Milice française

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Création :1941
Note :
Formation paramilitaire créée par la loi n ̊27 du 30.01.1943 (J.O. du 31.01.1943), qui se substitua au Service d'ordre légionnaire (SOL) de la Légion française des combattants et qui était dirigée par Joseph Darnand
Domaines :Histoire de la France
Autres formes du nom :France. Milice française
Légion française des combattants. Service d'ordre légionnaire
Milice. France
Voir plus

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • Périodique : L'Assaut (Vichy)

    Bimensuel

    N° 1 (15 déc. 1943) - n° 3 (15 févr. 1944) [?]

  • Périodique : Combats

    Hebdomadaire

    1re année, n° 1 (8 mai 1943) - 2e année, n° 66 (10 août 1944)

  • Message de M. Joseph Darnand aux forces du maintien de l'ordre

    Description matérielle : In-4° (29 cm), 1 f.
    Description : Note : Semble être de 1944, d'après le contexte
    Édition : S. l. n. d.

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33909951w]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Milice française

Pages dans data.bnf.fr

Dirigé par :

  • Fondateur et secrétaire général du Service d'ordre des légionnaires qui deviendra la Milice française. - Ministre de l'intérieur en 1944

A pour membre :

  • Vice-président de l'association Marius Plateau. - Membre du comité directeur du SOL [Service d'ordre légionnaire] de Savoie, il est exécuté par la Résistance

Voir aussi :

  • Docteur en médecine (Paris, 1938). - Chef de la Milice pour les Alpes-Maritimes (1943) puis pour la région de Marseille (1944). - Membre de la Waffen-SS (1944). - Condamné à mort par contumace le 1er décembre 1945

  • Docteur en médecine (Marseille, 1938). - Assassiné par la Résistance car il était pour Marseille le chef de la propagande de la Milice

  • Milicien et commandant de la Franc-garde. - Chef départemental pour les Bouches-du-Rhône de la Milice, il est assassiné par la Résistance. - Ses obsèques ont lieu le 28 avril 1943

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • GDEL
    Dict. de la polit. fr., 1967

Autres formes du nom

  • France. Milice française
  • Légion française des combattants. Service d'ordre légionnaire
  • Milice. France
  • Service d'ordre légionnaire
  • SOL

Biographie Wikipedia

  • La Milice française, souvent appelée simplement Milice, était une organisation politique et paramilitaire française créée le 30 janvier 1943 par le gouvernement de Vichy pour lutter contre la Résistance, qualifiée de terroriste. Supplétifs de la Gestapo et des autres forces allemandes, les miliciens participèrent aussi à la traque des Juifs, des réfractaires au STO et de tous les déviants dénoncés par le régime de Vichy et les collaborateurs parisiens. C'était aussi la police politique et une force de maintien de l’ordre.Le chef officiel de la Milice était Pierre Laval, chef du gouvernement, mais le véritable responsable de ses opérations était son secrétaire général, Joseph Darnand, fondateur du Service d’ordre légionnaire (SOL), précurseur de la Milice française.Organisation de type fasciste, elle se voulait un mouvement révolutionnaire, à la fois antirépublicain, antisémite, anticommuniste, anticapitaliste, nationaliste et autoritaire. Elle sembla avoir ambitionné de devenir l’équivalent d'un parti unique de l’État français. Sa montée en puissance marqua en tout cas, selon Robert Paxton et Stanley Hoffmann, la fascisation finale du régime de Vichy.Comme les nazis, les miliciens usaient couramment de délation, de torture, de rafles, d'exécutions sommaires et arbitraires, voire de massacres. Leur pratique systématique de la violence et leurs nombreuses exactions, tout comme leur collaborationisme jusqu’au-boutiste, contribuèrent à les faire rester très minoritaires au sein d’une population qui les rejetait largement. La Milice n’eut jamais plus de 35 000 membres (29 000 adhérents en automne 1943 selon Francis Bout de l’An, sur lesquels, d’après le chef du service des effectifs, l’enseigne de vaisseau Carus, seulement 10 000 étaient actifs). Même après son développement en zone Nord, la Milice ne dépassera jamais 15 000 militants réels au total.Leur hymne était Le Chant des cohortes.

Pages équivalentes