Auteurs nés en 115034 documents

Auteurs morts en 11507 documents

Organisations créées en 115011 documents

  • Abbaye fondée par saint Etienne d'Obazine (mort en 1156), et rattachée à l'ordre de Cîteaux en 1147. Ruinée par les Calvinistes en 1567, reconstruite seulement en 1707. En 1719 il n'y restait que 4 religieux, 3 en 1768. Fermée et vendue à la Révolution. - En 1864 les Cisterciens de la congrégation de Sénanque tentèrent d'y restaurer la vie religieuse, mais le propriétaire de l'abbaye commençait à la démolir pour en vendre les matériaux. En 1897, un incendie acheva de la ruiner

  • L'origine de cette abbaye prémontrée est inconnue. Fondée probablement peu après 1150, selon le cartulaire du chapitre de la cathédrale de Bayonne. Elle fut supprimée en 1790, par le décret du 13 février interdisant les ordres et congrégations à voeux solennels. A cette date, l'ordre de Prémontré disparut totalement de France. Il y reparut au XIXe siècle, et y est représenté aujourd'hui par deux abbayes (voir à abbaye de Mondaye)

  • Abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin fondée vers 1150 par Raoul de Montmorel, chanoine de l'abbaye de Saint-Victor de Paris ; fondation confirmée en 1162 par Henri II. Les chanoines desservaient 8 prieurés-cures voisins, une léproserie, un noviciat et un scholasticat. - L'abbaye adhéra à la congrégation de France (Génovéfains) en 1659, mais cela n'avait pas empêché son déclin à cause de la commende et des guerres du XVIe siècle. La Révolution y trouva 4 religieux. - Fermée en 1791 puis démolie, sauf le logis abbatial transformé en ferme

  • Abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin, de la congrégation d'Arrouaise du diocèse d'Arras. Abbaye fondée en 1150 par Etienne de Bar, évêque de Metz. En 1656 l'abbaye entra dans la congrégation des chanoines réguliers de Notre-Sauveur. Peu de temps avant la Révolution, elle fut transformée en noviciat pour les chanoines, ainsi qu'en pénitencier pour religieux. Relevant du diocèse de Toul, puis de Saint-Dié. Elle fut fermée à la Révolution, puis démolie

  • Bénédictines. - Fondée par l'évêque de Chartres Robert III vers 1150, confirmée en 1156 par Louis VII

  • Abbaye de Prémontrés fondée vers 1150 par saint Gilbert

  • Constitué par l'ensemble des cardinaux, il a pour mission d'élire le pape, d'assurer le gouvernement de l'Église durant la vacance du siège papal, et d'assister le pape (dans le cadre des congrégations de la Curie)

  • Fondé vers 1150 ; connu sous le nom de Maison-Dieu puis Grande Maison-Dieu puis Grand Hôtel-Dieu ; réuni au XVe. s avec le Petit Hôtel-Dieu fondé par Garnier des Prés. - Situé d'abord dans le quartier de l'Eglise Saint-Étienne, l'établissement a été transféré dans les locaux de l'ancienne Abbaye Saint-Jean en 1792 et est devenu l'Hôpital Saint-Jean. - Les premiers bâtiments ont été démolis en 1880 pour laisser place au marché couvert. La facade a été réélevée en 1927 à côté de l'Eglise Saint-Pierre Le Rond. - L'Hôpital Saint-Jean est une annexe du Centre hospitalier Gaston Ramon depuis 1981

  • Complexe hospitalier fondé au 12e siècle par l'Ordre des "Frati di San Jacopo d'Altopascio," qui comprend aujourd'hui un centre de documentation sur la vie de l'ancienne communuauté hospitalière

  • Le cimetière des Saints-Innocents fut peut-être fondé au IXe ou Xe siècle. Il avait emprunté son nom à une chapelle plus ancienne qui se trouvait à cet endroit. En 1130 Louis VI fit agrandir cette chapelle, puis fit venir en 1137 le marché de Grève aux abords du cimetière, sur de vastes espaces restés libres. Les Saints-Innocents furent alors érigés en paroisse : deux documents attestent que c'est chose faite en 1150.

    C'était donc une minuscule paroisse de marchés, comprenant deux rues qui encadraient le cimetière. Celui-ci fut supprimé en 1780, dénoncé comme îlot d'insalubrité après avoir servi à quarante générations de Parisiens. La paroisse disparut en 1786, elle fut rattachée à Saint-Eustache, et son église trop vétuste fut démolie en 1787

Œuvres créées en 115016 documents

  • Auteur: Bhāskarācārya (1114-11..)

    Traité d'algèbre, formant le 2e livre du traité d'astronomie intitulé "Siddhāntaśiromaṇi" (écrit en 1150). - Divisé en 6 parties, il comprend 213 vers

  • Auteur: Bhāskarācārya (1114-11..)

    "Chapitre sur les sphères", formant le 4e livre du traité d'astronomie intitulé "Siddhāntaśiromaṇi" (écrit en 1150). - Il comprend 501 vers

  • Auteur: Bhāskarācārya (1114-11..)

    Traité de mathématiques hindoues, formant le 1er livre du traité d'astronomie intitulé "Siddhāntaśiromaṇi" (écrit en 1150). - Nommé d'après le nom de la fille de l'auteur, il comprend 13 chapitres " énonçant des problèmes [arithmétiques] sous forme poétique" (L. Renou)

  • Genre musical: chanson

    Auteur: Bernard de Ventadour

    Date de composition : ca 1150

  • Auteur: Bhāskarācārya (1114-11..)

    Traité d'arithmétique, formant le 3e livre du traité d'astronomie intitulé "Siddhāntaśiromaṇi" (écrit en 1150). - Comprenant 451 vers, il traite des calculs astronomiques et du mouvement des planètes. - Le commentaire "Vāsanābhāṣya" est celui de l'auteur lui-même

  • Auteur: Kalhaṇa (1100?-1150)

    Chronique des rois du Cachemire (rédigée entre 1148/49 et 1150). - Sous forme de poème épique (mahākāvya) distribué en 8 taraṅga (ondes) comprenant 7826 strophes, elle présente des données historiques et des informations sur la religion, le droit coutumier, l'administration locale, les monuments ou les monnaies locales du Cachemire, en particulier aux 9e et 12e s.. - Elle fut continuée par Jonarāja (jusqu'en 1459) et son disciple Śrīvara (jusqu'en 1486) puis par Prājyabhaṭṭa et son disciple Śuka (jusqu'en 1586)

  • Épopée en près de 5200 vers composée entre 1150 et 1180 en franconien moyen. Le roi Rother, après de multiples aventures, parvient à épouser et à ramener à Bari la fille du roi de Constantinople ; ils ont pour fils Pépin, père de Charlemagne. - Ms : Universitätsbibl., Heidelberg (cpg 390, fin XIIe s.) ; Bayerische Staatsbibl., Munich (cgm 5243, fragments, fin XIIe-début XIIIe s.) ; Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg (27744, fragments, XIIIe s.) ; Staatsbibl., Berlin (mgf 932 n. 20, fragments, XIVe s.)

  • Recueil de lois compilé au XIIe s., probalement entre 1150 et 1175

  • Genre musical: chanson

    Auteur: Jaufré Rudel

    Date de composition : ca 1150

  • Auteur: Hildegarde (sainte, 1098-1179)

    Chant en l'honneur de la Vierge Marie. - Conservé dans le manuscrit de Wiesbaden, Landesbibliothek, Hs 2 ("Rupertsberger Riesencodex")

    Date de composition : ca 1150

Œuvres terminées en 11502 documents

Citer la page

  • Permalien :

Télécharger les données