Carlos Andrés Pérez (1922-2010)

Image non encore disponible
Pays :Venezuela
Langue :espagnol; castillan
Sexe :masculin
Naissance :Rubio (Vénézuela), 27-10-1922
Mort :25-12-2010
Note :
Homme politique. - Dirigeant du parti "Action démocratique". - Président du Vénézuela (de 1974 à 1979, et de 1989 à 1993)
Domaines :Science politique
Autres formes du nom :Carlos Andrés Pérez Rodríguez (1922-2010)
Carlos Andrés Pérez Rodríguez (1922-2010)
ISNI :ISNI 0000 0001 1691 5043

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Con el esfuerzo de todos

    Description matérielle : [VIII]-357 p.
    Description : Note : Discours et conférences de presse du Président Carlos Andrés Pérez, de février à avril 1989
    Édition : [Caracas] : Oficina central de información , [1990]
    Auteur du texte : Venezuela. Presidencia de la República
    Éditeur scientifique : Venezuela. Oficina central de información

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35452603z]
  • Venezuela moderna, América y el mundo

    Description matérielle : 168 p.
    Description : Note : Réunit des interventions prononcées lors de déplacements à l'étranger, entre 1984 et 1988
    Édition : [Caracas] : Alfadil ed. , 1988

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37489884x]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Carlos Andrés Pérez (1922-2010)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Venezuela moderna, América y el mundo / Carlos Andrés Pérez, 1988
  • GDEL : Pérez Rodríguez (Carlos Andrés)

Autres formes du nom

  • Carlos Andrés Pérez Rodríguez (1922-2010)
  • Carlos Andrés Pérez Rodríguez (1922-2010)

Biographie Wikipedia

  • Carlos Andrés Pérez Rodríguez (né le 27 octobre 1922 à Rubio, Venezuela - mort le 25 décembre 2010 à Miami, États-Unis), surnommé CAP, est un homme politique vénézuélien, président de la République pour deux mandats, de 1974 à 1979, et de 1989 à 1993.Il est célèbre pour avoir été le premier chef d'État à être condamné par la Cour suprême de justice pour le délit de malversation de fonds publics. Durant son dernier mandat présidentiel, se produisirent une série d'événements (27 février 1989, 4 février 1992 et 27 novembre 1992) qui mirent en évidence la « chute » d'un modèle politique dont il était lui-même un des principaux représentants.

Pages équivalentes