Ku Kim (1876-1949)

Image non encore disponible
Pays :Corée (République)
Sexe :masculin
Naissance :29-08-1876
Mort :26-06-1949
Note :
Homme politique, résistant à l'occupation japonaise. - Surnommé Baekbeom (Paikbum)
Autres formes du nom :Gu Kim (1876-1949)
Koo Kim (1876-1949)

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Ku Kim (1876-1949)

Pages dans data.bnf.fr

Voir aussi

  • Homme politique, résistant à l'occupation japonaise. - Pseudonyme de Kim, Ku (Kim, Gu)

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Baekbeom Kim Gu / Jeon Ghang-geun, réal. ; Baekbeom, aut. adapté. In : Historical films about the Korean empire [Images animées] / Jeon Chang-geun,Yun Bong-chun, Nam Hong-il...[et al.], réal. Korean film archive, 2012
  • Kim Koo museum (2015-10-29)
    VIAF (2016-02-01)

Autres formes du nom

  • Gu Kim (1876-1949)
  • Koo Kim (1876-1949)

Biographie Wikipedia

  • Kim Koo, Kim Ku ou Kim Gu (hangeul : 김구, hanja : 金九, né à Haeju le 29 aout 1876, mort le 26 juin 1949) est un résistant coréen à l'occupation japonaise de la Corée (1910-1945) et un homme politique coréen. Son nom de naissance est Kim Chang-su (김창수, 金昌洙), et il est largement connu sous le surnom de Paikbum (백범, 白凡).À dix-huit ans, il est l'un des dirigeants de la révolte du Donghak en 1894, au cours de laquelle il lance une attaque contre les soldats japonais au fort de Haeju.S'engageant dans la lutte anti-japonaise, il participe au soulèvement du 1er Mars 1919 avant de s'exiler en Chine et de participer au gouvernement provisoire coréen établi à Shanghai. Il a été le sixième et dernier président du gouvernement provisoire coréen en exil. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il engage aux côtés des Alliés l'Armée de libération de la Corée. Refusant la division de la Corée après 1945, il tient une conférence pour l'unification à Pyongyang avec le futur président nord-coréen Kim Il-sung. En 1948, il échoue à être élu président de la République contre Syngman Rhee.Kim a été assassiné en 1949 à son bureau par Ahn Doo-hee. Ahn Doo-hee a ensuite avoué avoir agi sur ordre de la police secrète sud-coréenne. La CIA aurait aussi été impliquée selon l'historien américain d'origine coréenne Bang Sun-ju, qui se fonde sur un document des services secrets américains déclassifié, sans qu'il soit exclu que le meurtrier ait agi personnellement. Kim Ku est l'un des rares nationalistes coréens respecté tant en Corée du Nord qu'en Corée du Sud.

Pages équivalentes