Suzanne Drouet Réveillaud (1885-1970): nom d'alliance

Pays :France
Langue :français
Sexe :féminin
Naissance :Paris (France), 02-03-1885
Mort :Paris (France), 24-03-1970
Note :
Peintre orientaliste. - Petite-fille du sculpteur : "Cordier, Charles (1827-1905)"
Domaines :Peinture
Autres formes du nom :Suzanne Drouet Réveillaud (1885-1970)
Suzanne Drouet-Cordier (1885-1970)
Suzanne Drouet- Cordier (1885-1970)
ISNI :ISNI 0000 0003 7877 8587

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Suzanne Drouet Réveillaud (1885-1970)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Bénézit, 1999 : "Drouet-Cordier, Suzanne" ou "Drouet-Réveillaud, Suzanne", plus tard "Réveillaud, Mme" morte en 1973
  • Elle signait Drouet Réveillaud / Christiane et Pierre Dalibard, impr. 2014

Autres formes du nom

  • Suzanne Drouet Réveillaud (1885-1970)
  • Suzanne Drouet-Cordier (1885-1970)
  • Suzanne Drouet- Cordier (1885-1970)

Biographie Wikipedia

  • Suzanne Drouet-Réveillaud (2 mars 1885 - 24 mars 1970) est une peintre orientaliste française, née à Paris. Petite-fille du sculpteur Charles Cordier, elle fait partie des premières femmes admises aux Beaux-Arts de Paris. Elle étudie sous la direction de Ferdinand Humbert et a pour camarades Marcelle Ackein, Aline de Lens. Elle obtient des prix de la Société Coloniale des Artistes Français lui offrant une bourse pour la Tunisie en 1919 puis pour le Maroc en 1923. Elle épouse André Réveillaud, contrôleur civil de Méknès puis avocat à Fès et écrivain. Elle séjournera au Maroc jusqu'en 1950, habitant la médina de Fès. C'est dans ce pays qu'elle réalisera la plus grande partie de son œuvre. Elle participera à plusieurs expositions à la galerie Derche de Casablanca avec les peintres Marcel Vicaire et Jean Baldoui de 1929 à 1931 et son œuvre est saluée par les critiques de l'époque. En 1954 elle obtient un prix lui permettant de se rendre au Cameroun. Elle a 69 ans et parcourra le pays en rapportant des toiles représentant des villages reculés et des portraits de femmes de différentes tribus. Infatigable elle entreprend ensuite en 1960 un voyage en cargo qui la conduira jusqu'en Chine et au Japon puis un autre au Mexique en 1963, en avion cette fois, rapportant de ces pays de nouvelles toiles témoignant toutes de sa très grande maîtrise de l'usage des couleurs.

Pages équivalentes