Reginald Heber (1783-1826)

Image non encore disponible
Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Sexe :masculin
Naissance :21-04-1783
Mort :03-04-1826
Note :
Ecclésiastique et homme de lettres. - Évêque de Calcutta à partir d'octobre 1823
ISNI :ISNI 0000 0000 8338 7335

Ses activités

Auteur du texte16 documents

Annotateur1 document

Auteur ou responsable intellectuel2 documents

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Voyage de Calcutta à Bombay et dans les provinces supérieures de l'Inde britannique, pendant les années 1824 et 1825, suivi d'une notice sur Ceylan et d'un voyage à Madras et dans les provinces méridionales, en 1826 / par Réginald Héber, 1830

Biographie Wikipedia

  • Reginald Heber, né à Malpas (Angleterre) le 21 avril 1783 et décédé le 3 avril 1826 à Trichinopoly (Inde), est un ecclésiastique anglican, voyageur, homme de lettres et auteur d'hymnes anglais. Après 16 ans comme curé de campagne, il est devenu évêque anglican de Calcutta, où il est mort brutalement à 42 ans.Fils d'un riche ecclésiastique et propriétaire terrien, Heber s'est fait une réputation comme poète dès ses études à l'Université d'Oxford. Après son diplôme, au plus fort des guerres napoléoniennes, il a entrepris un grand voyage en Scandinavie, en Russie et en Europe centrale. Il a été ordonné prêtre en 1807, et a repris la paroisse paternelle d'Hodnet (en), dans le Shropshire. Il a combiné ses devoirs pastoraux avec d'autres activités dans l'église, l'écriture d'hymnes, et plus généralement une œuvre littéraire comprenant notamment une étude critique des œuvres complètes du théologien du XVIIe siècle Jeremy Taylor.Heber a été consacré évêque anglican de Calcutta en octobre 1823. Durant son court épiscopat, il a voyagé dans tout son diocèse et s'est attaché à améliorer les conditions matérielles et spirituelles de ses ouailles. Son dur travail, un climat hostile et son indifférence à sa santé ont provoqué sa mort au cours d'une visite à Trichinopoly (aujourd'hui Tiruchirappalli), après moins de trois ans en Inde. Des monuments à sa mémoire ont été élevés en Inde et dans la Cathédrale Saint-Paul de Londres. Un recueil de ses hymnes a été publié peu après sa mort ; un de ceux-ci, Holy, Holy, Holy (en), est encore populaire et chanté le dimanche de la Trinité.

Pages équivalentes