Sōgi (1421-1502): pseudonyme individuel

Image non encore disponible
Pays :Japon
Langue :japonais
Sexe :masculin
Naissance :1421
Mort :1502
Note :
Poète, maître de renga de l'ère Muromachi. - Moine zen du temple Shokokuji, Kyoto, Japon
Autre forme du nom :宗祇 (1421-1502) (japonais)
ISNI :ISNI 0000 0000 8386 9174

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Trois voix à Minase

    renga

    Description matérielle : 1 vol. (non paginé [40] p.)
    Édition : Toulouse : Érès , impr. 2012
    Traducteur : Shinji Kosai, François Migeot
    Autre auteur du texte : Shōhaku (1443-1527), Sōchō (1448-1532)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb426910733]
  • Waka meisho hōgaku shō

    Description matérielle : 1 vol. : gravure sur bois ; 16 x 23 cm
    Description : Technique de l'image : estampe. - gravure sur bois. - bois
    Sources : Livres et albums illustrés du Japon / réunis et catalogués par Théodore Duret, 1900, en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6292299m
    Édition : [Kyōto] : Yamaguchi Ichirōbei , 1678. - [Kyōto] : Yamaguchi Ichirōbei , 1678 : 山口市郎兵衞 , 1678
    Ancien possesseur : Théodore Duret (1838-1927), Bakin Kyokutei (1767-1848)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40345239m]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Sōgi (1421-1502)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Trois voix à Minase / Sōgi, Shōhaku, Sōchō, impr. 2012
  • Ouvrages de reference : NDL Authority File, 2012
  • Catalogues de la BnF : BnF Service japonais, 2012-09-17

Autre forme du nom

  • 宗祇 (1421-1502) (japonais)

Biographie Wikipedia

  • Iio Sōgi, généralement connu sous le nom Sōgi (宗祇, Sōgi?) (1421-1502) est un poète japonais. Originaire d'une humble famille de la province de Kii ou d'Ōmi, il meurt à Hakone le 1er septembre 1502. Sōgi est un moine Zen du temple de Shokokuji à Kyoto qui a étudié tant la poésie waka que la poésie renga. Il devient poète renga de profession quand il est trentenaire. Durant ses voyages dans presque toutes les régions du Japon, il est accueilli par les personnages les plus importants de la politique, de l'armée et de la littérature de son temps. Il attire plus de disciples que tout autre poète de sa génération. Après avoir parcouru le Japon, il retourne à Kyoto où il inspire un grand respect.Son journal Tsukushi no michi no ki fait part d'un voyage à Kyushu en 1480.Il est surtout connu pour ses ranga auxquels deux voire plusieurs poètes collaborent pour créer un poème en composant des strophes alternées. Du temps de Sōgi, de pareils renga comportent communément 100 vers. Issu de la tradition de cour du waka, le renga est pratiqué aussi bien par la classe des guerriers que par celle des courtisans et quelques-uns des meilleurs poètes de ranga, comme l'est Sōgi, sont des roturiers. Sōgi est considéré comme le plus grand maître de renga et ses deux plus fameuses compositions s'intitulent « Trois poètes à Minase » (Minase sangin hyakuin, 1488) composé avec ses élèves Sōchō et Shōhaku et « Trois poètes à Yuyama » (Yuyama sangin hyakuin, 1491). Ce poète exceptionnel laisse plus de 90 opus (anthologies, journaux, critiques poétiques et manuels entre autres). Son dernier œuvre s'appelle « Sōgi seul », qui contient principalement ses mémoires.

Pages équivalentes