Friedrich von der Trenck (1726-1794)

Image non encore disponible
Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Sexe :masculin
Naissance :16-02-1726
Mort :25-07-1794
Note :
A aussi écrit en français. - A aussi traduit de l'allemand en français
Officier du roi de Prusse Frédéric le Grand. - Baron (Freiherr)
Domaines :Histoire de l'Europe
Autres formes du nom :Frédéric de Trenck (1726-1794)
Citoyen Trenck (1726-1794)
ISNI :ISNI 0000 0000 8380 9104

Ses activités

Auteur du texte20 documents

  • Périodique : Journal de Trenck

    Hebdomadaire (suspendu entre le 22 juin et le 20 juillet)

    Paris, le 15 juin 1793. Premier cahier - Paris, le 27 juillet 1793. Quatrième cahier

  • Deux fois par semaine, les mercredis et samedis

    N° 1. 3 juillet 1793 - N° 3. 10 juillet 1793

  • Le Destin extraordinaire du baron de Trenck

    mémoires d'un officier de Frédéric le Grand, 1726-1794

    Description matérielle : 379 p.
    Édition : Paris : Pygmalion , 1986
    Éditeur scientifique : Richard Bolster

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34969937q]
  • Examen politique et critique d'un ouvrage intitulé Histoire secrète de la cour de Berlin,...

    Description matérielle : In-8°
    Édition : Berlin , (s. d.)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34005053q]
  • Examen politique et critique d'un ouvrage intitulé "Histoire secrète de la cour de Berlin, ou Correspondance d'un voyageur françois" [par le Cte G.-H. de Mirabeau, 1789]. Par Frédéric, Bon de Trenck

    Description matérielle : In-8° , 416 p., planche
    Édition : Berlin , (s. d.)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31492944n]

Auteur présumé du texte1 document

  • Correspondance entre le diable et M. le comte de Mirabeau, sur celle de M. C. et l'histoire secrète... etc.

    Description matérielle : 30 p.
    Description : Note : Pourrait être du Baron de Trenck d'après Barbier, t. II, col. 831
    Édition : [S.l.] : [s.n.] , 1789
    Auteur prétendu du texte : Honoré-Gabriel Riqueti Mirabeau (comte de, 1749-1791)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35990722q]

Autre2 documents

  • Prière de guerre des citoyens français, pour contraster celle des Prussiens insérée dans les feuilles publiques de l'Allemagne, traduite du journal de Trenck, par lui-même. A Paris, 1793

    Description matérielle : In-4 °. Pièce
    Édition : (S. l. n. d.,)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36308516d]
  • La Vie de Frédéric Baron de Trenck, écrite par lui-même et traduite de l'allemand en français, par M. le baron de B*** [Nic. Et. de Bock] [...]

    Édition : [S. l. n. d. ?]
    Autre : Jean-Nicolas-Étienne Bock (baron de, 1747-1809)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33643187j]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Friedrich von der Trenck (1726-1794)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Friedrich Freyherrn von der Trenck merkwürdige Lebensgeschichte, 1787
    Le destin extraordinaire du baron de Trenck : mémoires d'un officier de Frédéric le Grand : 1726-1794 / [trad. par l'auteur] ; texte présenté et annot. par Richard Bolster, 1986
    Journal de Trenck, ouvrage politique, critique et philosophique, dédié aux défenseurs des droits de l'homme, 1793
  • Ouvrages de reference : Normdaten (CD), 2005-01
    Brockhaus, 17. Aufl.
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • Frédéric de Trenck (1726-1794)
  • Citoyen Trenck (1726-1794)

Biographie Wikipedia

  • Frédéric, baron de Trenck, né le 16 février 1726 à Kœnigsberg, mort le 25 juillet 1794 à Paris, servit d'abord dans l'armée prussienne. Il était le cousin de Franz de Trenck.Doté de tous les avantages extérieurs, il fut aimé de la princesse Anne Amélie de Prusse, sœur de Frédéric II ; leur liaison ayant été découverte. Le roi l'enferma dans une étroite prison (1745). Il parvint à s'évader, se réfugia à Moscou, où il se fit aimer d'une princesse russe ; puis à Vienne, où il recueillit l'héritage de son cousin, après avoir abjuré le luthéranisme. Étant rentré en Prusse pour affaires de famille (1753), il tomba entre les mains du roi qui le retint pendant dix ans prisonnier à Magdebourg. Il put néanmoins épouser la princesse après la mort du roi en 1786. Celle-ci, qui l'avait attendu plus de quarante ans, s'éteignit peu après.Il vint en France au commencement de la Révolution et fut arrêté sous la Terreur comme émissaire secret du roi de Prusse. Bien qu'il se fût déclaré partisan du nouveau régime, il périt sur l'échafaud deux jours avant la chute de Robespierre et la fin de la Terreur.Il a publié de nombreux écrits et des Mémoires sur sa vie, qui offrent un vif intérêt. Ils ont été traduits en français par lui-même, Paris, 1788-1789, 3 volumes (le 3e contient les Mémoires de son oncle).

Pages équivalentes