marquis de Dreux-Brézé, dans une salle provisoire à colonnes qui avait été érigée, dans l'urgence, par l'architecte Pierre-Adrien Pâris, derrière l'hôtel des Menus-Plaisirs de l'avenue de Paris.La veille, le 4 mai, les députés déjà présents à Versailles avaient participé à une procession dite du Saint-Sacrement, qui partit de l'église Notre-Dame et les conduisit à l'église Saint-Louis.Du 6 mai au 27 juin, les états généraux siégèrent, par ordre : les députés du clergé dans la chambre du clergé, ceux de la noblesse dans la chambre de la noblesse et deux du tiers état dans une troisième chambre qui prit le nom de Communes.Le 27 juin, après l'échec de la séance royale du 23 juin, Louis XVI enjoignit aux chambres des députés des deux premiers ordres — le clergé et la noblesse — de rejoindre celle du tiers état.Depuis le 17 juin, celle-ci s'était constituée en Assemblée nationale. Les députés du tiers état avaient été rejoints, le 22 juin par 149 députés du clergé, le surlendemain, par deux autres députés du clergé, le 25 juin, par neuf autres et quarante neuf députés de la noblesse et, le lendemain, par trois députés du clergé.À la suite du Serment du Jeu de paume du 20 juin, l'Assemblée nationale devint constituante, fonction qu'elle exerça à compter du 9 juillet et que Louis XVI lui reconnut, le 5 octobre, en acceptant tant la Déclaration des droits et l'homme et du citoyen que les Articles de constitution qu'elle avait décrétés.Les États généraux de 1789 sont les premiers états généraux du royaume depuis ceux de 1614. Ce sont aussi les derniers de l'Ancien Régime.Cette assemblée des trois ordres (clergé, noblesse et Tiers état) est convoquée par le roi pour débattre des problèmes du pays. L'aristocratie conservatrice, mais qui souhaite en finir avec la monarchie absolue imposée par Louis XIV et incarnée par Louis XVI, et reprendre ainsi ses pouvoirs d'autrefois. Le haut-clergé sous nette influence aristocratique et qui profite du système fiscal en place, désire majoritairement le maintien du statu quo. Aux états généraux, la noblesse est représentée par 270 députés. Le clergé est représenté par 291 députés. Le Tiers état, enfin, est représenté par 578 députés. Le vote devant avoir lieu par ordre, le clergé et la noblesse sont majoritaires avec 2 voix contre 1, et toute décision a des chances de leur être favorable. Mais il existe déjà dans ces deux « États », d'ardents réformateurs qui ne sauraient tarder à devenir encore beaucoup plus engagés (cependant, à cette époque personne ne parle encore de révolution).Le clergé et la noblesse ne forment pas des ordres totalement homogènes ; il faut noter la présence du bas-clergé, traditionnellement favorable au monde paysan, ainsi que l'existence d'une petite noblesse rurale – par exemple en Bretagne[réf. nécessaire] –, dont les perspectives sont bien différentes de celles de la Cour.

Pages équivalentes